Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Culture

Transformation du Pont des Trous à Tournai

Transformation du Pont des Trous à Tournai

Ce que la guerre n’a pas réussi à détruire, la mairie va le réaliser : l’ouvrage qui enjambe l’Escaut, édifié au XIIIe siècle à Tournai en Wallonie (Belgique), sera démonté cette semaine.

Une pétition s’opposant à sa transformation en arche contemporaine avait permis l’abandon de ce projet :

Mais la mairie n’a pas renoncé à sa transformation et a décidé la modification des arches, afin de permettre à des embarcations plus importantes de naviguer sur le fleuve. Les travaux vont débuter vendredi 2 août par le démontage des arches, avant de pouvoir relier à nouveau les deux tours fin 2020. Les tours seront également restaurées dans le cadre du chantier. Les deux arches de côté seront réduites en largeur, celle du centre sera plus large et plus haute pour permettre le passage des bateaux. 

La chaîne Notélé a consacré un reportage racontant la légende de l’ouvrage. Au début de la guerre de Cent ans, en juillet 1340, l’armée du roi d’Angleterre Édouard III assiège Tournai avec l’aide des Flamands. Les 15000 défenseurs de la ville ne se laissent pas faire, mais le siège dure trois mois. Lors d’un combat ayant duré toute une journée, les soldats vont apercevoir une dame arborant une épée flamboyante en haut du pont, accompagnée de jeunes soldats ailés. Apeurés, les Flamands prennent la fuite. La légende veut que la femme en question soit la Vierge répondant aux prières des Tournaisiens. Une niche est créée sur l’une des tours pour accueillir sa statue, disparue depuis la restauration du pont en 1844.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

4 commentaires

  1. Il me semble avoir lu que seules les deux tours sont réellement d’époque. Le pont a déjà été modifié à plusieurs reprises (notamment surélevé). Il s’agit dans ce cas d’élargir l’arcade centrale.

  2. JUPITER n’a pas l’exclusivité des idées farfelues pour la restauration de monuments historiques “version plus belle et plus conforme à son époque”…
    ???????

  3. C’était pourtant le moment rêvé pour un “geste architectural contemporain”, qui resituerait ce pont un peu ringard dans une modernité soucieuse des enjeux sociétaux de notre époque, non ?
    Quelle époque !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services