Archives par étiquette : d’un

D’un côté, les producteurs se suicident et de l’autre, les consommateurs s’empoisonnent

De Loup Mautin sur Boulevard Voltaire :

"Depuis dimanche soir, les agriculteurs bloquent raffineries et dépôts de carburants dans toute la France. Mais ils sont prévenus. Le gouvernement « ne reviendra pas » sur l’autorisation d’importation d’huile de palme en provenance d’Asie.

L’élément déclencheur de ce mouvement de protestation provient de l’autorisation donnée par l’État à Total d’exploiter une bio-raffinerie à La Mède (Bouches-du-Rhône) qui fonctionnera en partie à l’huile de palme importée d’Asie, en remplacement de l’huile de colza produite en France. Cette huile d’importation est un produit miracle pour les industriels en raison de son faible coût et de sa facilité de transformation. Elle comporte, en revanche, de nombreux et graves inconvénients environnementaux.

Cette goutte d’huile de palme a donc fait déborder le vase de la patience des producteurs français et déclenché leur colère.

Ils ne supportent plus les incohérences de la politique agricole. Le gouvernement français promet en permanence de les aider, de promouvoir leurs produits, leur impose chaque jour de nouvelles normes et de nouvelles obligations sanitaires ou environnementales tout en ouvrant les frontières à des produits agricoles qui ne répondent pas à ces normes. C’est une distorsion de concurrence insupportable. Des accords de libre-échange sont en cours de négociation avec le Canada, le Mexique, l’Amérique du Sud, et la Commission européenne vient de mandater ses émissaires pour entamer des négociations avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Il faut, en effet, être clair et ne pas tenir un double discours. On ne peut pas être dans

Lire la suite de l'article

Chantiers pour Jeunes de rénovation d’un Monument Historique

Capture d’écran 2018-06-09 à 11.26.12Pour la 4ème année consécutive l’association des Amis du Château de Braux-Sainte-Cohière, classé Monument Historique, lance un chantier travaux dans le cadre de l’ouverture au public. Dans une ambiance familiale et joyeuse, nous recherchons des jeunes gens à partir de 16 ans révolus à la date du chantier. Si vous êtes passionnés de belles demeures historiques et que vous souhaitez participer à cette belle aventure de remise en état d’un monument historique, vous êtes les bienvenus.

Aucune compétence n’est exigée, les travaux seront dirigés par une personne expérimentée. Au programme : joints et enduits à la chaux, décapage et peinture à l’ocre, organisation des jardins, électricité, découverte de savoir-faire… liste non exhaustive.

Mais aussi : bonne ambiance de camaraderie, apprentissages de techniques à l’ancienne, veillée au coin du feu, chants scouts, baignades, et franches rigolades.

Conditions :

  • Chantier bénévole
  • A 2 heures de Paris en Champagne-Ardennes,
  • Dates : minimum 1 semaine entre le 1er juillet et le 31 août
  • Adhésion à l’association obligatoire (assurances),
  • L’intendance sera assurée par l’association et encadrée par les propriétaires qui vous recevront.
  • Vous serez logés en dortoir (que de garçons),
  • Des activités culturelles et ludiques sont programmées
  • Transport possible en voiture depuis Versailles ou Paris toutes les fins de semaine ;
  • PAF : 50 euros par semaine

Merci d’adresser votre motivation par mail : chateaudebraux@gmail.com 

Lire la suite de l'article

Fausse nouvelle : la grosse presse tombe dans le panneau de la mort d’un journaliste russe

Comme il s'agissait de s'en prendre à Poutine, la presse a sauté à pieds joints :

Image

En insistant lourdement sur la piste russe :
"Opposé à l’annexion de la Crimée, en 2014, et à la guerre menée par Moscou dans l’est de l’Ukraine, il s’était mué en critique virulent du régime de Vladimir Poutine. Il avait fui la Russie en février 2017 après avoir reçu des menaces de mort, consécutives à une violente campagne sur Internet et sur les télévisions russes, où il était désigné comme un traître et un fasciste et son visage livré en pâture aux téléspectateurs. « Cela fait dix ans que j’ai peur, expliquait-il au moment de son départ. Quand tu es dissident en Russie, on peut te tuer, on peut t’emprisonner… »

Il s'agissait d'une fausse nouvelle, mise en scène par le gouvernement ukrainien :

