Archives par étiquette : force

Macron voulait un consensus sur la PMA. Or il n’y en a pas. Macron va-t-il passer en force ?

Lire la suite de l'article

A force d’accueillir et de soigner gratuitement toute la terre, on soigne de plus en plus mal

De Caroline Parmentier dans Présent :

Images-9"La mort de Naomie Musenga est choquante et révoltante. Mais compte tenu de l’état de notre système de santé, de la pénurie de médecins et de l’engorgement des services d’urgence dans notre pays, notamment saturés par une immigration massive, il est presque étonnant que cela n’arrive pas plus souvent.

Oui, l’opératrice a commis une lourde faute dont les conséquences ont été dramatiques. Non, l’affaire Naomie n’est pas une affaire raciste. Je connais une infirmière aux urgences à qui les médecins demandent systématiquement de « faire le tri » des malades en salle d’attente sursaturée. De façon à ne garder que les véritables urgences. Ceux dont les enfants ont mal aux oreilles, ceux qui toussent depuis quinze jours, tous ceux qui relèvent du bobologue plus que de l’urgentiste de garde sont invités à dégager, direction le généraliste. Tout simplement parce que les gens ont pris l’habitude de se rendre aux urgences comme à une simple consultation parce que c’est gratuit et sans rendez-vous. C’est de cette gabegie intolérable que Naomie est morte.

Un « supermarché de la santé »

Procéder à ce tri au jugé, est à haut risque pour les malades et pour l’infirmière en question. C’est aussi ce qui est arrivé à cette opératrice du Samu. Comme témoigne l’une d’elle sur le site de nos confrères de Riposte Laïque : « cela aurait pu m’arriver à moi ; notre quotidien c’est 300 à 400 appels par jour. Nous n’avons aucune formation médicale, mais nous avons des instructions (…) Instructions

Lire la suite de l'article

MC Arnautu : “Notre marque FN porte en elle le courage, la protection, la force et la détermination”

Marie-Christine Arnautu, députée européenne FN et connue pour ses positions pro-vie, sa défense de la famille et son attachement aux valeurs traditionnelles, a été élu en très bonne position au conseil national du FN (10ème place), comme Bruno Gollnisch (5ème place) alors même qu’elle avait été suspendue de sa fonction de vice-présidente pour quinze mois pour sa proximité et fidélité avec Jean-Marie Le Pen.

Voici son analyse des résultats du congrès où elle affiche clairement la défense du nom Front national ainsi que des “fondamentaux” de son parti :

Lire la suite de l'article

Qui Emmanuel Macron écoutera-t-il : les sondages pour passer en force comme Hollande, ou les Français ?

Lire la suite de l'article

La recomposition de la droite passe par l’élimination des forces politiques actuelles et par l’émergence d’une nouvelle force de droite alternative.

Guillaume Bernard répond aux questions de Boulevard Voltaire à propos du congrès du FN.

Vous avez suivi avec beaucoup d’attention le congrès du Front national. Quelle est votre analyse?

Je crois tout d’abord que la réunion de ce congrès était statutairement prévue. Il était normal qu’il se tînt. Mais je crois aussi qu’il y avait un certain tangage au sein de l’organisation. Marine Le Pen a certes réussi à être au second tour de la présidentielle, mais a fait un score en-deçà des espérances du Front National. Par conséquent, son autorité était battue en brèche. Elle était en partie discréditée dans l’opinion publique. Il fallait donc qu’elle réaffirme son autorité.
De ce point de vue là, il semble qu’elle ait réussi à réaffirmer son pouvoir dans l’appareil et de mettre à ses côtés, dans les instances dirigeantes, les personnes qui lui sont proches et dévouées.

Avec son nouveau nom, censé être plus ouvert et moins clivant, le Front National est-il capable d’engager des alliances à droite ?

C’est une question très importante. Pour autant, le changement de nom ne traduit pas un changement de ligne. On a bien vu qu’avec le départ de Florian Philippot, il y avait peut-être la possibilité pour le Front national de changer de stratégie et de discours global. Or, Marine Le Pen est restée sur les mêmes principes que ceux qui avaient animé sa campagne présidentielle. Certes, elle a davantage parlé d’identité et d’immigration. Elle a également innové en abordant des questions liées à la

Lire la suite de l'article

Le retour en force des idées de droite est une réalité constatable mais encore inachevée

Dans Liberté Politique, Guillaume Bernard soutient que le mouvement dextrogyre est bien à l'oeuvre, malgré les résultats électoraux de l'an passé :

Unknown-14"[…] La grande coalition libérale macronienne, réunissant droite et gauche modérées, en est la parfaite illustration : elle a réuni les tenants du libéralisme économique (réforme du Code du travail) et du libéralisme culturel (acceptation de la PMA). Il est certain que les idées authentiquement de droite, si elles se déploient à nouveau dans l'espace public (affirmation de la défense de l'identité et des racines culturelles, retour vers un certain conservatisme sociétal, réticence vis-à-vis des incertaines « valeurs républicaines », exaspération vis-à-vis de la repentance, etc.), sont encore électoralement minoritaires. Il est impossible de revenir, en quelques années, sur quatre siècles de développement et d'imprégnation sociale de la philosophie politique moderne.

