Archives par étiquette : défense

Parlement européen : défense des chrétiens persécutés

Intervention de Marie-Christine Arnautu (FN) en séance plénière du Parlement européen

"Au siècle dernier, les dictatures communistes et l’Empire ottoman persécutèrent violemment les chrétiens, certains régimes athées, tels les laïcards français, les républicains espagnols ou les révolutionnaires mexicains en firent autant.

Aujourd’hui, ils sont encore nombreux à souffrir et mourir à cause de leur foi. Les rapports de l’Aide à l’église en détresse et de Portes Ouvertes sont alarmants : près de 200 millions de chrétiens, 50 pays concernés.

En Chine communiste, des réfugiés chrétiens sont renvoyés en Corée du Nord avec seule issue la mort ou les camps d’internement. Au Moyen-Orient et en Afrique, ils sont victimes de l’islamisme institutionnel ou djihadiste. En Inde, les fondamentalistes hindous multiplient les brimades… La liste est longue.

Si les dirigeants européens veulent être entendus, ils doivent être cohérents. Il est hypocrite de s’apitoyer sur le sort des chrétiens persécutés puis refuser de rappeler les racines chrétiennes de l’Europe dans les traités, et vilipender les dirigeants polonais, hongrois, russes ou américains pour leur attachement à l’identité chrétienne de leurs peuples. Respectez d’abord nos traditions et notre héritage spirituel malmenés par des décennies d’individualisme consumériste et d’accommodements “raisonnables” avec l’islamisme !"

Lire la suite de l'article

Cette droite, incarnation des puissants, a abdiqué toute défense de la souveraineté nationale

L'avocat Philippe Fontana raconte dans Valeurs Actuelles une anecdote qui illustre l'état d'esprit d'une droite française libérale et internationaliste déconnectée des Français et désintéressée de l'avenir de notre nation :

L-invite-de-24h-en-questions-du-1er-mars-2017-philippe-fontana-avocat-au-barreau-de-paris-20170301-2237-0cc7c7-0@1x"L’invitation provient conjointement des associations d’anciens élèves et parents d’élèves d’un chic, mais néanmoins très classique établissement catholique du 16ème arrondissement de Paris. Un ancien élève est invité à discourir, en sa qualité de  « dirigeant chrétien » au soir de ce 8 novembre sur « un des grands messages du Pape François : "le vrai Pouvoir est celui de Servir". »

Il porte un de ces noms illustres qui résume, pour tout Français, l’histoire de son pays, des Croisades à Dien-Bien-Phu. Sorti de cet établissement où il a fait toutes ses classes, c’est naturellement qu’il a fréquenté HEC puis l’ENA, avant d’entrer à l’inspection des finances. Récemment retraité de sa position de PDG d’une société du CAC 40 exercée pendant seize ans, l’orateur, aux traits étonnamment jeunes, cintré dans un de ces costumes d’une belle étoffe, se livre à une fresque brillante sur l’évolution du monde d’aujourd’hui. Rappelant sa qualité d’ancien administrateur de l’université des dirigeants chinois, telle qu’il aime à la présenter, l’invité attire l’attention de son auditoire sur la fin de l’hégémonie occidentale, confrontée aux forces orientales.

Très bon orateur, le discours prononcé sans aucune notes, est fluide, troussé de ses anecdotes qui, très naturellement comptées, démontre à un auditoire captivé et subjugué, la pratique quotidienne des puissants et la connaissances des affaires mondiales. Puis, prospectif en diable, l’invité

Lire la suite de l'article

L’ECLJ a remis au Comité des droits de l’homme son Mémoire en défense du respect de la vie

Ce Comité révise actuellement la définition internationale du « droit à la vie » et envisage d’imposer à tous les États la légalisation de l’avortement, du suicide assisté et de l’euthanasie au nom même du droit à la vie ! Pour contrer cette tentative, l’ECLJ a donné l’alerte, rédigé un Mémoire détaillé (consultable ici) et l’a remis au Comité en son nom et au nom des 132.710 personnes qui ont signé la pétition.

