Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Supprimer des fêtes chrétiennes : une atteinte à la laïcité

Un prêtre défend la caractère férié desz fêtes chrétiennes. Extraits :

"On va me dire – et je l’entends déjà – : « encore un prêtre qui veut défendre son pré carré!». D’ailleurs, certains chrétiens le disent : les chrétiens ne seraient pas propriétaires du calendrier national ; nous sommes dans une République laïque. Eh bien justement ! Nous sommes dans une République laïque et c’est à cette cohérence-là que j’en appelle ! C’est cette laïcité-là que je voudrai défendre aujourd’hui, non pas de manière paradoxale comme certains me diront !

Quels problèmes posent cette fausse bonne idée ? Certes, on nous sert l’argument du respect des diverses religions … certes, les chrétiens sont aujourd’hui minoritaires dans la société française et la question est posée : de quel droit maintiendrait-on des fêtes religieuses pour une minorité de personnes qui pratiquent encore (c’est sûr qu’à l’Ascension, les cathos eux-mêmes sont plus enclin à faire le pont qu’à se préparer à la Pentecôte …) ? Certes, les chrétiens ne sont pas propriétaires d’un calendrier qui, aujourd’hui, va au-delà des seules croyances religieuses.

Oui … mais non … Et, permettez-moi de le dire sans détour : ceux qui s’arrêtent à ce genre d’argument ne veulent pas défendre l’homme tout simplement, et je les invite à y regarder de près … Derrière ce débat des jours fériés se posent en fait deux autres questions : qu’est-ce qui se cache derrière un jour férié ? Et, deuxième question : quelles conséquences quant à la liberté de l’homme ? Rien que ça !

Qu’est-ce qui se cache derrière un jour férié, au-delà du jour de congé individuel ?

Nos sociétés occidentales, nous le savons, deviennent de plus en plus individualistes. Or, un jour férié est aussi, et peut-être avant tout, un moment de communion nationale. C’est avant tout un peuple qui chôme ensemble, pour se retrouver en famille, entre amis, en nation. […] Supprimer des jours fériés du calendrier pour les remplacer par des jours de congé que l’on prendrait quand on veut, c’est encore donner plus de place à cet individualisme croissant en laissant de côté ce qui est au fondement de la nature humaine : la société dans laquelle il vit !

La deuxième question est, à mon sens, plus grave : supprimer des jours fériés pour les remplacer par des jours de congé dont, dit-on, ils pourront être prévus pour les fêtes religieuses pose la question de la déclaration de notre foi. Ainsi les citoyens français seraient obligés de déclarer leur religion pour avoir tel jour de congé ou tel autre. La CNIL s’emballera sans doute face à un tel projet … Mais cela ne ferait-il pas naitre d’autres discriminations ? Ainsi, votre administration de tutelle, dans la fonction publique, acceptera-t-elle que vous ne veniez pas travailler en invoquant des raisons religieuses ? Permettra-t-on à un professeur ou un instituteur de prendre congé pour une raison religieuse alors que sa classe, elle, dans un établissement public, devrait venir travailler ? Le chef d’entreprise qui serait d’une confession différente de celle de ses employés sera-t-il contraint de choisir un jour férié pour son entreprise en fonction d’une majorité qui le réclame ? Les personnes non croyantes, que feront-elles ?

Et, in fine, une personne qui aurait réussi à obtenir un jour de congé pour une raison religieuse sera-t-elle obligée d’aller au culte, à la messe, à la mosquée, à la synagogue, pour prouver sa bonne foi ou pourra-t-elle prier comme bon lui semble, au risque de se faire accuser de prise de congé pour simple convenance, sans moyen de preuve ? Je vois déjà les curés ressortir leurs preuves de communion tels qu’on les distribuait aux enfants sages et pratiquants il y a plus de 50 ans !

