Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

Sur les papes du bout du monde, il ne faut pas trop demander à l’info en temps réel

Lu ici :

"Une chose est sûre, c'est que la biographie du "pape du bout du monde" n'était pas prête. Déroute des "vaticanistes" patentés,
instants de flottement quand fut annoncé le nom de Bergoglio,
l'archevèque de Buenos Aires. On avait été mieux informés sur les
aventures de la mouette qui, avant la fumée blanche, s'était posée sous
les yeux du monde sur la cheminée de la Sixtine et qui, rectifions-le
pour nos télespectateurs, Paul-Antoine, car il faut être précis, était
en fait un goéland. Les mystères de l'Eglise, ajoutés à ceux de
l'Amérique du Sud, c'est trop pour les médias généralistes français
:
seuls furent livrés, dans les premières secondes, des éléments
anecdotiques sur la vie du nouveau François Ier (il est très proche des
pauvres, et il lui arrive, savez-vous, de prendre le bus), au détriment
d'autres éléments plus substantiels, que Twitter ne tarda guère,
pourtant, à dénicher. Plus substantiels, et plus sérieux ? Il aurait
déjà récolté quelque quarante voix au concile de 2005, contre Ratzinger.
Et surtout, surtout, cette maudite affaire de complicité avec la
dictature argentine.

Que s'est-il passé ? Deux versions s'opposent. Selon
un certain nombre d'accusateurs de Bergoglio, il aurait dénoncé deux
prêtres progressistes à la dictature argentine, lesquels prêtres
auraient ensuite été torturés. C'est le sens d'un court article, assez
confus, du site "catho de gauche" Golias, mis en ligne en 2010, retiré
par l'association dans les minutes ayant suivi l'élection du pape
(mais toujours visible en cache). Selon The Guardian,
il a refusé à deux reprises de témoigner devant la Justice, sur le rôle
de l'Eglise sous la dictature. Bergoglio assure au contraire avoir
protégé ces prêtres. La controverse a même trouvé écho dans un petit portrait publié par La Croix. Sur son blog, le spécialiste de l'Amérique latine au Monde, Paulo A. Paranagua, assure, impavide, que Bergoglio "n'a pas été personnellement mis en cause dans les crimes commis par les militaires argentins", tandis que l'AFP évacue pudiquement la question: "Pendant
la dictature militaire en Argentine (1976-1983), Jorge Bergoglio se bat
pour conserver l’unité d’un mouvement jésuite taraudé par la théologie
de la libération, avec un mot d’ordre: maintenir la non-politisation de
la Compagnie de Jésus."

La dimension biographique, certes, ne résume pas à elle seule l'événement de l'élection d'un pape latino.
Elle ne dispense pas d'une étude fine de l'Eglise sud-américaine hier
et aujourd'hui, de son poids dans le catholicisme mondial, et autres
sujets de fond. Mais comme toujours, le "sujet qui fâche", et la manière
dont il est traité ou occulté, est le meilleur indicateur de la santé
journalistique, seul aspect, comme chacun sait, qui nous intéresse ici.
Du reste, les enquêtes sérieuses seront faites plus tard. Elles
comporteront sûrement toutes les nuances indispensables, comme elles
furent faites sur l'engagement de Josef Ratzinger dans les jeunesses
hitleriennes (à 14 ans, et contre son gré, et pour obtenir une réduction
de ses frais de scolarité). Sur les papes du bout du monde, il ne faut
pas trop demander à l'info en temps réel, déjà très performante pour
distinguer les mouettes des goélands."

Partager cet article

21 commentaires

  1. Dans mon village (breton) les cloches ont sonné à toutes volées à 21 heures… et ailleurs ?

  2. Extraordinaire, moins de 12 heures après son élection, des commentaires surgissent sur les sites des moindres quotidiens locaux pour expliquer qu’il s’est fourvoyé avec la dictature argentine…Je ne savais pas que les lecteurs de Golias étaient si nombreux et avaient si bonne mémoire pour ressortir les vieux articles de ce torchon !

  3. Mais oui ! la petite musique progressiste est repartie : il a dénoncé des prêtre sous la dictature, bla-bla-bla…
    Remarquez , c’est TRES BON SIGNE !
    S’ils le détestent déjà , c’est qu’ils ont compris (déjà) qu’ va être un sérieux obstacle !
    La vérité, c’est qu’il a protégé un prêtre pourchassé par le cartel de la drogue (vous savez cette drogue que Peillon veut donner aux petits garçonnets et aux fillettes… Suivez le fil “rouge” qui unit ces crapules gauchistes….) au péril de sa vie en l’hébergeant chez lui.
    Si, si.. Il l’a bien fait . Que ces journaleux se renseignent !