Dec_iqqX0AIgEv-"Les autorités ukrainiennes ont annoncé, mardi 29 mai, la mort du journaliste russe, critique du Kremlin, Arkadi Babtchenko, ajoutant que le meurtre avait été "commandité par les services spéciaux russes". Mais retournement de situation, mercredi 30 mai. Le journaliste en question est apparu, bien vivant, lors d'une conférence de presse du chef de la Sécurité d'Etat ukrainienne. Le gouvernement urkainien a expliqué avoir mis en scène le meurtre pour déjouer un assassinat commandité par la Russie. "Grâce à cette opération, nous avons réussi à déjouer une provocation cynique et à documenter les préparatifs de ce crime par les services spéciaux russes", a déclaré le chef des services ukrainiens de sécurité Vassyl Grytsak, aux côtés du journaliste, précisant que

Lire la suite de l'article

Le président italien torpille la formation d’un gouvernement

Unknown-10Pressenti pour former un gouvernement, Giuseppe Conte s'est heurté au veto du président Sergio Mattarella (photo), qui a refusé la nomination de l'eurosceptique Paola Savona au ministère de l'Économie. Le professeur Conte a pris acte de ce refus en renonçant à former un gouvernement.

Devant l'impasse, le Président Mattarella a déclaré qu'il n'envisageait pas d'organiser des élections avant d'avoir obtenu un «vote clair» du Parlement. Aussi a-t-il convoqué pour lundi matin au Quirinal le directeur d'un observatoire sur les comptes publics, l'économiste Carlo Cottarelli, ancien Commissaire à la dépense publique. En 1988, il travaillait pour le FMI… Il devrait le charger de constituer un gouvernement «neutre». S'il n'a, à première vue, aucune chance d'obtenir la confiance du Parlement, il pourrait expédier les affaires courantes et organiser de nouvelles élections pour l'automne prochain.

La Ligue et le M5S ont accusé le chef de l'État de trahir le vote des Italiens. Matteo Salvini, patron de La Ligue, a accusé le chef de l'État d'avoir «injustement barré la route à un homme qui avait pour seul tort d'avoir trop défendu les intérêts des Italiens».

"Nous ne serons plus jamais les larbins de personne. L'Italie n'est pas une colonie, nous ne sommes pas les esclaves des Allemands ou des Français, du spread (l'écart entre les taux d'emprunt à dix ans allemand et italien, ndlr) ou de la finance". "Les Italiens d'abord. Moi je ne lâche rien".

Luigi Di Maio, patron du M5S, a parlé d'un choix «incompréhensible» de la part du président Mattarella:

«L'Italie

Lire la suite de l'article

La triste évolution de l’Église catholique post-conciliaire, une mise en garde aux prélats orthodoxes qui rêvent d’un concile

L'ouvrage de Guillaume Cuchet est examiné également dans le monde orthodoxe. Avec cette analyse :

Cuchet_FI-1068x777"[…] Le concile a engendré une perte de repères chez les fidèles. Le texte concilaire Dignitatis humanae, publié en 1965, sur la liberté religieuse, est apparu « comme une sorte d’autorisation officieuse à s’en remettre désormais à son propre jugement en matière de croyances, de comportements et de pratique, qui contrastait fortement avec le régime antérieur », ce qui suscitait chez le père Louis Bouyer cette remarque chagrine : « Chacun ne croit plus, ne pratique plus que ce qui lui chante. »

Dans le domaine de la piété, note Cruchet, des aspects de la réforme liturgique qui pouvaient paraître secondaires, mais qui ne l’étaient pas du tout sur le plan psychologique et anthropologique, comme l’abandon du latin, la communion dans la main, la relativisation des anciennes obligations, ont joué un rôle important. De même que les critiques de la communion solennelle qui se sont multipliées à partir de 1960 et surtout de 1965, ainsi que la nouvelle pastorale du baptême (à partir de 1966) et du mariage (en 1969-1970), qui avait tendance à hausser le niveau d’accès aux sacrements en exigeant des candidats davantage de préparation et d’investissement personnel.

