Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Thierry Lepaon n’est pas perdu

Unknown-60Depuis son limogeage, Thierry Lepaon a coûté plus de 150 000 euros à la CGT.

Mais cela ne suffit pas : le gouvernement vient de trouver un point de chute à Thierry Lepaon, l'ancien secrétaire général de la CGT débarqué du syndicat après le scandale de la rénovation de son bureau pour plus de 60 000 euros puis de son appartement de fonction pour plus de 100 000 euros., va être "parachuté à l'Agence nationale contre l'illettrisme". Problème : le président de ladite agence ne touche aucune rémunération. Solution : le gouvernement a décidé de la transformer en une Agence de la langue française, dont le président sera rétribué !

Comme dirait Thierry Le Luron, CGT l'argent par les fenêtres !

Partager cet article

10 commentaires

  1. Pour info, il s’habille toujours en noir et blanc, parce qu’il est daltonien.

  2. Quelle bel exemple de camaraderie !
    Sait-on ce qu’en pensent ceux qui cotisent à la CGT ?

  3. Et l’actuelle Présidente bénévole de l’ANLCI, Marie-Thérèse GEFFROY a appris son éviction dans “Le Monde”…toujours élégant avec les femmes, “notre” “Président!

  4. A Paris, au bois, les péripatéticiennes sont moins chères…

  5. Monsieur Lepaon parade maintenant,il peut faire la roue!!!

  6. Pour ceux qui doutaient de comment on tient les syndicats, et pourquoi ils sont faits.
    Il doit sans doute appartenir aussi à une secte secrète dont les adeptes préfèrent se faire trancher la gorge plutôt que de révéler ce qui s’y passe.

  7. comme quoi, il peut lutter contre le chômage … mais des copains seulement !!!

  8. Encore une forfaiture du pouffre élyséen. Décidément, il les aura toutes faites.
    Pour la CGT, il me semble qu’ils ne sont pas tout blancs non plus. Ou en est on des affaires du comité d’entreprise d’EDF ?

  9. On comprend pourquoi il n’a jamais dénoncé les hommes politiques qui touchaient une retraite entière de l’Education Nationale ou de la Cour des Compte alors qu’ils n’y avaient travaillés que quelques années.
    Mais les syndicats ne sont-ils pas devenus de véritables bouges d’escrocs ?
    Prenons par exemple le comité d’entreprise d’EDF-GDF ! La CCAS (Caisse centrale d’activités sociales), autrement dit le comité d’entreprise d’EDF-GDF, « vaste empire sur lequel la CGT règne sans partage et sans discontinuer depuis la Libération », était en procès pour abus de confiance, détournements de fonds publics, emplois fictifs, depuis plusieurs années… Pas une mince affaire puisque la CCAS dispose d’un budget annuel de 450 M€, qui lui permet de faire travailler une myriade d’entreprises proches de la CGT et du Parti communiste. Un rapport de la Cour des comptes avait relevé de très nombreuses anomalies dans la gestion de ces oeuvres sociales, du financement du forum des altermondialistes en 2003 à celui de la Fête de L’Humanité, sponsorisée sur les crédits de formation des employés du gaz et de l’électricité. Bernard Thibault aurait employé une assistante mise gratuitement à sa disposition par les oeuvres sociales d’EDF… Le tribunal correctionnel de Paris a rendu son verdict le 1er octobre !
    http://www.la-croix.com/Actualite/France/La-justice-sanctionne-la-CGT-dans-l-affaire-du-comite-d-entreprise-d-EDF-2014-10-01-1214804
    La CGT et la FNME CGT sont condamnées, chacune, à 20 000 € pour « recel d’abus de confiance ». La SNJH (Société du Journal l’Humanité) et l’IFOREP (institut de formation de la CCAS) sont condamnés chacun à 75 000 € d’amende pour « recel d’abus de confiance ».
    Diverses personnalités ont été condamnées pour « abus de confiance » :
    Jean LAVIELLE, ex-président de la CCAS (18 mois d’emprisonnement avec sursis et 4 000 euros d’amende),
    Jean-Paul BLANDINO, ex-directeur-adjoint de la CCAS (8 mois d’emprisonnement avec sursis),
    Jacques LEFEVRE, ex-président de l’IFOREP (12 mois d’emprisonnement avec sursis),
    Jean-Paul ESCOFFIER, ex-président de l’IFOREP (12 mois d’emprisonnement avec sursis),
    Pascal AUBRÉE, ex-président de l’IFOREP (6 mois d’emprisonnement avec sursis),
    Pascal LAZARRE, ex-vice-président de la CCAS (8 mois d’emprisonnement avec sursis),
    Brigitte GONTHIER-MAURIN, sénatrice PCF accusée d’avoir bénéficié d’un emploi fictif payé par la CCAS alors qu’elle exerçait ses activités à la fédération du parti communiste des Hauts-de-Seine (10 mois d’emprisonnement avec sursis).
    Ces peines hautement symboliques ne cachent pas que ce syndicat loge de nombreux délinquants au sein de son organisation. D’autre part, il faut savoir que l’argent public destiné à la formation est largement utilisé à d’autres fins, en particulier à financer le fonctionnement du monde syndical ou patronal ! Pourtant les sommes en jeu représentent 4 fois le budget de la Justice ! Ou un tiers de l’impôt sur le revenu ! Ce qui est sûr, c’est que les gaspillages sont considérables et « les fraudes énormes » ! Déjà Pierre Joxe, président de la Cour des Comptes le disait à son époque ! Depuis, rien a changé !

  10. 1er janvier 2015, les formations syndicales et patronales n’étaient plus financées par la formation professionnelle (qui leur rapportait grosso modo 70 millions € par an, en plus des cotisations de leurs adhérents).
    http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sophie-coignard/sapin-les-syndicats-lui-disent-merci-26-11-2014-1884519_2134.php
    Au nom de la transparence, Michel Sapin a créé un nouveau système, fort avantageux alors que les syndicats ne représentent plus qu’un salarié sur 20 dans le privé :
    – L’Etat leur signera chaque année un beau chèque (32,6 millions € en 2015 d’après une note interne du Medef)
    – Les cotisations patronales augmentent à partir du 1er janvier (nouvelle ligne sur la fiche de paie). Taux annoncé initialement : 0,016% de la masse salariale. Soit une manne de 80 millions € par an environ.
    http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sophie-coignard/syndicats-moins-d-adherents-toujours-plus-d-argent-10-12-2014-1888374_2134.php#xtor=CS2-239
    http://www.tropdimpots.com/en-2015-vous-serez-forces-financer-syndicats-avec-votre-salaire/
    Cet argent supplémentaire décidé par l’état mais payé par les entreprises est donné en échange de quoi ? Serait-ce pour mieux faire passer la loi Travail et son Traité Transatlantique ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services