Archives par étiquette : pouvoir

L’OTAN a une guerre de retard : elle craint de ne pouvoir faire face à une attaque russe

Faut-il sortir de Saint-Cyr pour savoir qu'en 2017, l'ennemi de la France tel que défini par le chef des armées lui-même, ne vient plus de l'est?

"L'Otan n'est pas en mesure de contrer une agression russe à l'est tant sa capacité militaire s'est "atrophiée" depuis la fin de la Guerre froide, affirme Der Spiegel, s'appuyant sur un rapport confidentiel de l'alliance.

"La capacité de l'Otan de soutenir au niveau logistique un renfort rapide dans le territoire très étendu", sous la responsabilité du commandement suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), "s'est atrophiée depuis la fin de la guerre froide", selon ce rapport, dont l'hebdomadaire allemand dit s'être procuré un exemplaire.

Toujours selon ce document, il n'y a "pas de garantie suffisante que même la force de réaction (NRF, ndlr) serait en mesure de réagir rapidement et si besoin sur la durée".

Le rapport, qui doit être prochainement discuté par les ministres de l'Otan, décrit ainsi une organisation incapable de contrer une éventuelle agression militaire russe, en raison essentiellement d'"une structure de commandement clairsemée", résume Der Spiegel, dans des extraits de son édition à paraître samedi" (suite).

Lire la suite de l'article

Ce sont les familles qui ont un pouvoir réel au quotidien

La 5e Université d’été des Associations familiales catholiques (AFC) se tient du 25 au 27 août à Paray-le-Monial, sur le thème "Espérer". Jean-Marie Andrès, président des AFC, déclare :

 « Après la Manif pour tous, il y a peut-être eu un effet gueule de bois. La campagne présidentielle a laissé des traces. Les catholiques ont vu leurs espoirs cruellement douchés par les scores de Jean-Frédéric Poisson puis de François Fillon. Beaucoup d’entre eux, d’abord revigorés par les succès des marches, se sont alors dit que les valeurs qu’ils proposent n’intéressent en fait personne et ont alors eu tendance à se replier. Nous voulons donc les interpeller et leur demander de croire en eux-mêmes. Il ne sert à rien d’attendre l’aide d’un homme politique providentiel : ce sont les familles qui ont un pouvoir réel au quotidien. Elles doivent se faire entendre au jour le jour, là où elles vivent. »

Lire la suite de l'article

Le FN au pouvoir dans une dizaine d’années ?

Laurent Ripart, enseignant-chercheur en histoire du Moyen Age à Chambéry, militant NPA, a publié une analyse sur les derniers résultats FN, sur le site du NPA. C'est une vision de l'extrême-gauche, qui joue à se faire peur avec l'hydre fasciste, mais ce n'est pas inintéressant. Extraits :

"Lorsque Marine Le Pen annonça le 8 février 2016, au journal de 20 heures de TF1, sa candidature à l’Elysée, le FN venait de recueillir 27,7 % des suffrages aux élections régionales de décembre 2015 et les sondages la créditaient de 26 à 30 % des intentions de vote pour la présidentielle. Si aucun observateur ne pariait alors sur sa victoire, tous s’accordaient en revanche pour penser que sa qualification pour le second tour ne pouvait faire l’ombre d’un doute et qu’il était même très probable qu’elle sortirait en tête du premier tour. Au terme de cette campagne, la direction du FN ne peut toutefois que constater que les résultats n’ont pas été à la hauteur de ses espérances.

Les résultats en demi-teinte du FN à la présidentielle

Dans le dernier mois de la campagne, Marine Le Pen a vu ses intentions de vote décrocher jusqu’à se faire doubler dans la dernière ligne droite par Emmanuel Macron. N’ayant le jour du scrutin réuni que 21,3 % des voix, elle n’est finalement parvenue à se qualifier pour le second tour que de justesse, avec seulement 460 000 voix d’avance sur François Fillon qui a terminé en troisième position.

Si pour le FN le premier tour fut

Lire la suite de l'article

«Nous sommes au regret de ne pas pouvoir raser le Sacré-Coeur de Montmartre»

UnknownParmi les 2 446 projets déposés pour le budget participatif de la ville de Paris, un habitant de Montmartre avait proposé de «Raser le Sacré-Cœur», qualifiant l'édifice religieux construit à partir de 1875 de «verrue versaillaise qui insulte la mémoire de La Commune de Paris». 

Réponse officielle apportée par la ville de Paris mardi :

«Nous sommes au regret de ne pas pouvoir retenir votre proposition, pour la raison suivante : elle n'entre pas dans le champ de compétence de la Ville de Paris. En effet, le Sacré-Cœur est la propriété de l'Archidiocèse de Paris. A ce titre, la Ville de Paris ne peut pas intervenir pour réaliser un investissement dans le cadre du budget participatif. Nous vous remercions de votre compréhension.»

En attendant de confisquer la basilique ?

