Archives par étiquette : L’effet

Délit d’entrave à l’avortement : une occasion pour la droite d’en finir avec l’effet cliquet

Suite au vote par le sénat du délit d'entrave "par tous les moyens" de l'avortement, Thibaud Collin s'interroge dans le Figarovox :

"François Fillon ayant mis les libertés au cœur de son projet, peut-on espérer qu'il s'engage dès maintenant à abroger cette loi inique s'il est élu à la présidence de la République? La question mérite d'être posée tant le parti dont il vient de prendre la tête nous a habitué à un triste scénario: effets oratoires et guerre d'amendements contre une loi déclarée injuste suivis, une fois revenu aux affaires, d'une lâche génuflexion devant le soi-disant sens de l'histoire. Conservateurs dans l'opposition, progressistes au pouvoir. Cette incohérence intellectuelle n'est pas pour rien dans le discrédit des partis dits de gouvernement. On peut espérer que François Fillon en a pris conscience et qu'il est prêt à transgresser enfin cette loi implicite que toute réforme sociétale devienne inéluctablement objet d'un consensus. Ce serait une belle manière de signifier à la Gauche que son monopole métapolitique est fini."

Lire la suite de l'article

La droite prisonnière de l’effet cliquet

Communiqué de Barbara Mazières, Présidente du CERCLE ANJOU CONFERENCES, suite à la réunion de sens commun hier soir à THORIGNE d'ANJOU :

Sens commun3"Madeleine de Jessey essaie de convaincre les 75 personnes présentes qu'il faut voter Fillon car c'est une stratégie (le levain dans la pâte nous dit elle). Personnellement je ne comprends pas cette stratégie de l'étouffement des hommes de droite, catholiques bien pensants, qui ruine la France depuis 40 ans au moins.

A chaque fois c'est la même histoire, la gauche veut passer une loi sociétale délétère, on manifeste contre (mais pas trop quand même, il faut rester propre sur soi) et puis une fois la loi votée on abandonne le combat en se justifiant de tenter de sauver la suite.

Cet effet cliquet nous a amené où nous sommes aujourd'hui.

Il faut un homme, ou une femme, courageux pour abroger une loi. La loi Taubira pourrait être le premier symbole, par son abrogation, de la reconquête de nos valeurs et le début de la victoire de la civilisation sur l'esprit de mai 68.

Ce soir Mme de Jessey et M. Roch Brancour nous ont convaincu que ce n'était pas avec Sens Commun que nous gagnerons la bataille.

Libérons nos convictions, votons massivement Jean-Frédéric Poisson à la primaire de la droite et venons manifester en nombre le 16 octobre pour l'abrogation de la loi Taubira."

Lire la suite de l'article

Armées : le recrutement dopé par l’effet «Charlie»

Images

"Un phénomène nouveau, on n'avait jamais vu ça avant" : l'armée qui peinait un peu à remplir les objectifs de recrutement, a vu arriver après les évènements de janvier une foule de candidats aux profils les plus divers, ayant même pour certains dépassé l'âge requis, diplômés ou non, ils veulent "s'engager pour donner un coup de main".

" En 2014, ils étaient 120.000 à remplir le formulaire sur le site pour se mettre en contact avec un conseiller en recrutement. «Fin 2015, on sera à 170.000», indique le colonel Éric de Lapresle, chef du bureau marketing et communication de recrutement de l'armée de terre. «Les engagements effectifs ne sont pas plus faciles mais il est manifeste que l'intérêt pour l'armée et le recrutement a été porté par l'effet des attentats», commentent de nombreux gradés."[…]

Lire la suite de l'article

L’effet “Sébastien Chenu” à Beauvais et dans l’Oise: une chance pour le FN?

Picture3Rallié au Front national, en provenance de l'UMP, l'ancien responsable de GayLib Sébastien Chenu se présente aux départementales dans l'Oise. Il est candidat dans le canton de Beauvais-2, où il revendique "un réseau important", ayant été pendant 13 ans maire-adjoint de Beauvais.

A première vue, M. Chenu a obtenu un score flatteur, avec 33,67 % des voix. Son binôme devance de deux points les candidats UMP, face auxquels il se retrouve en duel dimanche.

A y regarder de plus près, toutefois, il apparaît que M. Chenu a fait un score bien moindre que celui qu'aurait pu espérer le FN

M. Chenu a ainsi obtenu 27 % des voix sur la partie de Beauvais incluse dans son canton, alors que le score du FN aux européennes sur l'ensemble de la ville était de 30%. Toutefois, cette comparaison est peu probante, la commune de Beauvais étant répartie sur deux cantons.

Observons donc les résultats sur les trois autres plus grandes communes du canton (qui en compte 26, outre Beauvais): 

Picture2

Il apparaît donc qu'entre les européennes et les départementales, le FN a subi dans ce canton une déperdition que l'on peut estimer à entre 5 et 7 points en moyenne, alors qu'au niveau national le FN a légèrement amélioré son score entre les deux élections.

Cette contre-performance est-elle imputable à un "effet Chenu"? Sans doute, avec deux remarques complémentaires :

Le binôme FN était concurrencé par un binôme du Parti de la France, qui, avec

Lire la suite de l'article

L’effet “Sébastien Chenu” à Beauvais et dans l’Oise: une chance pour le FN?

Picture3Rallié au Front national, en provenance de l'UMP, l'ancien responsable de GayLib Sébastien Chenu se présente aux départementales dans l'Oise. Il est candidat dans le canton de Beauvais-2, où il revendique "un réseau important", ayant été pendant 13 ans maire-adjoint de Beauvais.

