Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Syrie : François Hollande refuse de trouver le chemin de Damas

Les conséquences catastrophiques des éliminations de Khadafi et de Saddam Hussein ne lui auront pas ouvert les yeux. Ce matin, François Hollande a de nouveau déclaré vouloir éliminer Bachar el-Assad :

B"La France travaille pour que des solutions politiques soient trouvées en Syrie. Nous devons parler avec tous les pays qui peuvent favoriser une transition politique. Cette transition est nécessaire. Rien ne doit être fait pour consolider la position de Bachar el-Assad."

"Bachar el-Assad, c'est lui qui est responsable de la situation en Syrie, c'est lui qui a tiré sur son peuple, c'est lui qui a bombardé des civils, c'est lui qui a utilisé des armes chimiques. Depuis trois ans, cette question sur ce qu'il peut faire est posée, nous l'avons toujours dit, le maintien de Bachar el-Assad n'est pas possible. C'est la position que nous voulons faire partager avec la Russie et l'Iran. La solution ne passe pas par Bachar el-Assad, à terme il doit partir."

"Quand j'entends certains dire que « c'est le moins pire »… C'est toujours la même histoire avec les dictateurs. Comment voulez-vous qu'un Syrien qui a vu sa famille massacrée puisse revenir à la table des négociations avec Bachar el-Assad" .

"La Russie est un allié du régime syrien. Cela ne veut pas dire que la Russie est un allié indéfectible de Bachar el-Assad. La Russie veut elle aussi trouver une solution. Ce qui se produit en Syrie a des conséquences majeures au Liban. Lors de l'Assemblée générale des Nations unies, il y aura une conférence internationale de soutien pour le Liban. J'irai au Liban pour aller dans un camp de réfugiés pour voir comment aider les autorités."

Les chrétiens de Syrie ont du souci à se faire si la France continue à se fourvoyer, comme l'avait indiqué Frédéric Pichon dans un ouvrage. C'est plus la Turquie et le Qatar qui posent problèmes que le gouvernement d'Assad :

S"[…] En Syrie, on était quelques-uns à mettre en garde dès 2011 contre l'apparition de djihadistes, mais en face on faisait mine de ne rien savoir car l'objectif était d'abattre le régime syrien. En Europe, on a gardé des réflexes colonialistes qui consistent à plaquer des schémas révolutionnaires et nos propres valeurs sur les gens qui prennent les armes contre des pouvoirs autoritaires. On n'a pas voulu voir que l'expression politique dans le monde arabe est surtout portée par les islamistes. Et si l'islamisme est différent du djihadisme, la frontière est parfois très floue.

D'autres avancent que le djihadisme est une "création" de Bachar Al Assad. Qu'en pensez-vous ?

Il faut tordre le cou à ce mensonge. Que Damas n'ait pas visé immédiatement l'Etat islamique est une évidence, car cela faisait ses affaires. Mais à ce compte, pourquoi ne pas incriminer les Etats-Unis qui ont contribué à démanteler l'appareil politico-militaire de l'Irak, permettant ainsi à l'Etat islamique de conquérir des territoires entiers ? Ou le Qatar, l'Arabie saoudite et la Turquie, qui ont permis à l'Etat islamique de s'approvisionner en armes ? On dit que Bachar Al Assad a libéré des djihadistes au début du conflit. Mais tous les pays font cela dans un souci d'apaisement, y compris l'Arabie saoudite et hier encore la Jordanie. Les centaines d'islamistes qu'Assad a relâchés ont pratiquement tous rejoint les brigades rebelles, notamment le Front islamique financé par l'Arabie saoudite et adoubé par les Occidentaux.

Bachar Al Assad se retrouve aujourd'hui l'allié objectif des Européens mais ceux-ci refusent (officiellement) de traiter avec lui. L'Occident n'est-il pas désormais doublement piégé : par Bachar et par l'Etat islamique ?

Exactement, c'est la pire des configurations, faute d'avoir fait de la diplomatie au début. Quand Fabius a déclaré qu'il faut abattre Bachar, c'était tout sauf de la diplomatie, quasi un appel à tuer. Il faut faire de la diplomatie, et laisser de côté l'émotion ou la morale. On s'est mis dans une position qui nous empêche de faire machine arrière sauf à s'humilier, ce qu'attend le régime syrien.

Le journaliste du Figaro Renaud Girard, qui préface votre livre, avance aujourd'hui qu'il faut s'allier avec l'adversaire pour mieux combattre l'ennemi. Faut-il reprendre langue avec Bachar Al Assad?

