Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Thème de campagne pour 2017 : Union européenne ou indentité nationale ?

Analyse de Bruno Larebière pour Atlantico :

" La campagne présidentielle de Marine Le Pen se jouera sur la tonalité qu’elle lui donnera : sur le thème central qu’elle choisira, sur sa capacité à l’imposer comme thème principal de la campagne présidentielle et sur sa recevabilité par les Français.

Au lendemain du Brexit, dans une conférence de presse tenue au siège du Front national, Marine Le Pen a affirmé que « l’Europe sera au cœur de la prochaine campagne présidentielle ». Vingt-quatre heures plus tard, Nicolas Sarkozy était au conseil national du CNIP, le Centre national des indépendants et paysans, où il a déclaré que la présidentielle se jouerait… sur l’identité. Son propos fut accompagné de formules comme il en a le secret, du type : « La France est le produit de la royauté et de l’Église », ou : « Tous, nous devons apprendre nos ancêtres les Gaulois. » Une campagne présidentielle, c’est un thème central, jamais deux. Alors, l’identité nationale ou l’Union européenne ?

Je pense, pour ma part, que choisir comme thème l’Union européenne est une erreur politique majeure. Marine Le Pen le justifie de deux façons : d’une part par le fait que « la politique n’est qu’opérette tant que la souveraineté n’existe pas réellement », ce qui exact ; d’autre part par le fait que « l’Union européenne […] est la pierre angulaire de toutes les crises que nous connaissons », dans une sorte de reductio ad bruxellum qui est devenue la grille d’analyse du FN. L’UE, c’est le Grand Satan, et sortir de l’UE serait le remède à tous les problèmes.

Or, cette affirmation, qui renvoie aux divergences d’appréciation sur la loi El Khomri, ne me semble pas du tout en phase avec les aspirations des Français. Deux sondages viennent l’établir : l’un, réalisé par TNS Sofres pour RTL, indique que seuls 33 % des Français sont favorables à un « Frexit » (45 % y étant opposés et les autres étant indécis) ; l’autre, réalisé par BVA pour Orange et la presse régionale, indique que les motivations de l’intention de vote pour Marine Le Pen sont l’immigration (à 92 % !), la crise des migrants (à 90 %) et le terrorisme (à 83 %).

Dans ce contexte, décider d’axer sa campagne présidentielle sur l’Union européenne me semble suicidaire. Marion Maréchal-Le Pen me paraît bien plus en phase avec l’électorat réel et potentiel du FN lorsqu’elle se définit comme « de droite, souverainiste, identitaire, attachée à l’identité de mon pays » (…) Ce ne sont pas les « différences de lignes et de stratégies politiques » qui peuvent être préjudiciables à Marine Le Pen, c’est Marine Le Pen, si elle persiste à vouloir placer l’Union européenne au cœur de sa campagne.."

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

9 commentaires

  1. Vous inversez la cause et l’effet. L’immigration, la crise des migrants, le terrorisme ont bien pour cause essentielle l’Union Européenne avec l’ouverture de ses frontières. Donc réglons la cause et nous réduirons les effets. Marine est lucide et sa stratégie est bonne.

  2. Je ne suis pas sur que d’axer la campagne sur l’union européenne soit une erreur car l’UE est la source de beaucoup de nos problèmes et que l’identité nationale en découle.
    L’axer uniquement sur l’identité nationale serait une erreur car si l’état français ne retrouve pas sa souveraineté, il ne pourra rein faire contre l’immigration à cause de l’UE

  3. Contrairement à Bruno Larebière, j’estime qu’il n’y aura pas un unique thème de campagne en 2017 mais plusieurs.
    Pour le FN, ils sont et seront les mêmes qu’aujourd’hui: combat contre la mondialisation (donc contre l’UE et contre ses corollaires: immigration-invasion, multiculturalisme et islamisation) et pour la souveraineté (donc pour la sauvegarde de l’identité et de la civilisation française ancestrale).
    Tous ces thèmes sont d’ailleurs étroitement liés, pour qui veut bien prendre un brin de hauteur.
    Il n’y a pas de “reductio ad Bruxellum”, puisque l’UE n’est que la face continentale du mondialisme et de ses forces anti-nationales et anti-identitaires(lobbies financiers internationaux, etc.).
    Quand on lutte contre le mondialisme, on lutte de facto pour la souveraineté, pour l’identité, pour le patrimoine et contre l’immigration-invasion, le multiculturalisme ou l’islamisation.
    Bref, les “erreurs majeures” qu’entrevoit Brno Larebière n’existent que dans ses mauvaises intentions contre la candidate des Patriotes.

  4. C’est bien triste de voir qu’il y a autant de Français qui n’ont toujours pas compris que l’UE nous détruit.

  5. Il faut combattre l’union de Bruxelles personnalisée par Schultz et Juncker et faire la promotion de ll’Europe de Peuples ou des Patries.
    Combattre le politiquement correct (le politiquement gauche)et faire la promotion du politiquement juste, du politiquement droit.

  6. Rester dans l’UE nous condamne à l’impuissance contre l’invasion migratoire. Les Anglais l’ont compris, ils ont voté Brexit à 52%, avec une participation exceptionnelle de 71%. Serions-nous incapables d’en faire autant?

  7. C est pourtant bien le propre d un futur chef de la France que d avoir une vision globale dans son domaine régalien qu est l international , ce qui influe sur les destinée de notre pays et donc ce n est pas une erreur car elle est à son niveau , celui d un probable chef d état . Apres , on peut lui reprocher le manque de vision dans le domaine societal en dehors de vouloir supprimer la loi Taubira mais laissons lui le doute qui part du fait qu une societe revenant à des bonnes traditions , saura aussi revenir à des bornes mœurs . Sinon , elle sa vision est conforme au rang qu elle veut accéder.

  8. Il faut distinguer ce qu’il est opportun de dire durant une campagne de ce qu’il faut savoir analyser avec lucidité. Sur ce dernier point, c’est Marine Le Pen qui a raison : la perte d’identité nous est imposée par Bruxelles. Et tant que nous dépendrons de Bruxelles, il sera vain de parler d’identité. Cela dit, il est peut-être vrai que les Français sont plus sensibles aux effets qu’aux causes. Il ne s’agit pas de tomber dans le cynisme de Chirac : ” pendant la campagne, vous dites ce qu’il faut dire pour être élu, et après, vous vous débrouillez “, mais peut-on se permettre en démocratie d’ignorer ce qu’il y a de vrai là-dedans ? C’est peut-être là que Marion peut influencer favorablement sa tante.

  9. Atlantico a trouvé en B. Larebiere un bon allié pour la campagne LR.
    Par ailleurs, au vu des ses positions, c’est surprenant que ces analyses fassent l’objet de la complaisance du SB au vu du “zèle amère” de ces propos.
    De plus, nous sortons du Brexit. Comment ne pas voir que son analyse est en très grande partie fausse, le vote “Brexit” et anti-UE s’expliquant en grande partie par l’immigration et l’identité ? Analyse partielle et manquant totalement d’ampleur.
    De plus les propos de NS sont totalement démonétisés au vu du bilan. Comment BL peut-il établir une comparaison ? Que le FN doive faire attention à ne pas quitter le terrain identitaire oui mais avec de telles analyses…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services