Oui, la question est capilotractée … mais dans notre nos sociétés bien pensantes et surtout procédurières comme jamais, nous ne serons pas trop prudent ! Regardez ce qui se passe à la Cour Européenne des Droits de L’homme, si vous avez besoin d’en être convaincu … […]

Derrière cette question se cache en fait la liberté de l’homme à pratiquer ou non une religion. Le droit de le dire de manière publique, ou non. Dans d’autres pays européens, la déclaration officielle de la religion pose des problèmes. N’ouvrirait-on pas les yeux ? Cette proposition risque d’empiéter tout simplement sur un droit fondamental de l’homme de pratiquer ou non une religion. Ne pas être obligé de dire que l’on s’est converti à une autre religion quand le cas se présentera nécessairement … Bref, d’être un homme libre de ses croyances et de ses pratiques religieuses. […]

Quant à l’histoire de ces fêtes et leur origine dans notre calendrier, il faudrait être aveugle pour voir qu’elles font aujourd’hui un consensus de toute une nation et pas seulement des chrétiens. Les manuels d’histoire sont là pour le prouver. Je peux filer une bibliographie …"

Partager cet article

22 commentaires

  1. Nous avons assurément plus besoin de prêtres fidèles et raisonnables comme celui-ci que d’évêques gallicans et parjures pour répondre ici en direct à un bon journal ami pris un peu de vitesse par les évènements….
    Car ce sont ces prêtres qui dans vingt ans feront des évêques loyaux et raisonnables.

  2. C’est aussi pour faire plaisir à la société des marchands et du profit. Et est utilisé ce pitoyable argument qui fait d’une pierre deux coups. Le diable a toujours plus d’un tour dans son sac.

  3. “supprimer des jours fériés pour les remplacer par des jours de congé dont, dit-on, ils pourront être prévus pour les fêtes religieuses pose la question de la déclaration de notre foi”
    J’avais cru comprendre que ce remue-ménage visait simplement à modifier la gestion des jours de congés en prévoyant que le salarié puisse avoir un “droit de tirage” sur un certain nombre de journées qu’il pourrait choisir sans que quiconque puisse y trouver quoi que ce soit à redire, et sans avoir à donner la moindre justification pour son choix de date. Et je trouvais que cela donnerait un joyeux bazar, puisque le DRH (ou un autre D) sera contraint de venir ouvrir les portes de l’entreprise le jour où le concierge sera de congé, devra prévoir qui répondra au téléphone le jour où la standardiste aura posé son jour pour convenance personnelle.
    Mais comme “le changement c’est maintenant”, on a sans doute trouvé la recette pour gérer le foutoir du chacun pour soi.

  4. je voudrais croire que la laïcité est le respect des religions.
    Les jours fériés courant sont des droits acquis pour tous. Qui veut les perdre ?
    Qu’est-ce que ces laïcs qui veulent nuire à Une religion, prenant prétexte d’égalité pour la faire reculer dans sa pratique ?
    Nous-mêmes ne cherchons à nuire à personne.

  5. Oui, ce bon prêtre dit une vérité qui dérange, et il argumente bien. Les jours fériés ne sont pas uniquement des jours de congé comme leur nom l’indique d’ailleurs. La machine à niveler est en marche: tous au travail robotisé pour l’enrichissement de quelques-uns et silence dans les rangs, nous pensons pour vous! Vous aurez des “congés” qui s’ajoutent aux autres mais plus de jours fériés: bien fait pour vous si vous vous laissez faire!

  6. excellente analyse, qui met le doigt sur les points sensibles, caches derriere une proposition laique presque anodine : nous perdons nos libertes, les unes apres les autres, et le risque d’etre encore plus fiche est clair ;
    les patrons pourront toujours invoquer des necessites de service a nos souhaits de pouvoir vivre notre religion
    la France, le monde regresse dangereusement ; voila ou nous menent deux siecles de democratie.
    il reste cependant que des personnes ne sont pas dupes..
    comme le disait hier Benoit XVI :’…la promesse claire de Jésus: «les portes de l’enfer», c’est à dire les forces du mal, ne pourront pas avoir le dessus, «non prevalebunt » …

  7. Excellent argumentaire que je partage en tout point. A-t-il été adressé à nos évêques et à la commission ad hoc de la CEF ? Il y a urgence !!! PS Bravo M. l’abbé

  8. La machine maçonnique s’accèlère
    Petit extrait du protocole de Toronto
    C’est ainsi que nous pourrons faire considérer par tous comme étant un abus contre l’enfant, l’enseignement religieux traditionnel d’origine Judéo-Chrétienne.
    Dans un même temps, mais à un autre niveau, nous ferons inscrire dans les plus hautes Lois des Nations, que toutes les Religions, les Cultes et les Pratiques religieuses de tous genres, y compris la “Sorcellerie et la Magie” doivent toutes être respectées au même titre les unes que les autres.