Dans son Mémoire, l’ECLJ alerte sur le fait que sous les apparences d’un progrès de l’autonomie individuelle, l’affirmation de la « liberté de mourir » et du « droit de tuer » est une régression des droits de l’homme portée par une conception inégalitaire de l’homme qui admet, voire encourage le sacrifice des plus faibles. Ce sont les femmes pauvres et isolées, les personnes âgées, malades, handicapées et les enfants à naître qui vont en être les victimes, comme en témoignent déjà les statistiques de l’avortement et de l’euthanasie. Si une telle interprétation devait prévaloir, le respect de la vie humaine ne serait plus garanti qu’aux seuls êtres nés et en bonne santé, abandonnant la vie des plus fragiles au pouvoir des plus forts et ouvrant la voie à l’eugénisme et au transhumanisme. Cette conception de l’humanité est précisément celle qui a été condamnée en 1948. Ce n’est pas un hasard si l’avortement et l’euthanasie ont d’abord été légalisés en U.R.S.S. et dans l’Allemagne nazie.

Le dépôt de ce Mémoire est une étape importante, mais la « bataille » continue !

Le Comité des droits

Lire la suite de l'article

Le groupe FN d’Ile de France demande une charte éthique de défense de l’embryon humain

DKRVwlvXUAAts8s.jpg-large

La même Valérie Pécresse qui ne cesse de courir derrière la gauche :

Lire la suite de l'article

Euthanasie pour cause de maladie de Charcot : France Inter donnera-t-elle la parole à la défense de la vie ?

France Inter (émission de Léa Salamé) a interrogé une femme atteinte de la maladie de Charcot. Celle-ci compte se suicider en Belgique et milite pour l'euthanasie en France.

Axelle Huber aimerait donner sa conception de "mourir dans la dignité" – assez différente, puisqu'elle a accompagné jusqu'au bout son mari, alors qu'ils étaient parents de quatre jeunes enfants (retrouvez son témoignage ici). Mais sera-t-elle invité par France Inter ?

Vous pouvez interpeller Léa Salamé pour lui demander d'inviter Axelle Huber :

"Léa Salamé Page, relèverez-vous ce défi : êtes-vous "cap" de m'inviter sur votre émission de radio sur France Inter avec Nicolas Demorand pour m'écouter vous donner, à travers mon témoignage, un autre point de vue sur l'euthanasie que celui d'Anne Bert. Joie, au coeur de notre souffrance, d'avoir accompagné mon mari jusqu'à sa mort naturelle. Mon mari Léonard est mort de la maladie de Charcot en 2013. Il venait d'avoir 41 ans. Nos 4 enfants étaient alors âgés de 4 à 9 ans. Axelle Huber, auteur de Si je ne peux plus marcher, je courrai, Éditions MAME, préfacé par Philippe Pozzo di Borgo. Vous pouvez me découvrir lors de mon passage dans l'émission "1001 vies" sur FRANCE 2 avec Frédéric LOPEZ."

Lire la suite de l'article

L’agresseur à coups de casque devient membre de la commission de la Défense

Unknown-8Le député M'jid El Guerrab, mis en examen pour « violences volontaires avec arme » pour avoir agressé le socialiste Boris Faure à coups de casque de scooter, a démissionné du groupe LREM et a donc cessé d’être membre de la commission des Finances. Le Journal Officiel nous apprend qu’il est devenu membre de la commission de la Défense.

Boris Faure, qui avait été hospitalisé et opéré une première fois après l’agression, a dû être hospitalisé de nouveau.

Nous verrons bien s'il est puni aussi sévèrement que Jean-Marie Le Pen en 1998, quand, pour avoir crié sur une élue socialiste à Mantes, il avait écopé de deux ans d'inéligibilité (réduits à un an par la cour d'appel, qui ajouta 8 000 F d'amende) et trois mois de prison avec sursis par le Tribunal correctionnel de Versailles pour « violences en réunion » et « injures publiques » (faits requalifiés par la Cour d'appel en « violences sur personne dépositaire de l'autorité publique dans l'exercice de ses fonctions »).

Lire la suite de l'article

Chut, défense de nommer le mal qui nous ronge : l’islam

Le journaliste Bernard de La Villardière écrit sur sa page Facebook :