A première vue, M. Chenu a obtenu un score flatteur, avec 33,67 % des voix. Son binôme devance de deux points les candidats UMP, face auxquels il se retrouve en duel dimanche.

A y regarder de plus près, toutefois, il apparaît que M. Chenu a fait un score bien moindre que celui qu'aurait pu espérer le FN

M. Chenu a ainsi obtenu 27 % des voix sur la partie de Beauvais incluse dans son canton, alors que le score du FN aux européennes sur l'ensemble de la ville était de 30%. Toutefois, cette comparaison est peu probante, la commune de Beauvais étant répartie sur deux cantons.

Observons donc les résultats sur les trois autres plus grandes communes du canton (qui en compte 26, outre Beauvais): 

Picture2

Il apparaît donc qu'entre les européennes et les départementales, le FN a subi dans ce canton une déperdition que l'on peut estimer à entre 5 et 7 points en moyenne, alors qu'au niveau national le FN a légèrement amélioré son score entre les deux élections.

Cette contre-performance est-elle imputable à un "effet Chenu"? Sans doute, avec deux remarques complémentaires :

Le binôme FN était concurrencé par un binôme du Parti de la France, qui, avec

Lire la suite de l'article

L’effet “Sébastien Chenu” à Beauvais et dans l’Oise: une chance pour le FN?

Picture3Rallié au Front national, en provenance de l'UMP, l'ancien responsable de GayLib Sébastien Chenu se présente aux départementales dans l'Oise. Il est candidat dans le canton de Beauvais-2, où il revendique "un réseau important", ayant été pendant 13 ans maire-adjoint de Beauvais.

A première vue, M. Chenu a obtenu un score flatteur, avec 33,67 % des voix. Son binôme devance de deux points les candidats UMP, face auxquels il se retrouve en duel dimanche.

A y regarder de plus près, toutefois, il apparaît que M. Chenu a fait un score bien moindre que celui qu'aurait pu espérer le FN

M. Chenu a ainsi obtenu 27 % des voix sur la partie de Beauvais incluse dans son canton, alors que le score du FN aux européennes sur l'ensemble de la ville était de 30%. Toutefois, cette comparaison est peu probante, la commune de Beauvais étant répartie sur deux cantons.

Observons donc les résultats sur les trois autres plus grandes communes du canton (qui en compte 26, outre Beauvais): 

Picture2

Il apparaît donc qu'entre les européennes et les départementales, le FN a subi dans ce canton une déperdition que l'on peut estimer à entre 5 et 7 points en moyenne, alors qu'au niveau national le FN a légèrement amélioré son score entre les deux élections.

Cette contre-performance est-elle imputable à un "effet Chenu"? Sans doute, avec deux remarques complémentaires :

Le binôme FN était concurrencé par un binôme du Parti de la France, qui, avec

Lire la suite de l'article

L’effet “Sébastien Chenu” à Beauvais et dans l’Oise: une chance pour le FN?

Picture3Rallié au Front national, en provenance de l'UMP, l'ancien responsable de GayLib Sébastien Chenu se présente aux départementales dans l'Oise. Il est candidat dans le canton de Beauvais-2, où il revendique "un réseau important", ayant été pendant 13 ans maire-adjoint de Beauvais.

A première vue, M. Chenu a obtenu un score flatteur, avec 33,67 % des voix. Son binôme devance de deux points les candidats UMP, face auxquels il se retrouve en duel dimanche.

A y regarder de plus près, toutefois, il apparaît que M. Chenu a fait un score bien moindre que celui qu'aurait pu espérer le FN

M. Chenu a ainsi obtenu 27 % des voix sur la partie de Beauvais incluse dans son canton, alors que le score du FN aux européennes sur l'ensemble de la ville était de 30%. Toutefois, cette comparaison est peu probante, la commune de Beauvais étant répartie sur deux cantons.

Observons donc les résultats sur les trois autres plus grandes communes du canton (qui en compte 26, outre Beauvais): 

Picture2

Il apparaît donc qu'entre les européennes et les départementales, le FN a subi dans ce canton une déperdition que l'on peut estimer à entre 5 et 7 points en moyenne, alors qu'au niveau national le FN a légèrement amélioré son score entre les deux élections.

Cette contre-performance est-elle imputable à un "effet Chenu"? Sans doute, avec deux remarques complémentaires :

Le binôme FN était concurrencé par un binôme du Parti de la France, qui, avec

Lire la suite de l'article

L’effet domino : et maintenant, l’inceste

Si l'on peut épouser qui l'on aime, y compris une personne de même sexe, pourquoi ne pas autoriser la polygamie, l'inceste, la pédophilie et la zoophilie ? Ce raisonnement avait fait pousser des cris d'orfraie aux partisans du "mariage" pour tous, Najat Vallaud-Belkacem en tête, il y a de cela seulement deux ans, alors que la loi Taubira n'avait pas encore été votée. Pourtant la logique, implacable, produit déjà ses effets. En Allemagne (où un "contrat de communauté de vie" permet aux homosexuels de bénéficier d'à peu près tous les avantages du mariage, sans en porter le nom), le conseil d'éthique, qui porte bien mal son nom, propose à présent de dépénaliser l'inceste entre frère et soeur :

""Selon toutes les données disponibles, l'inceste entre frère et sœur est très rare dans les sociétés occidentales" et le risque de sanctions contraint les couples concernés "au secret et à la négation de leur amour", ce que le Conseil d'éthique juge contraire au droit à "l'autodétermination sexuelle"."

Lire la suite de l'article