Si elles pouvaient être satisfaisantes, les victoires souverainistes lors des référendums de 2005 en France (rejet du TCE) ou de 2016 au Royaume-Uni (Brexit) étaient le résultat de la convergence de forces politiques disparates. Elles ont toutefois traduit le souhait populaire d'un retour au contrôle de son espace territorial et normatif. L’élection de Donald Trump aux États-Unis, avec pourtant une minorité de suffrages populaires, s'explique par la structure fédérale de ce pays. En Autriche, en revanche, le candidat du FPÔ n'a pas réussi à l'emporter seul contre toutes les autres formations politiques. Le retour en force des idées de droite est donc une réalité culturellement et même électoralement constatable mais encore inachevée.

Les deux principaux partis

Lire la suite de l'article

Tentative de passage en force sur l’euthanasie

Alliance Vita dénonce :

B_1_q_0_p_0"A l’heure où la priorité est d’évaluer comment la loi fin de vie de 2016 est appliquée sur le terrain, Alliance VITA dénonce la pression mise soudainement par certains parlementaires pour tenter d’imposer la légalisation de l’euthanasie en France : la proposition de loi de la députée Caroline Fiat [photo] (La France insoumise) a été en effet examinée et rejetée ce jour par la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. Elle sera néanmoins débattue en séance publique le 1er février prochain.

La loi Claeys-Leonetti du 2 février 2016 commence à peine à être connue et mise en œuvre, puisque les décrets d’application datent d’août 2017. De nombreuses initiatives officielles sont en cours ou prévues à court terme pour étudier si la prise en charge de la fin de vie s’améliore en France : le gouvernement a lancé une enquête via l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) ; le Parlement prévoit un groupe d’étude et des auditions dans les semaines à venir ; le CESE s’est également autosaisi du sujet ; et des évaluations médicales sur la pratique de la « sédation profonde et continue jusqu’au décès » sont en cours via le Centre National des Soins Palliatifs et de la Fin de Vie (CNSPFV) et la Société Française d’Accompagnement et de soins Palliatifs (SFAP).

Alors que nous sortons à peine de trois années de débat approfondi sur les enjeux de la fin de vie entre 2012 à 2016, Alliance VITA voit dans cette offensive idéologique le risque d’occulter les

Lire la suite de l'article

Jacob Rees-Mogg, la force tranquille du parti conservateur britannique

D'Anne Dolhein sur Réinformation.tv :

Unknown-7"On a dit que Jacob Rees-Mogg ne pouvait avoir d’avenir politique pour cause de franchise sur le chapitre de l’avortement. Et du « mariage » gay. Pensez : il se déclare, en tant qu’être humain et catholique, opposé à l’« IVG » même en cas de viol. Et pourtant cette star montante du parti conservateur britannique, qui a fait campagne pour le Brexit, vient d’être élue président d’un important groupe de parlementaires conservateurs eurosceptiques qui se sont engagés à demander des comptes au gouvernement à propos de la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

Tel est le charisme de ce père de six enfants, heureusement marié avec la même femme depuis de longues années, que d’aucuns lui ont prédit qu’il deviendrait un jour le leader des Tories. Jacob Rees-Mogg a toujours répondu qu’il n’avait pas cette ambition. Mais sa nomination montre que d’autres pourraient bien le pousser dans cette direction. Quoiqu’il en soit, l’élection du parlementaire au poste de chef de l’European Research Group (ERG) s’est faite de manière toute naturelle, sans que personne ne lui dispute la place, tant il est apparu comme le candidat idéal. Son atout, selon ses partisans : il « croit véritablement » au Brexit et aux bienfaits que celui-ci peut apporter au Royaume-Uni. […]"

Lire la suite de l'article

« SOS Villages d’enfants » convertit de force les enfants à l’islam

De l'agence Fides :

B_1_q_0_p_0"Une trentaine d’enfants chrétiens (orthodoxes) ont déjà été convertis de force à l’islam et le même danger pèse sur quelques 120 enfants, adolescents et jeunes chrétiens qui se trouvent dans 12 maisons d’accueil pour orphelins de Gode, dans la région somalienne de l’Ethiopie, grâce au projet et à l’ONG SOS Villages d’enfants international. La nouvelle a été transmise à Fides par une source locale qui demande à conserver l’anonymat et confirme l’alerte lancée par les deux prêtres orthodoxes oeuvrant sur place, les Pères Freu et Ephrem.

