Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Suite au Brexit, faisons du français la langue commune de l’Union européenne

5 questions du Salon beige à Arnaud-Aaron Upinsky, Président de l’Union nationale des Ecrivains de France (UNIEF) :

1) Vous proposez de profiter du Brexit pour faire du français la langue de l’Europe. Pourquoi ?

IndexMon appel du 20 novembre 2017 au Président Macron, Protecteur de l’Académie française, pour qu’il engage la « Reconnaissance du français comme la langue commune de l’Europe », est parti de trois constats : 1. De son Discours de la Sorbonne du 26 sept. 2017 : « Pour une Europe souveraine, unie, démocratique », visant à faire de l’Europe une Puissance ; 2. Du « cri d’alarme[1] » que l’Académie française vient de lancer au monde dans sa déclaration du 26 octobre 2017 en déclarant : « la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui redevable devant les générations futures[2] » ; 3.  Du Brexit faisant que l’anglais n’est plus une langue de l’Union européenne. Désormais l’Europe, la première puissance économique au monde, visant à cesser d’être un nain politique, ne saurait parler la langue du « concurrent » sans trahir son impuissance et son asservissement. « Unie » pour parler au monde d’une seule voix, elle  doit nécessairement disposer de sa propre langue. A tous égards, le français, ce « latin des modernes » porteur du creuset grec, est la seule langue européenne à pouvoir remplir pleinement ce rôle de langue commune. « Contrairement à " L’anglais [qui] n’est pas un outil de communication international fiable[3] ", le français possède les trois caractères du latin ayant permis à l’empire romain d’exercer un gouvernement international durable – économique, politique et spirituel –, sur des peuples les plus divers, en constituant une langue qui soit à la fois : "universelle, immuable, non vulgaire[4]" ». Ma lettre ouverte au Président Macron précise les trois leviers multiplicateurs de puissance que le français doit donner à l’Europe en termes : 1. De « Rayonnement linguistique et culturel » pour permettre au marché européen de 510 millions de personnes de supplanter celui des 320 millions du marché américain ; 2. De « Compétitivité Économique », en stimulant ses flux commerciaux d’environ 33 % ; 3. De « Puissance politique ». Ce n’est pas l’épée, mais le Verbe qui est l’axe du monde ! Entre le « modèle européen » et le « modèle anglo-saxon », c’est une lutte à mort. Le « Softpower » anglo-saxon est en train d’imposer ses « standards » de prêt-à-penser au monde entier. « La Renaissance ou la mort de la langue française ! », il n’y a pas de troisième voie. La jeune génération est en train de passer à l’anglais et la seule manière de sauver le français est de lui offrir une sortie par le haut : en le faisant reconnaître comme la langue commune de l’Europe. Ce choix du français universel comme langue commune est également la seule manière de sauver l’Europe de son statut de nain politique ! Le Brexit est donc une chance historique « unique » à ne pas manquer !   

2) Ne craignez-vous que cette proposition se heurte aux autres pays de l’Union, notamment ceux qui parlent une langue répandue dans le monde ?

Au contraire. Il faut une langue commune « européenne » à l’Europe-Puissance, et l’anglais est désormais une langue étrangère. Quant à l’espagnol et à l’allemand, ils ne peuvent ni l’un ni l’autre rivaliser avec la langue française, langue diplomatique internationale par excellence qui fut, depuis le 17ème siècle, la langue commune naturelle de l’Europe : jusqu’au milieu de la construction européenne, avant de décliner après la rentrée de la Grande Bretagne en 1973. Parlée sur les cinq continents, elle est, après l’anglais, la langue la plus utilisée dans les organisations internationales, elle est une des trois langues de travail de l’union européenne, avec l’allemand et l’anglais ; elle est la plus claire et la plus prestigieuse, au point d’être la langue unique dans les délibérés de la Cour de justice européenne. Un des buts de notre pétition en ligne « Pour la reconnaissance du français comme langue commune de l’Europe[5] ! » est précisément de manifester le soutien des autres pays européens. A l’inverse de vos craintes, nous avons actuellement plus de soutiens de la part des autres pays de l’Union européenne que des Français, avec en second les Espagnols dont pourtant la langue est quantitativement plus répandue dans le monde. Tous les Européens comprennent, notamment les Italiens envahis par l’anglais, que faire du français la langue commune de l’Europe est le seul moyen de mettre un coup d’arrêt au rouleau compresseur du « Tout-anglais » : de préserver la diversité et le génie propre de toutes les langues en Europe.

3) De façon générale, la stratégie des défenseurs de la francophonie semblait plutôt, jusqu’ici, consister en une alliance avec d’autres espaces linguistiques pour éviter l’hégémonie de l’anglais. Vous opposez-vous à cette stratégie et, si oui, pourquoi ?

Il n’y a pas de véritable stratégie des « défenseurs de la francophonie ». On juge un arbre à ses fruits. Lorsque l’Etat français a pris la tour Eiffel pour y illuminer son slogan en anglais pour les JO de Paris 2024, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) n’a rien dit. Seul trois associations de Défense de la langue française, dont la nôtre, sont allées au procès, en faisant disparaître le slogan anglais ! Qui dénonce la réduction des textes en français à 5 % à la Commission européenne ? Qui a dénoncé la non-réponse du Président de la République à l’appel solennel de l’Académie française, du 5 décembre 2013, lui demandant de faire de 2014 l’année de la « Reconquête de la langue française » ? Qui a demandé de mettre la langue française au cœur des Présidentielles 2017 ? Qui demande au chef de l’Etat de parler au monde en français et non en anglais ? Qui lui demande, aujourd’hui, de faire du français la langue de l’Europe et d’en faire la première langue véhiculaire internationale au monde ?     