  4. Et s’il avait été soupçonné d’avoir été complice d’un dictateur communiste, nos merdias s’en seraient-ils émus?

  5. Les médias… Quelle plaie!!
    S’il faut pour une fois se réjouir de la couverture médiatique (L’ééection sujet n°1 des infos de 20H d’hier, y compris en décalant le reste de l’info du jour… et les horaires!), il faut cependant souligner la médiocrité de cette couverture…
    J’ai été effaré de la “misère” non pas tant spirituelle que religieuse de la traductrice patentée de TFI au journal de 20H!!
    Lors le pape François s’est mis à réciter le Notre Père, panique… l’interprete n’a pas été capable de le réciter, ni meme capable de le traduire correctement en français!! Idem pour le Je vous Salue, et pire encore pour le Gloria Patris!!
    Pour tout dire, je ne suis meme pas sur qu’elle ait identifié qu’il s’agissait de ces trois prières!!
    TF1 pas meme capable de trouver un journaliste et un interprete avec un vague vernis catholique…
    A se demander si sur Al-Jazheera ils ne font pas mieux…

  6. En revanche,à l’international,j’ai suivi le programme sur les chaines RAI,c’était parfait,même sur Skynews!je ne regarde plus les TV françaises car je sais leurs nullités ttes orientées à gauche toutes !!!et championnes de la désinformation.

  7. Je ne voudrais pas être trouble-fête mais je voudrais bien savoir ce qui s’est exactement passé avec ces deux prêtres torturés par la dictature; je n’en ai jamais entendu parler mais c’est une accusation très grave, il faut faire la lumière.

  8. @ jejomau,
    protéger un prêtre pourchassé par le cartel de la drogue n’est pas une preuve qu’on n’a rien à se reprocher sur l’arrestation des deux prêtres torturés, ce sont deux affaires différentes.

  9. Ma question :
    1. A-t-il choisit son nom pour se référer à Saint François d’Assise (ce que prétendent les médias, mais d’où sortent-ils celà) ou bien à Saint François de Sales, apôtre de la charité ?
    Merci.

  10. Il fallait bien trouver quelque-chose à ce nouveau pape. C’est curieux, ils n’ont pas encore “gratté” dans la famille italienne du nouveau pape pour voir s’il n’y avait pas quelque collusion avec le régime de Mussolini.
    Quant à ces “cathos de gauche” donneurs permanents de leçons de vertu, on pourrait les renvoyer à leur propre histoire. Nombre d’entre eux ont été porteurs de valise patentés du FLN pendant la guerre d’Algérie. Et qu’avant, pendant la guerre d’Indochine, on pourrait évoquer l’exemple type de la subversion catholique, le kapo Boudarel du camp 113…

  11. @ jacqueline : à 19h00 les cloches de la cathédrale de CARPENTRAS sonnaient l’angelus et à .. 19h15 elles sonnaient à toutes volées la fumée blanche et donc notre nouveau Pape.
    Nos filles, pour être bien sûres d’entendre, ont ouvert les fenêtres et n’ont pu retenir de joyeux et bruyant HABEMUS PAPAM criés vers la rue…
    la population… exogène, si elle ne le savait pas encore, a pu se réjouir de l’élection du nouveau souverain Pontife catholique !…

