Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Sur la droite du spectre politique, il y a ceux qui sont véritablement « de » droite et ceux qui ne sont (pour l’heure) qu’ « à » droite

Suite de l'entretien (lire la partie 1) avec Guillaume Bernard, auteur de La Guerre des droites aura bien lieu. Le mouvement dextrogyre :

Le spectre politique n’est donc pas quelque chose de statique. Vous insistez sur le fait que les forces politiques interagissent les une sur les autres. Comment ?

Unknown-10C’est la question du positionnement d’une force sur le spectre politique. Albert Thibaudet a, dès les années 1930, mis en exergue que la vie politique française avait été marquée par un mouvement sinistrogyre. Depuis la Révolution, les nouvelles forces politiques son( apparues par la gauche : elles ont progressé (d’où le gauchissement du spectre politique) et ont repoussé vers la droite les organisations et les idéologies qui étaient nées antérieurement. Ainsi, le libéralisme est-il passé de gauche (au XVIIIe siècle) à droite (au XXe siècle) après avoir incarné le centre (au XIXe siècle). Le radicalisme a-t-il glissé de l’extrême-gauche au centre-gauche au cours de la IIIe République. Le conservatisme s’est, petit à petit, coloré de libéralisme au fur et à mesure de la progression du socialisme alors qu’il entretenait, à ses débuts, des liens assez étroits avec la pensée contre-révolutionnaire. Même le catholicisme social (philosophiquement classique) a été comme idéologiquement compressé par la démocratie chrétienne (assurément moderne) à partir du « Ralliement » (1892).

Or, la pression idéologique venue par la gauche s’est brutalement tarie à partir de la décennie 1990 (chute du mur de Berlin, effondrement de l’Union soviétique). Cela ne signifie pas que la gauche ne domine pas encore dans les milieux culturels et médiatiques. Mais les idées qu’elle préconise (multiculturalisme, théorie du genre) sont déjà anciennes : elles datent des années 1970. Désormais, dans le contexte d’une mondialisation (financière et culturelle) incontrôlée ou encore d’une construction européenne en perte de repères (géographiques et culturels), la pression idéologique vient par la droite, ce que j’ai proposé d’appelé le « mouvement dextrogyre » : d’une part, les idées de droite se déploient à nouveau dans l’espace public (ce qui conduit le peuple de droite à se radicaliser ou se « redroitiser ») et, d’autre part, les idéologies glissent sur le spectre politique mais dans le sens inverse du courant précédent, c’est-à-dire de droite vers la gauche. Le libéralisme qui s’était retrouvé sur à droite dans le contexte du développement des idées socialistes (révolution bolchévique, affrontement Est-Ouest) est en passe de retourner à gauche. Il retrouve son unité intellectuelle (ce qu’a défendu Jean-Claude Michéa) par la réunification du libéralisme culturel (qui était resté à gauche) et du libéralisme économique (qui s’était déplacé à droite).

La ligne de démarcation entre la droite et la gauche est donc relative à une situation historique mais elle ne serait pas philosophiquement subjective. Est-ce bien ce que vous défendez ?

Effectivement. La position de la ligne du clivage entre la droite et la gauche a changé au fil du temps. Pour autant, il a toujours été possible de déterminer, sur le spectre politique, un côté droit et l’autre de gauche. Trois étapes, ayant chacune un critère de distinction, peuvent être identifiées. Au XIXe siècle (jusqu’à la mise en place de la IIIe République entre 1875-1879), le régime politique permettait de distinguer la droite (favorable à un exécutif fort) et la gauche (partisane d’un régime parlementaire). Au XXe siècle (jusqu’à la fin des Trente glorieuses), l’étendue de la fonction de la puissance publique a servi de curseur, la droite limitant le rôle de l’État aux fonctions régaliennes tandis que la gauche favorisait son intervention économique et sociale. Or, depuis une trentaine d’années, les forces communistes se sont effondrées tandis que le parti socialiste a, officieusement, fait son Bad-Godesberg. Le critère économique n’est donc plus significatif pour distinguer droite et gauche : entre le socialisme et le libéralisme (en passant par la social-démocratie et le social-libéralisme), les différences sont plus de degré que de nature. Libéralisme et socialisme reposent tous deux sur la même hypothèse (moderne) du pacte social, le premier affirmant que les individus doivent avoir la priorité parce que, sans eux, il n’y aurait pas de société, le second considérant que cette dernière, constituée par l’addition des individus, doit primer sur ceux-ci puisque le tout est plus grand que les parties.

