Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Angleterre

Tony Blair : un bilan paradoxal

Blairfinal04 Tony Blair a remis sa démission aujourd’hui à la Reine, qui a peu de temps après prié Gordon Brown de former un nouveau gouvernement.

Le premier paradoxe, pour des Français, est que ces deux responsables travaillistes professent une vive foi chrétienne – Brown est un chrétien de gauche, marqué par le calvinisme de l’ "Eglise d’Ecosse"; quant à Blair, on connaît les bruits évoquant sa conversion au catholicisme. C’est que contrairement à la gauche française, qui trouve ses origines dans l’hostilité à la religion tout autant qu’à la monarchie, le Parti travailliste anglais a historiquement eu une forte composante religieuse (méthodiste, mais aussi catholique). En face, le Parti conservateur était plutôt lié à l’anglicanisme et la franc-maçonnerie.

Le second paradoxe, c’est, malgré sa foi religieuse, le très mauvais bilan des 10 ans de gouvernement M. Blair dans les domaines "non négociables". Pour citer un dirigeant pro-vie britannique :

"De tous les domaines éthiquement sensibles pour la vie et pour la famille, je n’en vois aucun que le gouvernement Blair n’ait pas fait empirer."

Notamment :

  • M. Blair n’a pas modifié la loi britannique sur l’avortement (il y est libre jusqu’à 24 semaines – un triste record en Europe occidentale). Il n’a même pas rejoint le chef de l’opposition d’alors, John Howard, quand ce dernier a proposé de descendre à 20 semaines. Mais il a aussi fait progresser la culture de mort dans les domaines de la bioéthique et de l’euthanasie.
  • Il a institué un pseudo-mariage entre personnes de même sexe, et l’adoption par les "couples" homosexuels – refusant même une clause d’exemption pour les oeuvres religieuses.
  • Moins grave, mais révélateur de l’ambiguïté de son intérêt pour la religion : il s’est à l’occasion traduit par un interventionnisme dangereux dans la vie des communautés religieuses. Ainsi, son quota de 25% de "non-chrétiens" dans les écoles privées chrétiennes; ou ses reproches aux responsables religieux sur le préservatif.

Parmi les mesures plus positives qu’il a défendues, on peu citer ses efforts pour une plus grande liberté scolaire – mais il a dû édulcorer son projet initial, face à l’oppositon des syndicats enseignants.

Henri Védas

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services