Une coopération sécuritaire doit pouvoir s'engager avec les services de renseignements syriens sur la question des ressortissants européens partis combattre là-bas. Il faut définir des priorités. Qui nous menace ? Ce n'est pas Bachar. Si la menace terroriste est la priorité, il faut faire de la diplomatie et reprendre le chemin de Damas. Quitte à régler les comptes après. Mais ne soyons pas naïfs : le régime nous fera aussi payer nos positions précédentes."

Partager cet article

18 commentaires

  1. Les deux premiers paragraphes, à peine modifiés.
    C’est bien plus convaincant:
    “Les Français travaillent pour que des solutions politiques soient trouvées en France. Nous devons parler avec TOUS les partis politiques français qui peuvent favoriser une transition politique. Cette transition est nécessaire. Rien ne doit être fait pour consolider la position de François Hollande et du P.S.”
    “François Hollande et le P.S., c’est eux qui sont responsables de la situation en France, c’est sa police qui a gazé ses manifestants, c’est lui qui a fait tirer des gaz lacrymogènes sur les “bonnets rouges”, des civils, c’est lui qui a diminué de manière drastique le pouvoir d’achat des familles nombreuses. Depuis trois ans, cette question sur ce qu’il peut faire est posée, nous l’avons toujours dit, le maintien de François Hollande et du P.S. n’est pas possible. C’est la position que nous voulons faire partager à tous les Français de bon sens. La solution ne passe pas par François Hollande et le P.S., à terme ils doivent partir et le plus tôt sera le mieux.”

  2. Attendons de voir où vont statistiquement tomber les bombes françaises, dans la zone où s’affrontent DAESH d’une part, et l’armée syrienne d’autre part.
    Si elle suivent des trajectoires parallèles à celle de l’animosité de F. Hollande, ça devrait donner du 50%/50%.

  3. dans le plan de Hollande, en suite logique de Sarkozy, Bachar el Assad serait remplacé par BHL

  4. Les propos de Frédéric Pichon me paraissent plus raisonnables que ceux de certains pro-russes, qui inversent systématiquement le sectarisme de leurs adversaires : puisque le gouvernement actuel considère Bachar el-Assad comme son “ennemi”, alors c’est que la France doit être son “ami”.
    “Il faut faire de la diplomatie, et laisser de côté l’émotion ou la morale.”

  5. “Des Syriens proches de victimes de djihadistes ont demandé aujourd’hui lors d’un procès en appel réparation pour des violences subies en Syrie où la responsabilité du chef de la diplomatie française est selon eux engagée. Les plaignants affirment que plusieurs déclarations publiques de Laurent Fabius ont contribué à aggraver la situation dans leur pays en encourageant notamment une faction rebelle au régime du président syrien Bachar el-Assad, le Front al-Nosra.
    Le chef de la diplomatie avait ainsi estimé, en août 2012, que “Bachar el-Assad ne mériterait pas d’être sur terre”. Dans des propos rapportés par Le Monde en décembre 2012, il aurait affirmé que “le Front al-Nosra fait du bon boulot”, alors même que cette branche syrienne d’al-Qaida venait d’être classée parmi les organisations terroristes par les États-Unis.
    Les plaignants poursuivent l’État français “pour des fautes personnelles commises par Laurent Fabius”, dont la “provocation à commettre des crimes de masse”, et demandent un euro symbolique, selon leur avocat Me Damien Viguier. Le 19 décembre 2014, le tribunal administratif de Paris avait rejeté ces requêtes, estimant que les déclarations de M. Fabius étaient des actes de gouvernement relevant de la politique extérieure de la France et qu’il était incompétent pour en juger. Aujourd’hui, le rapporteur public a appelé la cour d’appel à confirmer cette décision, estimant que les déclarations du ministre des Affaires étrangères se rapportaient “exclusivement à la politique étrangère de la France” et “ne pouvaient être détachées” de ce contexte.
    L’avocat des plaignants a de son côté affirmé que les déclarations du ministre avaient “attisé la guerre civile” et dénoncé à nouveau une “faute personnelle distincte de la politique du gouvernement” d’une gravité suffisante pour que l’État apporte réparation.
    “Si on considère que les faits imputés à Laurent Fabius relèvent de la politique étrangère de la France, soit c’est que l’on suppose que de dire que +le Front al-Nosra fait du bon boulot+ en Syrie n’a aucune incidence sur les événements, soit, si cela en a (…), cela signifie que l’État français se livre à des actes de terrorisme”, a ajouté Me Viguier.
    La cour administrative d’appel rendra son arrêt le 21 septembre.
    Les plaignants avaient déjà porté plainte contre Laurent Fabius devant la Cour de justice de la République, habilitée à juger les infractions des membres du gouvernement pendant leurs fonctions, mais la procédure avait été classée janvier 2014.”
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/07/97001-20150907FILWWW00118-des-syriens-attaquent-l-etat-en-appel-pour-des-fautes-de-fabius.php