  12. “l’engagement de Josef Ratzinger dans les jeunesses hitleriennes (à 14 ans, et contre son gré, et pour obtenir une réduction de ses frais de scolarité)” NON !
    D’après DRZZ ( http://www.dreuz.info/2013/02/le-nazi-benoit-xvi-et-les-jeunesses-hitleriennes/ : Le nazi Benoît XVI et les Jeunesses Hitlériennes), “Au demeurant, ce sont les régions catholiques d’Allemagne qui ont le moins voté pour le NSDAP en 1933. Le village natal du Pape, Marktl, se trouve sur une circonscription dans l’est de la Bavière où le parti nazi faisait moins de 15% des voix. De plus, le régime national-socialiste a été condamné en 1937 par Pie XI (et non Pie XII) dans son encyclique « Mit brenneder Sorge ».
    Je me souviens que la même année 2005, le Jerusalem Post écrivait : Dans un livre de 1997, Le Sel de la Terre, Ratzinger a expliqué ce qui s’est passé quand il avait 14 ans : « Quand l’appartenance aux Jeunesses hitlériennes a été rendue obligatoire en 1941 j’étais encore trop jeune, mais plus tard comme séminariste j’ai été inscrit aux Jeunesses hitlériennes. Dès ma sortie du séminaire, je n’y suis plus retourné. Et c’était difficile, parce que pour bénéficier d’une réduction dans les frais de scolarité, dont j’avais vraiment besoin, il fallait prouver sa participation à la Jeunesse hitlérienne ».
    Jerusalem Post : Ratzinger a prévalu sur un professeur qui lui avait demandé d’y aller au moins une fois, pour obtenir le document nécessaire, pour s’épargner même ce bref contact avec un groupe avec lequel il ne voulait rien avoir à voir. (…) Je me souviens qu’en 2006, la Süddeutsche Zeitung, dans une enquête de l’historien allemand Volker Laube révélait que la fiche d’incorporation du jeune Josef Ratzinger (14 ans) à la Hitlerjugend (jeunesses hitlériennes), en 1941, porte la mention Zwangs-Hitlerjunge (membre forcé des jeunesses hitlériennes) par opposition aux autres adhérents qui étaient mentionnés comme Stamm-Hitlerjunge.
    Benoît XVI n’a jamais fait partie, de manière volontaire, concrète et active, des jeunesses hitlériennes. Il faut ici clarifier les mensonges écrits, encore et toujours, par une certaine presse. Il n’a jamais été dans ce mouvement de jeunesse idéologiquement lié au national-socialisme. Le pape, durant sa jeunesse, a été automatiquement enrôlé, comme tous les jeunes, par les nationaux-socialistes, contre sa propre volonté. (…) Il a été inscrit, « incorporé », contre son gré, comme tous les jeunes Allemands à partir de 14 ans. (…) Le jeune Ratzinger n’a jamais mis les pieds aux réunions des jeunesses hitlériennes ce qui a valu à ses parents de se voir supprimer la bourse scolaire du jeune homme, bourse strictement soumise à l’adhésion effective et constante aux jeunesses hitlériennes. D’origine modeste, la famille Ratzinger a renoncé à cette bourse en vertu de ses convictions catholiques. L’hymne des jeunesses hitlériennes était composé d’un texte radicalement christianophobe et donc incompatible avec la vocation sacerdotale de Joseph Ratzinger et incompatible avec les convictions catholiques de toute sa famille.”

  13. Pour rire d’un lapsus calami (du moins je l’espère), je ne savais pas qu’il y eut un concile en 2005.

  14. Je comprends un peu l’italien et je confirme les traductions ineptes de nos merdias, mélangeant même “vescovo” avec “pape” j’en passe et des meilleures.C’était vers 22 h !

  15. En tout cas frères et soeurs prions fermement pour le pape François qui va être attaqué sans cesse par les merdias !

  16. En Belgique nous eûmes droit à une photo d’Odilo Scherrer!

  17. “Elles comporteront sûrement toutes les nuances indispensables, comme elles furent faites sur l’engagement de Josef Ratzinger dans les jeunesses hitleriennes (à 14 ans, et contre son gré, et pour obtenir une réduction de ses frais de scolarité).”
    Justement non, le jeune Josef Ratzinger a montré un vrai esprit de courage et une forte conscience du bien et du mal en refusant d’assister à ces réunions, ce qui le privait de bourse.

  18. Merci à SD-Vintage qui m’a devancé.

  19. J’ai aussi vu et commenté cet article, SD-Vintage. A un an près, mon père, en tant qu’Alsacien, donc Allemand à l’époque, entrait de force dans les Jeunesses hitlériennes… J’ai toujours été écoeuré par ces mensonges sur ce passé de Joseph Ratzinger… Certes, Arrêt sur Image ne cherche pas là à accuser, au contraire, mais son information n’est pas très recherchée sur ce point. Dommage, le reste de l’article est bien.

  20. Pauvre Benoit XVI, mais l’avenir retiendra-t-il que, moi aussi, je pourrai (ce qui est bien sur faux) avoir voté pour un president socialiste parceque j’ai vécu à une époque où on m’en a imposé un par la force démocratique dela bètise.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.