Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / Institutions internationales

Trafic d’ovules et GPA : l’ONU apprend comment ne pas faire d’enfants

Une conférence à l'ONU, organisée par l’Archevêque Auza, représentant du Vatican à l’ONU, et rapportée par le Fiday Fax de C-FAM, donnée par Jennifer Lahl, une infirmière pédiatrique reconvertie en réalisatrice de films, qui a réalisé des documentaires sur les nouvelles méthodes de procréation assistée, utilisant des méthodes "qui défient la dignité humaine" :

[…]"La procréation assistée ou à travers une tierce personne utilise les ovules, le sperme ou l’utérus d’une autre personne pour créer un enfant. Bien que cela s’appelle une donation que l’on caractérise d’altruiste (une manière pour les couples qui ne peuvent pas concevoir ou porter un bébé de pouvoir avoir une famille), en général il y a un échange d’argent, pour susciter un encouragement qui peut être coercitif.[…]

Lahl a décidé d’observer les femmes dont les corps étaient utilisés pour créer et donner naissance à des enfants.

En tant qu’infirmière, Lahl a vu des patientes prises au piège dans les conséquences réelles de la procréation assistée. Certaines femmes ont fait l’expérience de risques graves pour leur santé. Lalh a produit le documentaire « Eggspoltation » pour montrer une industrie qui « cherche des jeunes femmes fertiles, qui de façon téméraire mettent en danger leur vie pour obtenir une matière première… leurs ovules ».

«J’ai eu un haut le cœur tellement fort que je pouvais à peine respirer » dit une femme lors d’une séquence montrée au public. « J’ai pris la décision de vendre mes ovules. Cela a affecté ma capacité de reproduction », dit une autre femme.

Il n’existe pas de statistiques, et on ne faut pas d’études médicales sur les complications dont font l’expérience les femmes qui vendent leurs ovules.

Un autre documentaire, « Eleveuses, une sous-classe de femmes » fait l’interview de femmes qui se sont subrogées de façon intentionnelle et aussi de façon non intentionnelle.

Les femmes furent attirées par la subrogation comme une façon d’aider un membre de leur famille, un ami ou un couple à « construire » une famille. Bien que cette pratique soit bourrée de danger et qu’elle puisse devenir une tragédie par le fait de gérer la grossesse comme un service payé et le bébé comme un produit.

Certains cas de subrogation ont été plus que coercitifs, ils sont allés jusqu’à l’exploitation. Une femme décrit comment on lui a enlevé ses jumeaux pour les donner à leur père. Jusque-là elle pensait élever ses enfants à travers un accord de partage avec le père, avec lequel elle entrainait une amitié platonique. Elle n’était pas au courant qu’elle avait été utilisée comme une « éleveuse » pour lui et son conjoint masculin.[…]

Pour les couples qui luttent contre la stérilité, les méthodes naturelles peuvent soigner les problèmes subjacents. La docteur Mary Martin a parlé au public des patientes qui essayent des méthodes hors de prix avant d’aller la consulter. En très peu de temps beaucoup d’entre elles tombent enceintes.

“Pour que la science nous serve et qu’elle ne se retourne pas contre nous, nous devons toujours faire la relation entre ce que nous pouvons faire et ce que nous devons faire », dit l’Archevêque Auza, représentant du Vatican à l’ONU."[…]

Partager cet article

1 commentaire

  1. Et pendant qu’on depense des millions pour la fiv/pma /gpa , on neglige ce qui est l’essentiel : faire de la recherche sur la stérilité !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services