Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Travail dominical : ils font les cachottiers

Le débat sur le travail du dimanche revient au Sénat à l'occasion d'amendements centristes au projet de loi sur le tourisme qui sera examiné par les sénateurs mardi et mercredi. Deux sénateurs centristes, Hervé Maurey (Eure) et Yves Pozzo di Borgo (Paris) ont ainsi déposé des amendements à l'article 13 du projet de loi qui visent à rétablir le travail dominical.

L'amendement de M. Maurey préconise l'autorisation d'ouverture le dimanche pour tous les commerces situés en zones ou communes touristiques.

Celui de M. Pozzo di Borgo, plus large, vise à permettre le travail dominical dans "un périmètre d'usage de consommation exceptionnel" dans les villes de plus d'un million d'habitant, dont les Champs Elysées et les grands boulevards à Paris.

Au groupe UMP on indiquait que "l'UMP se montre plutôt favorable à ces amendements" et que "le gouvernement devrait soutenir celui de M. Pozzo di Borgo". Les amendements reprennent les dispositions de la proposition de loi du député UMP Richard Malié dont l'examen avait été suspendu face à une droite divisée.

Michel Janva

Partager cet article

3 commentaires

  1. Au train d’enfer ou vont les choses, la question va immanquablement se poser de savoir si on doit étendre la zone aux catacombes.
    On pourrait peut-être demander son avis à notre Champion-national-du-Lundi-de- Pentecôte: les “catholiques d’en-bas”, selon un coktail réthorique de son doux sabire, doivent-ils également travailler le dimanche ?
    De retour de Chine, la question ne devrait pas le laisser coi.

  2. On peut pas il est occupé à passer la brosse à reluire derriere la muraille…….

  3. En réponse, j’invite tous les lecteurs qui ne l’ont pas encore fait à signer et faire signer la pétition du Collectif des Amis du Dimanche (http://www.travail-dimanche.com/component/option,com_wrapper/Itemid,116/), qui offre par ailleurs la possibilité d’envoyer automatiquement un message personnalisé ou non à votre député et à votre sénateur.

Publier une réponse