Lire la suite de l'article

Il est aujourd’hui de bon ton, pour pouvoir avancer en politique sans totalement renier ses convictions, de réclamer au nom du respect de la vie, le « retour à la loi Veil »

Réflexion de Jeanne Smits suite au décès de Simone Veil :

"Son nom restera pour toujours lié à la loi dépénalisant l'avortement sous l'euphémisme ravageur, « Interruption volontaire de grossesse ». Simone Veil n'était certes pas seule dans cette entreprise de mort dont les loges – Pierre Simon en tête – ont revendiqué la paternité, et il peut sembler de mauvais goût de n'évoquer que cela dans cette petite « nécro » très parcellaire.

Mais enfin, c'est un aspect de sa vie que la presse dans son ensemble juge déterminant pour lui « tresser des couronnes » aujourd'hui (l'expression franc-maçonne convient bien, je pense…) et elle-même n'a jamais exprimé de regrets. Au contraire, elle a avec quelque mépris souligné dans son autobiographie que les évêques de France étaient probablement plus soucieux de leur sécurité sociale à l'époque, en 1974, que d'une mobilisation générale contre une loi qui, parmi les premières en Occident, a donné une justification légale à l'assassinat des enfants dans le ventre de leur mère, moyennant force conditions qui ont été mollement appliquées, voire pas du tout.

A raison de quelque 200.000 victimes par an, mal an mal an, on arrive à près de 8,5 millions de petites vies supprimées avec la bénédiction du législateur, et donc de la législatrice, sans compter les effets épouvantables sur les femmes qui ont cru qu'avorter, cela ne se faisait sans doute pas « de gaieté de cœur » mais que c'était une sorte de droit.

Peut-être Simone Veil a-t-elle, au fil

Lire la suite de l'article

Le Front national a cru, ou feint de croire, qu’il pouvait arriver tout seul au pouvoir

Jean-Yves Le Gallou est interrogé dans Présent. Extrait :

"Pourquoi les conditions d’une recomposition à droite ne sont-elles pas encore totalement réunies ?

Parce que les uns et les autres sont échaudés par 30 ans de relations conflictuelles. Face à la diabolisation, le Front national a cru, ou feint de croire, qu’il pouvait arriver tout seul au pouvoir ou qu’il lui suffisait de draguer des personnalités isolées comme Guaino. Non ! il lui faut des alliés structurés. De ce point de vue, l’accord avec Nicolas Dupont-Aignan est une étape historique. Le cordon sanitaire est brisé. Les rapprochements avec la « droite hors les murs » sont aussi nécessaires, comme n’ont cessé de le dire Robert Ménard et Karim Ouchikh. Marine Le Pen doit tendre la main à tous ces hommes et ces femmes prêts à se rapprocher, et ne pas donner l’impression que pour elle « il n’y aurait bon bec qu’à gauche ». Il faut mobiliser au profit de la candidate nationale les orphelins du fillonnisme. D’autant que la défense de l’identité culturelle et anthropologique est un thème partagé. Face à Macron, c’est un choix de civilisation. Le choix d’une civilisation française, européenne et chrétienne face au nihilisme marchand, porte ouverte à l’islamisme."

Lire la suite de l'article

Il y a beaucoup à faire qu’aucun parti au pouvoir ne fera jamais

Un PM 161 Site1L'analyse d'Hilaire de Crémiers dans le numéro d'avril de Politique Magazine.

Les sycophantes mènent leur ballet. Institution éminemment démocratique qui sévissait déjà dans l’Athènes décadente. La dénonciation sort des officines de la Hollandie, file vers les salles de rédaction, excite les magistrats, incendie les réseaux sociaux. Chacun se croit en droit de juger. Le parti socialiste, toute la gauche dite de gouvernement qui joue les offusqués, oublie aujourd’hui les scandales qui ont défrayé la chronique de la Mitterandie pendant plus d’une décennie, après les premières révélations de l’affaire Urba en 1991.

Le passé, le présent et le futur

Ils ont enterré Henri Emmanuelli samedi 25 mars en grande pompe républicaine à Mont-de-Marsan. Tous les caciques de la Gauche installée, prébendée, rémunérée et nourrie – que de pauvres gens ! – étaient là, alignés sur leurs chaises, à côté de François Hollande. À quoi pensaient-ils, tous, avec ces regards perdus, comme affaissés sur de douloureux abîmes intérieurs. Ces beaux messieurs qui affectent avec condescendance l’affranchissement de toute foi religieuse, songeaient peut-être que ce serait, comme dit le poète, bientôt leur tour. Finie la vie ! Les confortables prébendes et la jouissive fièvre de la politique politicienne ! Eux aussi, mais oui, tout comme lui, ils y passeront ! Hollande s’est voulu bravache, selon son habitude. Braver Dieu, en se croyant drôle, c’est son truc depuis ses 18 ans. Comme ses compères, à peu près tous à son image, sortis des bons collèges ! « Si Dieu existe, et que Henri

Lire la suite de l'article

Hollande le manipulateur : “nous pouvons, nous la droite, revenir au pouvoir”…

(Re)Découvrez l'affaire Caton quand François Hollande était déjà à l'Elysée.

 

Lire la suite de l'article