  9. Petit extrait Albert Pike et le plan luciférien de gouvernement mondial
    « Nous lâcherons les Nihilistes et les Athées et nous provoqueront un formidable cataclysme social qui, dans toute son horreur, montrera clairement aux nations les effets d’un athéisme absolu, origine de la sauvagerie et du plus sanglant chambardement.
    Puis tous les citoyens, obligés de se défendre eux-mêmes contre la minorité révolutionnaire mondiale, extermineront les démolisseurs de la civilisation, et les masses déçues par la chrétienté dont les esprit déistes seront à partir de ce moment sans boussole, à la recherche d’un idéal, sans savoir vers quoi tourner son adoration, recevront la vraie lumière grâce à la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer, enfin révélée aux yeux de tous, manifestation qui suivra la destruction de la chrétienté et de l’athéisme, simultanément soumis et exterminés en même temps. »

  10. je souscris au raisonnement tenu Il a cependant la fragilité de reposer sur le dernier paragraphe Je souhaite de tout mon coeur que ce consensus se poursuive le plus longtemps possible

  11. Excellente argumentation , notamment sur la synchronisation nationale et la nécessité de déclarer sa religion. Mais cette ligne de défense obligera à créer des jours fériés pour le autres religions. Soit on l’accepte, soit il faudra en appeler à une tradition chrétienne de notre pays, et ça , ce n’est pas gagné.

  12. Et Dieu dans tout ça ? Le Dimanche est Son Jour réservé.Les fêtes religieuses sont aussi Ses jours,les jours où est proclamée La Vérité de Ses Mystères Incarnation Assomption Pentecôte etc…Ce ne sont pas des jours de repos, des RTT…Mais des jours qui se prépar(ai)ent par des vigiles ,des jêunes,des sacrifices.Mais la France ne veut plus de Dieu,elle veut “l’irreligion comme religion:le laîcisme”.(Pie XI)Alors le chômage et la ruine la contraindront à la pénitence forcée,à la croix expiatoire de l’impuissance et de la honte.On ne se moque pas de son Père…

  13. Mais enfin, il existe un moyen très simple de résoudre ce problème en mettant sur le même plan toutes les religions : supprimer les jours fériés catho et rajouter des jours feriés “républicains”…
    Je ne doute pas de l’efficacité du gouvernement à trouver des jours dignes d’une commémoration nationale sans marquage religieux.

  14. Une proposition qui ne vexe pas les catholiques. Monseigneur Bernard Potdevin, porte-parole des évêques de France, a assuré vendredi matin sur Europe 1 que « les catholiques ne se sentent nullement propriétaires d’un calendrier ». « La République est laïque. C’est elle qui, en fonction du droit du travail, a posé les jours fériés. La signification religieuse nous y sommes attachés, mais le respect de la diversité, c’est certainement une des sources de paix de la société », a-t-il insisté.

  15. Où est le problème des ces jours fériés risquant d’être proposés «à la carte» ?
    Je vous avoue que je ressens, moi aussi, une gêne à l’idée de ne plus avoir en France ces journées sacrées. Mais sont-ils vraiment vouées à disparaitre ?
    Moi aussi j’aimerais bien que le monde entier ait nos jours fériés chrétiens, car ils sont merveilleux et tellement plein de sens. Mais ai-je le droit de les imposer à autrui ?
    Les juifs, par exemple, souhaitant avoir des jours fériés correspondants à leur religion, pourquoi seraient-ils obligés de les piocher dans leur RTT ou congé payé ?
    L’important est à mon avis de mieux communiquer aux chrétiens le sens profond de chaque jour férié pour qu’ils en profitent mieux. Si tous les catholiques dédiaient vraiment chacune de ces journées au sens profond de la journée, alors, nous pourrions consolider notre foi au niveau personnel, national et international. Et nous en sortirions mieux « armés », et plus heureux, à mon avis.
    Un de nos objectifs en tant que chrétien est à mon avis, de donner envie aux autres par notre foi active, de nous rejoindre… Mais j’ai l’impression qu’imposer quoi que ce soit ne peut être que contre productif.
    En d’autre termes, tant que nous avons la garantie de pouvoir garder ces jours fériés en France, où est le souci ?

  16. Ce prêtre se trompe. Seul le dernier paragraphe est juste. En effet, ses arguments militent en fait pour des jours de congés aléatoires, sans religion, sans rien. Comme ça, pas de problème de laïcité ou de liberté de religion.
    Le seul argument valable est celui du dernier paragraphe, et il faut avoir le courage de le placer en premier : notre nation est chrétienne, notre histoire est chrétienne, qu’on le veuille ou non, et nos jours fériés doivent être chrétiens.