Dans le domaine des croyances, c’est le fait même du changement de discours qui a compté. La variation de l’enseignement officiel rendait sceptiques les humbles, qui en déduisaient que, si l’institution s’était « trompée » hier en donnant pour immuable ce qui avait cessé de l’être,

Lire la suite de l'article

L’islam est une religion vouée au service d’un projet politique universel : soumettre le monde entier à Allah et à sa Loi

Extrait du numéro 56 de la Petite Feuille Verte :

Hassan5-450x255"Contrairement à une idée répandue, selon laquelle l’islam serait indistinctement « religion et régime politique » (dîn wa-dawla), R. Brague montre que cette formule, adoptée par le mouvement islamiste des Frères musulmans, fondé en Egypte en 1928, ne se réfère qu’à une situation éphémère : les dix années (622-632) durant lesquelles une seule et même personnalité, Mahomet, a détenu à la fois les pouvoirs temporel et religieux. Autrement dit, « le principat et le pontificat », selon la formule d’Abdelwahab Meddeb (1946-2014). Même si ce précédent nourrit la nostalgie des djihadistes actuels, ceux-ci ne peuvent se référer à aucun texte sacré de l’islam (Coran, Sunna, Sîra) pour imposer une forme particulière de régime (monarchie, république, dictature, démocratie), le califat lui-même, institué par les successeurs de Mahomet, n’ayant été qu’une sorte de décalque des empires orientaux et européens.

En revanche, l’islam est une religion vouée au service d’un projet politique universel : soumettre le monde entier à Allah et à sa Loi.

  • N’obéis pas à celui dont Nous avons rendu le cœur insouciant envers notre Rappel « de la vraie religion » (Coran 18, 28) ;
  • L’islam domine et ne saurait être dominé (sentence de Mahomet, contenue dans la Sunna).

De là résulte la confessionnalité qui caractérise l’organisation de l’Etat, quelle qu’en soit la forme, dans tout pays où les musulmans sont majoritaires, à l’exception du Liban. […] L’islam est un messianisme temporel et non pas spirituel. Cette conception résulte de l’absence de salut : le Coran occulte le péché originel

Lire la suite de l'article

“Notre fils a aussi besoin d’un père”

Le magazine Parents publie dans sa rubrique « Mon histoire » un article titré « Je suis homo, et j'ai fait un enfant avec ma meilleur amie ».

« Je suis homo, Cathy aussi. Nous étions amis depuis quinze ans quand l'idée est venue : faire un enfant ensemble. »

Mais après l'accouchement, tout ne se passe pas comme prévu… et se termine chez le juge. La conclusion sonne comme un slogan de la Manif pour tous ! Si c'est eux qui le disent :

K26av

Lire la suite de l'article

Macron pourrait reconnaître aux congrégations religieuses une liberté dont elles sont privées depuis plus d’un siècle

De Grégor Puppinck dans La Nef :

Unknown-9"Dans son discours du 9 avril aux Bernardins, devant la Conférence des évêques de France, Emmanuel Macron, après avoir exprimé son « sentiment que le lien entre l’Église et l’État [s’était] abîmé » et qu’il convenait de le « réparer », a tenu à « saluer tous ces prêtres et ces religieux qui de cet engagement ont fait leur vie ». A ce propos, comme acte concret de réconciliation, l’État pourrait aisément reconnaître aux congrégations religieuses une liberté dont elles sont privées depuis plus d’un siècle, ce d’autant plus que le président Sarkozy avait déjà admis dans son discours du Latran de 2007 que « la République [maintenait] les congrégations sous une forme de tutelle » et que « cette situation [était] dommageable pour notre pays ».

Trouvant son origine dans l’anticléricalisme de la IIIe République, qui a notamment contraint à l’exil près de 30 000 religieux, le régime français des congrégations, instauré en 1901 et toujours en vigueur, est en effet particulièrement contraignant en ce qu’il exclut délibérément les monastères du droit commun des associations et les soumet à un régime juridique restrictif. En effet, alors qu’une simple déclaration suffit aux associations ordinaires pour disposer de la personnalité morale, les congrégations ne peuvent accéder à cette personnalité et jouir des droits qui s’y attachent qu’en vertu d’un décret, rendu au terme d’une procédure dite de « reconnaissance légale » soumise à de strictes conditions.

Cette procédure nécessite en particulier l’adoption par la congrégation de statuts civils pouvant entrer en conflit avec le droit canonique. Il

Lire la suite de l'article

Création d’un accueil Louis et Zélie à Bruxelles

CFSG-Enceinte-et-besoin-daide-A4-1-724x1024Communiqué de Life :

"Jeudi 3 mai, Son Eminence le Cardinal Joseph de Kesel archevêque de Malines-Bruxelles, à l'occasion d'un entretien avec Guillaume d'Alançon, directeur de l'Institut pour la Famille en Europe, a apporté son soutien au développement d'un Accueil Louis et Zélie en association avec le centre familial Saint Géry.

Nous redisons toute notre reconnaissance au Cardinal et l'assurons de notre filial attachement ainsi que de notre prière pour lui-même et à ses intentions."

Lire la suite de l'article