Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Immigration

Travail au noir : le président PS de l’Isère épinglé

Ce n'est absolument pas un problème au PS : en 2007, Jérôme Cahuzac avait été condamné pour avoir fait travailler une femme sans papier,

"une femme de ménage philippine sans papier employée au noir et payée en liquide de juillet 2003 à novembre 2004 pour 40 heures mensuelles à raison de 250 € par mois."

5 ans plus tard, en 2012, Cahuzac était nommé Ministre du Budget.

Unknown-15Aujourd'hui nous apprenons que la famille du président PS de l'Isère employait au noir une Roumaine. Pendant près d'un an, Camelia s'est occupée sept jours sur sept de la mère très âgée du président socialiste du conseil général de l'Isère, Alain Cottalorda. Elle explique avoir été recrutée en Roumanie par ce dernier et l'une de ses sœurs, et n'avoir jamais été déclarée malgré ses demandes. L'élu se dégage de toute responsabilité. Camelia espérait une vie meilleure en France, loin de sa Roumanie natale où le Smic est à 190 euros brut. Elle a découvert « la vie d’esclave ». 10 mois durant, d’octobre 2013 à juillet 2014, elle a travaillé dans l’illégalité totale, non déclarée, donc sans les droits de base prévus par le Code du travail français : ni contrat de travail, ni couverture sociale, ni repos compensateurs. Elle a travaillé du lundi au dimanche, 12 heures par jour en moyenne lorsqu’elle n’était pas d’astreinte la nuit, pour une rémunération « au noir » de 1 200 euros.

L'immigration, cette chance pour la France, et pour le PS.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Combien sont ils au PS dans ce cas là ?
    On se torche avec la république irréprochable promise par Mollasson premier.
    Crapules et nauséabonds.

  2. Ils devraient mettre cela dans leur programme de prise en charge de la dépendance , avec la future récupération des APA versées sur le patrimoine ou les descendants .

  3. Quand on sait combien M. Cottalorda aime se parer de sa vertu en politique, ça fait grincer !!!

  4. Tous pourris ! Du balai, et vite !

Publier une réponse