Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France

Taxe halal : pas par l’Etat, mais par une initiative privée

Taxe halal : pas par l’Etat, mais par une initiative privée

Question écrite du député LR Olivier Paccaud publiée dans le JO Sénat du 20/09/2018. M. Olivier Paccaud attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de l’intérieur sur le projet de taxe halal.

Parmi ses mesures, le rapport de l’Institut Montaigne paru en septembre 2018 et intitulé « La Fabrique de l’islamisme » propose la création d’une association musulmane pour l’islam de France (Amif), chargée d’organiser et de financer le culte musulman et de mettre en œuvre une série de solutions. Cet institut serait financé par une taxe sur les produits « halal ».

Il souhaite savoir si le Gouvernement compte retenir l’idée de créer une « taxe halal » pour financer l’islam de France.
Transmise au Ministère de l’intérieur

Réponse du Ministère de l’intérieur publiée dans le JO Sénat du 24/01/2019 :

La création d’une taxe, prélevée par les pouvoirs publics sur les produits « halal » et destinée à financer le culte musulman, n’est juridiquement pas envisageable. Il résulte du principe constitutionnel de laïcité et de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État que la République française ne salarie ni ne subventionne aucun culte. L’affectation d’une recette fiscale au culte musulman contreviendrait donc clairement à l’article 2 de la loi du 9 décembre 1905 ; il en irait de même d’une affectation indirecte. L’affectation d’une recette fiscale à un organisme privé n’est possible que si ce dernier est chargé d’une mission de service public, qualité qui ne peut être reconnue à l’exercice du culte sous l’empire de la loi de 1905. En outre, le principe même d’une telle taxe contreviendrait au principe constitutionnel d’égalité devant l’impôt, qui résulte à la fois du principe d’égalité devant la loi fiscale (article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen) et de celui d’égalité devant les charges publiques (article 13 de cette même déclaration). En vertu de ce principe, toute différence de traitement fiscal doit être justifiée par une raison d’intérêt général en rapport direct avec la loi, ce qui ne peut pas être le cas d’objectifs de nature religieuse. Enfin, dans le cadre du principe constitutionnel de laïcité, il ne serait techniquement pas non plus possible de définir l’assiette d’une telle taxe, dès lors que cette définition est strictement de nature religieuse et qu’il n’existe aujourd’hui aucune norme commune partagée et reconnue par l’ensemble des acteurs.

Si le rapport de l’Institut Montaigne « La fabrique de l’islamisme » paru en septembre 2018 propose la création d’une institution chargée d’organiser et de financer le culte musulman en France, il n’y est pas, en tout état de cause, fait mention de l’instauration d’une taxe destinée à financer cette institution. Rien ne s’oppose en revanche à ce que le prélèvement d’une telle contribution financière résulte d’une initiative privée, par les protagonistes du marché « halal », et soit reversée à une association dont l’objet serait de financer le culte musulman.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

3 commentaires

  1. L’Etat macronien ajoute à ses “valeurs” la dhimmitude…

  2. Il y a quand même quelque chose qui me chagrine. Une telle taxe existe déjà, non ? La certification hallal délivrée par les mosquées de Paris, Lyon, Lille et Bordeaux (je crois) est facturée aux producteurs et autres vendeurs qui en font la demande. Elle est donc directement encaissée par les “chef” religieux adeptes du chamelier pédophile et habilités à délivrer lesdites certifications. A moins qu’il ne s’agisse de la création d’une deuxième taxe ? ! ? ! ? ! Dans tous les cas, cette taxe est facturée à tous les consommateurs qu’ils soient muzz ou non, surtout pour la viande dont les lignes d’abattage, pour des raisons de coût, ne font pas la différence. Il me semble que cela contrevient à la loi de 1905. Ce député semble donc avoir découvert l’eau tiède tout comme l’institut gauchiste Montaigne.

  3. outre s’indigner, il faut boycotter, c’est très simple! le logo halal figure sur les poulets Doux, je boycotte l’ensemble des des produits de cette marque! c’st idiot car les ouvrières ont été traitées d’illettrées par qui vous savez!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services