  17. Tout simplement notre civilisation disparaît et apparemment le haut clergé ignore ce que cela signifie.

  18. @n/m
    mais enfin… l’Assomption.
    Que pensez-vous de la Très Sainte Vierge Marie, Patronne principale de la France sous le vocable Notre-Dame de l’Assomption.
    Jusqu’à présent le 15 aout etait le pendant du 14 juillet, l’ autre fête de l’été. Avec son rayonnement marial, il rétablissait un certain équilibre.
    Etes-vous protestant ? Sinon, que pensez-vous des très nombreuses apparitions dont notre mère a favorisé la France. Si vous vous penchez sur la question, vous découvrirez que les messages qu’elle a délivrés ne laissent pas penser que notre mère des cieux va se réjouir de cette nouvelle provocation.
    Faut-il que la France soit inconsciente pour se priver ainsi de la protection de notre douce et puissante mère des cieux.
    Vos considérations présentent très bien pour un diner en ville, oui, mais un peu comme votre pseudo, elles sont ambigues. La charité de Dieu, ce n’est pas ce qu’on a coutume d’appeler les bons sentiments. Ce n’est pas non plus l’exercice de style avec these et anti-thèse que les candidats essaient de former pour le grand oral de l”ENA.
    Ce n’est pas tout-à-fait le sujet, mais j’en profite pour saluer tous ceux dont la charité les pousse à s’engager pour des causes qui ne sont pas politiquement correctes. Qui continuent de le faire même après les insultes dans la rue et les mauvais traitements médiatiques. C’est quand même très différent de ce que font les personnes respectables qui donnent leur vie en animant un projet pour les sans-abris dans un prieuré XVIIIe avec jardin, ou qui sont invités par l’édile local pour leurs bons et loyaux services, ou autres bonnes oeuvres pour lesquelles elles reçoivent leur récompense ici bas.

  19. A l’Alliance Royale, nous proposons aussi de supprimer une fête : le 14 juillet, date chargée de haine et de discorde et par ailleurs très discutable comme choix de la fête nationale.
    En revanche, nous proposons de le remplacer par le 15 août, puisque c’est la fête patronale de la France. Ce ne sera d’ailleurs qu’un juste retour des choses.
    Vous voyez que ce n’est pas du tout le même discours que ce que l’on peut entendre actuellement.
    Pour le vrai changement, ouvrons les yeux et osons la monarchie !
    PGC
    Alliance Royale

  20. Jadis c’était plus simple: religion d’Etat comme en Irlande ou à Monaco ou encore le bon vieux principe décrié par beaucoup mais pas si mauvais au fond: cujus regio ejus religio. Sinon avec la République sacralisée , le suffrage universel absolutiste et la contraception chimique laique et obligatoire, c’est le règne du communautarisme et les Chrétiens de France finiront parqués dans des réserves ou assassinés. Pas très confortable tout cela !

  21. Hipstagazine a publié ce jour un article afférent à la suppression des trois fêtes chrétiennes avec vidéo de Delanouba-Delanocif en sus !
    http://hipstagazine.com/#SOCIETE-Sacres-jours-feries

  22. @OPM
    Je précise que mon pseudo « nm » est en fait les simples initiales de mon prénom et de mon nom, et je ne vois donc pas en quoi cela corrobore votre assertion que mes considérations soient ambigües ?
    Loin de moi, la prétention de croire qu’elles ne le sont peut être pas, car loin d’avoir fait l’ENA comme vous le suggérez, je n’ai qu’un Bac en poche. Je vous épargne une réfutation de chacun de vos arguments visant ma personne et non le sujet en cours de cette discussion… Et en profite pour simplement réitérer mon point de vue d’une autre manière sur le sujet en cours:
    En termes d’enjeu, je pense que sortir l’artillerie lourde pour imposer nos jours fériés chrétiens au calendrier, est une perte relative d’énergie. Je ne dis pas qu’il ne faut pas résister, mais de plus grands combats nous attendent, et faire cette concession qui est raisonnable, peut nous permettre de nous faire entendre sur les autres sujets beaucoup plus importants à mon avis (Avortement, Euthanasie, mariage Gay…).

Publier une réponse