Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Témoignage sur Europe 1 suite à un avortement : “Je me suis prise pour Dieu, j’ai donné la vie mais j’ai aussi donné la mort parce que c’était une décision”

Témoignage sur Europe 1 suite à un avortement : “Je me suis prise pour Dieu, j’ai donné la vie mais j’ai aussi donné la mort parce que c’était une décision”

Cette mère a fait une dépression après un avortement thérapeutique :

C’est terrible, c’est très particulier. Vous revenez chez vous sans bébé. Vous avez été enceinte, on vous a vu enceinte, il y avait une réalité sur un projet d’enfant, un projet de naissance et quand vous rentrez, vous n’avez pas le bébé et personne ne l’a vu. Les gens comprennent que vous soyez triste, pour ça il n’y a pas de problème parce qu’il y a quand même une douleur. Par contre, il n’y a aucune existence sociale de cet enfant. […] Nous, parents, sommes les seuls à l’avoir entraperçu.

Aux yeux de tout le monde, à l’école, au travail, j’étais enceinte. Quand je rentre […], on me demande des nouvelles du bébé pour ceux qui ne savent pas, et là on ne sait pas trop quoi dire : ‘Ça c’est mal passé… je ne l’ai pas. Il est mort en fait.’

Mon couple a résisté. Il a quand même enduré pas mal d’épreuves, d’abord avec la décision d’interrompre [la grossesse]. Ensuite, c’est le vide, un énorme vide. Le papa s’en remet un peu plus vite parce qu’il ne s’arrête pas, il travaille, il n’est pas en congé paternité. La maman, par contre… J’étais en congé maternité sans bébé. Tout ce temps, ce vide je l’ai vécu à 100%.

Ça tourne dans la tête, on se sent extrêmement coupable de la décision que l’on a prise. On se sent mauvaise. Je disais : ‘Je me suis prise pour Dieu, j’ai donné la vie mais j’ai aussi donné la mort parce que c’était une décision.’ Cette décision, on a beaucoup de mal à l’assumer. On se dit : ‘Est-ce que l’on a bien fait ? Est-ce qu’il était si malade que ça ?’ Ce vide, vous l’avez dans le cœur, dans le ventre, vous l’avez partout.

Je me suis coupée de beaucoup de monde. On m’appelait mais je ne voulais faire ni sorties, ni cinéma, ni rien du tout. Je ne voulais voir personne (…)”

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

3 commentaires

  1. C est la culture de mort que dénonçait saint Jean Paul 2

  2. Ou encore ‘Anti-culture de mort’ de Benoît XVI ou encore ‘Eugénisme en grands blancs’ du pape François. C’est contre ce fléau que nous avons à nous unir en priorité. Que nous soyons à l’intérieur ou à l’extérieur de L’UE.

  3. “…J’ai donné la vie…” ? NON ! Elle n’a pas donné la vie, c’est le père qui l’a donné. Elle a commencé la gestation de cette vie et l’a vu interrompue. Elle n’a pas donné la mort non plus s’il s’agit bien d’un acte thérapeutique du fait peut-être de la mise en cause de la vie de la mère ? Il est important d’employer les mots justes pour placer le point du raisonnement au bon endroit et du même coup mieux comprendre et mieux faire son deuil dans le cas particulier.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez-nous à doubler l'audience du Salon beige!

Abonnez-vous gratuitement à nos lettres et faites-les suivre à vos amis.

Ensemble, nous pouvons doubler notre capacité d'influence et d'action :