  6. La destruction de l’Europe est le but à atteindre.

  7. Il est humainement impossible de faire plus nul que François Hollande comme apprenti chef d’état.
    C’est le pire homme politique que la France a engendré depuis au moins 1500 ans.
    Vivement qu’on s’en débarrasse.
    Heureusement V Poutine l’empêche de créer des catastrophes.
    Le résultat de la volonté de déstabilisation des états par cet apprenti sorcier, nous le vivons avec les clandestins.

  8. Les mensonges du criminel Hollande : d’abord se fut pour nous dire qu’Israël n’avait pas de bombes nucléaires donc l’Iran ne devait pas chercher à s’en procurer. Pourtant tout le monde sait qu’Israël en est doté !
    Après il cherche à faire croire que Bachar el-Assad est responsable de la situation en Syrie, c’est lui qui aurait tiré sur son peuple, c’est lui qui aurait bombardé des civils, c’est lui qui aurait utilisé des armes chimiques.
    Il oublie de dire qu’aujourd’hui, on sait que les rebelles furent responsables de l’utilisation d’armes chimiques !
    Quelle honte pour la France d’avoir au pouvoir ce sayan menteur et criminel ! Pourquoi donc les médias se sont-ils mis à plat ventre devant lui ? Serait-ce parce qu’ils appartiennent tous à ceux qui veulent le chaos : USA, Otan et Israël ?

  9. Mettre en balance le sort de milliers de chrétiens persécutés par les régimes islamiques pour ne pas avoir à reconnaître qu’il a eu tout faux. Pfffff…
    Voilà ce que savent faire les “amis” saoudiens à qui la France vend des armes :
    http://www.seneweb.com/news/61/une-femme-decapitee-en-pleine-rue-a-la-m_n_145417.html

  10. Il y a du vrai dans ce que dit hollande , au moins une phrase à retenu mon attention : “ne pas accepter la politique du moins pire ” en français cela veut dire qu’ il ne faut pas voter pour les républicains , même pour se debarrasser des dictateurs socialistes

  11. Des frappes qui viseraient les troupes légales syriennes….??? Je ne crois pas …pas avec les Russes et les Iraniens présents sur le terrain…Ce serait TRES “imprudent” pour ne pas dire “débile en terme de risque” …quoique…….A suivre…Et puis Bachar a peut être envoyé quelques agent “dormants”….A tordus tordus et demi…

  12. C’est Bachar qui est responsable. Pas DAESH !!!

  13. Etrange, en Syrie 80% des syriens pour le maintien de Bachar, en France 80% pour le départ de Hollande. Et c’est lui qui ose demander son départ.

  14. Monsieur Bachar el-Assad, diplômé en Ophtalmologie, devrait donner RDV au sieur Hollande pour qu’il y voit plus clair.

  15. François Hollande confirme donc être l’assassin direct du petit Aylan Kurdi !
    Peut être pourrions nous demander à Bachar El Assad de nous débarrasser de ce pantin malfaisant de François Hollande

  16. Le Qatar et l’Arabie saoudite sont eux des démocraties respectant les droits de l’homme…

  17. C’est pas Valls qui a utilisé des armes chimiques contre le peuple ?

  18. Si Bachar al Assad était tombé dès le début de la guerre, la Syrie aurait exactement subi le même sort que la Lybie et l ‘ Irak pour la simple raison que le terreau de ces trois pays est le même.
    L ‘ État islamique serait plus puissant qu ‘ il ne l ‘ est actuellement, à la plus grande satisfaction de Fabius et Hollande dont la seule préoccupation politique semble de faire assassiner Bachar Al Assad.
    Il semblerait même, à la lumière des discours et des actes de Hollande, que ce dernier n’ ait été élu que pour éliminer Al Assad et imposer la parodie du mariage homosexuel.

Publier une réponse