C’est désormais dans un autre domaine que droite et gauche peuvent être véritablement distinguées : dans la lignée de mai 68, elles s’opposent sur les questions identitaires (immigration, multiculturalisme) et civilisationnelles (mœurs, bioéthique). Ainsi, les corps sociaux (qu’il s’agisse de la famille ou de la nation) sont-ils des manifestations d’un ordre naturel des choses supérieur à l’homme (position classique) ou des constructions artificielles produites exclusivement par la volonté humaine (vision moderne) ? L’affrontement entre ces deux philosophies – le réalisme et l’idéalisme –, que d’aucuns auraient pu croire dépassé et relégué aux oubliettes de l’histoire, est de nouveau crucial. Dès lors et, ce, bien avant l’émergence et la victoire d’Emmanuel Macron, la ligne de fracture passe au sein du camp classé à droite, non pas entre les partis mais, de manière sinueuse, en leurs seins. Sur la droite du spectre politique, il y a ceux qui sont véritablement « de » droite et ceux qui ne sont (pour l’heure) qu’ « à » droite, l’avenir de ces derniers étant, sous la pression du mouvement dextrogyre, de retourner à gauche.

A suivre

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

7 commentaires

  1. A répéter jusqu’à la nausée ,afin que cette évidence rentre dans le crâne de ceux qui n’auraient pas encore compris.
    Juppé, Estrosi ,Pécresse , ,etc ,etc ,sont considérés être de droite ,mais se comportent en gauchistes : mondialistes, immigrationistes , libertaires sociétal ,etc,etc
    D’où la formule ironique ,mais bien réaliste:
    “En France il y a deux gauches ,dont l’une s’appelle la droite ”
    Maurice Druon.
    Maintenant, comment jugez de la sincérité de M Wauquiez ?
    Rien de bien compliqué me semble-t-il :
    Créer deux colonnes .
    Colonne A ,tout ce qui milite en faveur du réel patriotisme de Wauquiez..
    Colonne B : tout ce qui milite et prouve sa soumission “au système ”
    Ensuite tous les mois on fait le bilan et on diffuse à fond sur la toile
    Car il est bien connu qu’un dessin vaut mieux qu’un long discours

  2. Tout cela est vrai.
    Pour appliquer une bonne politique, il nous manque un vrai homme d’État. Une Margaret Thatcher, un Bismarck ou un Louis XIV.
    On parle de De Gaulle, mais il n’aurait rien été sans Churchill. Il s’est aplati devant les communistes. Alors les autres…

  3. Rien à attendre de la droite la plus bête du monde.

  4. “La droite” a vendu la patrie en parfait accord avec la gauche, “la droite” n’est plus crédible et ne vaut même pas la corde qui la pendra bien un jour…pour haute trahison.

  5. Moi, je suis pour le Grand Remplacement de la fausse droite par la vraie Droite.
    Il faut que les gens réellement de droite s’investissent dans la politique pour remplacer la fausse droite.

  6. la guerre des droite a encore lieu! les socialistes (quelque soient leurs noms) ont de beaux jours devant eux

  7. Pour savoir qui est réellement à droite, lire mon livre “Economie ou socialisme: il faut choisir” aux éditions Godefroy de Bouillon.
    Un pas décisif dans l’analyse politique!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services