10600670_783291208383481_6910210295525734599_n"Chaque heure qui passe nous en apprend un peu plus sur les attentats en Catalogne. L'imam de Ripoll a trouvé la mort lors de l'explosion d'Alcanar. On le soupçonne d'avoir lavé le cerveau des jeunes terroristes. L'un d'eux n'avait que 17 ans. Au risque de choquer, je le considère comme une victime. Comme lui, des centaines de milliers de jeunes Européens sont des proies potentielles pour les prêcheurs de haine. Ils œuvrent impunément dans certaines mosquées, des écoles musulmanes et dans des associations. Ils prônent un mode de vie en rupture avec les règles et les valeurs des sociétés occidentales. Tout procède de Dieu et de sa volonté. Un totalitarisme à part entière. Certains parlent d'islamo-fascisme. C'est une oxymore employé pour mieux frapper les esprits, le fascisme étant l'alpha et l'oméga du mal absolu. Du coup, l'autre grand totalitarisme du 20e siècle apparaissait plus acceptable. Il a eu ses irréductibles. Que l'on se souvienne du débat très franco-français sur les 80 millions de morts du communisme. De belles âmes prises de bouffées de chaleur staliniennes soupçonnaient ceux qui avaient abouti à ce triste bilan de vouloir relativiser les méfaits du nazisme. Islamo-fascisme ? L'expression "islamo-communisme" ne serait-elle pas tout aussi opérante ? Car l'islamisme est aussi un collectivisme où l'individu s'efface au profit de l'Oumma.

Quoi qu'il en soit, le terme islamo-fascisme est ridicule. L'islamisme possède ses propres ressorts. Et son originalité est d'avoir pour foyer une religion

Lire la suite de l'article

Bercy vs Défense : au bout des polémiques, la vie de nos soldats, citoyens français

Lire la suite de l'article

“Le budget de la défense ne saurait subir des rabots” : le ministre va-t-il démissionner ?

Lors de son audition à la commission Défense du Sénat le 3 juillet, le ministre des Armées Florence Parly mettait déjà en garde, avant l'annonce des coupes budgétaires, contre le projet gouvernemental :

Unknown-6«Comment négocier avec Bercy ? Je connais une seule méthode : ne rien lâcher ! Ce n'est pas facile, mais le budget de la défense n'est pas comme les autres, il ne saurait passer sous la toise et subir des rabots dans la situation particulière où nous sommes. La base budgétaire ne se limite pas aux moyens de fonctionnement des armées. Doivent être pris en compte non seulement les surcoûts des Opex, mais aussi les décisions des conseils de défense. S'il y a consensus national, gouvernemental autour d'une politique de défense, il faut ensuite s'en donner les moyens.

Sur la fausse monnaie, je veillerai au grain !». 

«La plupart des véhicules de combat datent des années 1970, et ont été mis à rude épreuve au cours des dernières décennies. La marine nationale et l'armée de l'air connaissent les mêmes tensions, caractérisées par un besoin fort de recrutement et de renouvellement du matériel. Aussi aurai-je à cœur, comme mes prédécesseurs, de poursuivre une politique ambitieuse soutenant nos personnels et améliorant nos équipements».

Pour le ministre, de ces «fortes contraintes budgétaires» résulte «une forme d'usure des hommes et des femmes, et de dégradation du matériel, qui dégrade [les] conditions d'intervention».

«Ma priorité à la tête du Ministère sera d'abord de dégager les moyens financiers nécessaires à l'accomplissement de

Lire la suite de l'article

Budget de défense : l’Armée doit-elle combattre avec les mains ?

I3323-11Emmanuel Macron a sorti cette phrase incroyable à l'encontre du général Pierre de Villiers :

"Moi j’ai des soldats sur des théâtres d’opérations, des gens qui attendent beaucoup, je les respecte, je leur dois, la protection : l’intérêt des armées doit primer sur les intérêts industriels".

En effet, ce sont les industriels qui vont pâtir des 850M€ en moins dans le budget des Armées, dans la mesure où il semble impossible de ne plus verser les soldes aux militaires ni d’arrêter les opérations en cours, comme Barkhane, Chammal ou Sentinelle. Le plus simple est donc de reporter des commandes, soit en matière d’acquisitions, soit pour le maintien en condition opérationnelle. Le potentiel des armées va donc en souffrir.

Or, cela fait des décennies que les armées souffrent du report de commandes de matériel. Prenons le cas de l'Armée de Terre. C’est en 1976 que le 1er Régiment d’Infanterie accueillait le premier VAB, fruit d’un programme lancé en 1970 par Robert Galley, alors ministre de la Défense. Le ministère de la Défense en commanda 4000 exemplaires. Plus de 40 ans plus tard, les VAB sont encore en service au sein de l’armée de TerreEn mai 2016, de retour du Sahel, NKM avait constaté la vétusté des matériels français :

"Il y a effectivement un problème de matériel. C’est d’abord un problème de quantité. Il n’y a, par exemple, pas assez d’hélicoptères. Lors de mon passage à Madama, dans l’extrême nord du Niger, il n’y en

Lire la suite de l'article