Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Traumatisée à 7 ans… Voilà pourquoi il n’y a plus de Pierre dans ces écoles

Traumatisée à 7 ans… Voilà pourquoi il n’y a plus de Pierre dans ces écoles

Une histoire comme il en existe bien d’autres similaires dans la France d’aujourd’hui. Encore une chronique du délitement :

En novembre, Noémie, 7 ans, a été agressée par un enfant de sa classe. Traumatisée depuis, elle ne suit plus une scolarité normale. Ses parents se battent pour qu’elle puisse retourner sereinement en classe.

Ce mardi 27 avril, Noémie n’a pas fait sa rentrée à la même heure que ses camarades de CE2 à l’école Jean Jaurès de Pantin (Seine-Saint-Denis). Le matin, son père, Nicolas Calzas, lui a fait la classe. L’après-midi, il l’a déposée au portail de l’établissement, au 4 rue Barbara. La fillette s’y rend seulement trois après-midi par semaine, et ça depuis février. Avant et depuis le 6 novembre 2020, elle n’y allait plus.

Le 5 novembre 2020, Moussa, un élève de 9 ans dans sa classe, l’a poursuivie, une paire de grands ciseaux pointus à la main. Pour le maîtriser, les enseignantes s’y sont mises à trois. L’une d’elles s’est même assise sur lui, en vain : il s’est extirpé. Noémie se cachait sous des bureaux, passant d’une classe à une autre avec la complicité des élèves et d’une enseignante.

Un pédopsychiatre et un psychiatre diagnostiquent tous deux un traumatisme durable.

L’Education nationale n’aidera pas les parents. L’inspectrice de la circonscription de Pantin refuse d’aider Noémie au détriment de Moussa, qui mérite lui aussi de suivre une scolarité normale. Elle propose de demander à une équipe éducative « d’accompagner Noémie sur sa phobie d’aller à l’école ». Un conseiller d’aide à la scolarisation des élèves en situation de handicap demande qu’on cesse d’appeler Moussa « l’agresseur » car « désigner un enfant de 10 ans comme un agresseur, ce n’est pas dans les textes de l’Éducation nationale. » Lesparents repartent avec 2 propositions : soit ils aident leur fille à dépasser sa peur, soit ils la changent d’école.

Partager cet article

8 commentaires

  1. Il ne faut pas l’appeler « l’agresseur », il faut l’appeler « une chance pour la France » … et pas n’importe quelle France, la France d’Emmanuel Macron!

  2. Et oui… raison pour laquelle le hors contrat reste la meilleure des solutions face à ce genre de situation… il est fort à parier que le jeune Moussa a certainement été élevé dans une religion de paix et d’amour

  3. Cette inspectrice (de la circonscription de Pantin) est une irresponsable ; elle fait de la non assistance en personne en danger. Par ailleurs, tiens c’est nouveau : comme les délinquants qu’il faut appeler “sauvageons”, dorénavant un agresseur (quel qu’il soit) est un “handicapé”.

  4. Moussa, Moussa…ça me rappelle un truc…mais quoi donc?

    • Ce n’est pas un produit pour effacer des graffitis?

      • Ça doit être ça. Le pousse-Moussa c’est bien plus malin pour se laver les tags !
        (Viens mon petit Moussa. Si tu parviens à faire quitter l’école à la dernière petite blonde qu’il reste, promis, tu seras ministre ! Si elle reste à l’extérieur tu seras à l’Intérieur !)

        • @Faliocha
          Brillant commentaire ! Vous m’otez les mots de la bouche. Force est de constater le favoritisme éhonté en faveur des produits importés par rapport au made in France sans colorant ni conservateur.
          À 9 ans, n’avoir qu’une paire de ciseaux pointus, c’est une grave lacune. Il pourrait avoir, au moins, un papillon : c’est plus efficace tout en ne prenant guère plus de place dans le cartable…
          https://www.le-couteau.com/couteaux-papillon-c-137.html

          • En effet ! Pour 5€95 vous avez même le modèle porte-clés qui tient dans la trousse. Avec le reliquat de la vente d’un sachet de poudre, pour moins de 9€ on peut même faire personnaliser la lame (verset du Coran, Allah Akbar, ou « quand je serai grand on m’appellera Gérald)

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]