Selon la dénonciation parvenue à Fides, quelques 30 enfants chrétiens orthodoxes ont déjà été convertis à l’islam dans la mosquée construite par une ONG d’origine autrichienne qui fait office d’école coranique. Les enfants présents dans ces centres d’accueil doivent prier à la mosquée cinq fois par jour. La même situation concerne également 120 enfants chrétiens confiés à une femme, généralement veuve sans enfant, et à sa tante, deux femmes musulmanes d’origine somalienne. « Tous les enfants sans exception – indique la source locale de Fides – sont contraints à se rendre à la mosquée et à répéter les versets du coran ».

Déjà en 2014, le Père Freu avait avisé ses supérieurs orthodoxes du phénomène d’islamisation. Depuis lors, plus de trois années ont passé et il raconte ce qui se passe actuellement sous le toit de SOS Villages d’enfants international de Gode. « Je suis responsable de leur foi devant Dieu. Je suis prêt à donner ma vie

Lire la suite de l'article

La politique actuelle repose sur l’idée qu’il existe trop de communes alors que ces 35 000 communes représentent une force

Alors que se tient actuellement le congrès des maires de France, Minute a interrogé le maire de Béziers Robert Ménard. Extrait :

2848_page_01"[…] Personnellement, j’ai quitté l’Association des maires de France parce qu’elle avait pris position contre les crèches dans les mairies. Je n’y adhère donc plus – et cela fait autant d’économies pour ma ville.

J’écouterai attentivement ce que M. Macron dira aux maires et je ne veux pas lui faire de procès d’intention avant de l’avoir entendu. Mais la politique actuelle repose sur l’idée qu’il existe trop de communes et qu’il vaudrait mieux en réduire le nombre au profit de grandes intercommunalités ; alors qu’au contraire, ces 35 000 communes représentent une force pour la France. Les conseillers municipaux et les maires sont proches de la population. Etre maire d’une petite commune – ce qui est le cas de la moitié d’entre eux – n’est pas une sinécure, mais un apostolat, un sacrifice. Ils perçoivent 625 euros par mois d’indemnité et sont à la disposition permanente de leurs concitoyens.

Il arrive que des gens viennent sonner à ma porte à une heure du matin ! M. Macron ne comprend pas cela, il ne le sait même pas. A ses yeux, il n’existe qu’une quinzaine de métropoles, et au-delà, c’est le désert français !"

Lire la suite de l'article

A force de renier ses racines chrétiennes, l’UE porte une responsabilité dans la persécution de 215 millions de Chrétiens

Intervention de Christelle Lechevalier, Député français (FN) au Parlement Européen

Lire la suite de l'article

Bruno Mégret : Cette situation nouvelle libère un espace important pour l’organisation d’une nouvelle force de droite

Désormais retiré de la vie politique, l'ancien patron du MNR (Mouvement national républicain) et numéro 2 du FN Bruno Mégret répond au Figaro :

"Si vous aviez pu participer au bureau politique du FN ce mardi, quelles remarques auriez-vous formulé au sortir de cette séquence électorale?

Il faut d'abord prendre la mesure du changement: l'élection d'Emmanuel Macron est une opération de sauvetage d'un système discrédité par les partis traditionnels. Mais si ceux-ci ont été laminés, la gauche n'a pas disparu. Car, avec la République en marche, c'est celle-ci qui est aujourd'hui au pouvoir et c'est la ligne Hollande-Valls qui l'a emporté! Ce succès simplifie le champ politique car la majorité actuelle rassemble tous les partisans de la gauche de gouvernement, y compris ceux qui adhéraient à LR. Cette situation nouvelle libère un espace important pour l'organisation d'une nouvelle force de droite. Et si le FN était à la hauteur des enjeux, il prendrait l'initiative d'une recomposition en proposant la création d'un grand pôle de droite regroupant ses propres troupes et celles de la partie droitière des Républicains.

Comment expliquer le coup d'arrêt à la dynamique frontiste

Si l'on regarde de près les résultats des derniers scrutins, ce n'est pas la stratégie prêtée à Florian Philippot, orientée sur le souverainisme et le social, qui a fait progresser le parti, mais l'importance que les Français accordent aux préoccupations qui sont traditionnellement celles du FN: le rejet du système, la crise migratoire, la menace terroriste, les questions identitaires. Aussi, les Français exaspérés

Lire la suite de l'article