4) Le ministère russe des Affaires étrangères semble suivre avec intérêt votre démarche. Pouvez-vous nous en dire davantage sur la vision russe du sujet ?

Ce sont les Russes qui, les premiers, après la publication de ma lettre au Président de la République,  m’ont demandé de publier  un entretien dans le magazine officiel (Interaffairs.ru) du chef de la Diplomatie russe, Sergueï Lavrov. Le titre choisi – « Le français doit devenir la langue intercommunautaire de l’Europe au grand dam de l’anglais » – fait apparaître d’évidence le remplacement de l’anglais par le français, à la tête de l’Union européenne, comme la « nouvelle » doctrine de la diplomatie russe. La raison géopolitique en est simple, comme l’a mis en lumière la Table ronde organisée, le 9 janvier 2017 à Paris, par le Mouvement européen, réunie sous le titre : « Relation Russie et UE ; je t’aime, moi non plus ? » Tandis que les Russes sont hostiles à 80 % à l’Union Européenne, ils sont fascinés par la France. Et la diplomatie russe, pour le tricentenaire du voyage de Pierre le Grand en France, voit donc dans l’adoption de la langue française comme langue commune de l’UE, le puissant levier de solidarité et de reconstruction de l’Europe, chère à De Gaulle, qui s’impose pour rétablir un langage « diplomatique » commun de l’Atlantique à l’Oural, sur la base culturelle d’une Civilisation partagée dont la France est la figure emblématique.

5) Vous vous présentez une nouvelle fois à l’Académie française. Quels sont vos objectifs pour cette nouvelle campagne ?

C’est l’académicien Philippe Beaussant, Président de la Défense de la Langue française (DLF), mort à la tâche, qui m’a demandé de me présenter à l’Académie pour répondre à l’appel que M. Maurice Schumann avait lancé, le 30 janvier 1975, d’une totale actualité : « Le temps n’est plus où l’Académie française régnait sur un héritage. L’attrait du français est intact, son rayonnement et son cheminement sont contrariés. Il nous faut maintenant forger pour la défense et l’illustration de la langue les armes d’une vraie reconquête. » Mon objectif est d’appliquer le plan dont Philippe Beaussant m’a fait le légataire et dont j’ai exposé les grandes lignes dans ma lettre au Secrétaire perpétuel du 19 octobre 2016, sous le titre éloquent : Plan de bataille « A la reconquête de  langue française  » ! A ce jour, je suis le seul candidat ayant cette Reconquête pour objectif de campagne.

[1] Déclaration de l’Académie française sur l’écriture dite « inclusive », du 26 octobre 2017.

[2] Idem.  

[3] L’anglais correct pour les nuls, Claude Raimond, First Editions, 2004, p. 25.

[4] Le latin langue de l’Eglise, Bernadette Lécureur, Spses, 1964, p. 153.

[5] https://www.change.org/p/emmanuel-macron-la-p%C3%A9tition-pour-la-reconnaissance-du-fran%C3%A7ais-comme-langue-commune-de-l-europe

Partager cet article

14 commentaires

  1. excellent !
    ça semble tellement évident.
    Et pour info, j’ai vu et lu aussi que AA Upinsky va prochainement ressortir La Parole coupée aux éditions Terramare, en même temps que son nouveau pamphlet politique : Macron, le président ventriloque, toujours aux éditions Terramare.

  2. Excellente idée. le français retrouverait la place qu’il avait dans ma jeunesse, c’était une langue diplomatique, y compris au vatican.
    Aujourd’hui, il faudrait d’abord commencé par franciser notre télévision : Mytf1, cnews, etc et tous les titre d’émission comme TheVoice.
    et tous les titres présentés aux télespectateurs dans les séries et les films.

  3. Le français redeviendra une langue internationale lorsque nous aurons un nouveau Louis XIV, des écrivains et des artistes comme ceux des 17 et 18e siècles…
    En 1705 ou 1710, on jouait des pièces de Molière à Lima, au Pérou ! Je ne crois pas qu’on y lise par exemple Marguerite Duras ?
    “Marguerite Duras, qui n’a pas écrit que des conneries ! Elle en a filmé aussi !” (Pierre Desproges)

  4. Un remarquable objectif pour les amoureux de notre pays et de sa si belle langue tant massacrée actuellement malheureusement. Exit l’anglais que j’ai parlé pendant un an dans un contexte international mais qui est si inférieur au français pour exprimer sa pensée. Objectif qui me plaît d’autant plus que je parle un peu le russe.

  5. Il faut détruire la France !!!
    – On commence à couper la tête au Roi
    On instaure la République :
    “liberté ,égalité ……….vaseline ”
    – On rentre en guerre ouverte avec la religion catholique .
    Soit dit au passage : Chassez le catholicisme et vous aurez l’islam .
    Puis on “saccage “la langue Française ”
    Macron parle Anglais dans ses discours, de toute façon ,de la France ,il s’assied dessus .
    La boucle est bouclée .
    Comme le système ne veut “que des tubes digestifs ” et des consommateurs , la partie n’est pas gagnée!!!!
    La Suède , réaliste a remis en application
    “Le service militaire obligatoire ”
    Quelque part ça sent la poudre !!!!
    http://www.lefigaro.fr/international/2017/03/02/01003-20170302ARTFIG00203-la-suede-retablit-le-service-militaire-obligatoire.php

  6. Sans dire que l’anglais international n’est qu’un globish qui oublie la beauté de l’anglais britannique.
    Ceci dit, Upinsky oublie que les Irlandais ont deux langues officielles dont l’anglais.

  7. Parce que vous croyez que l’Allemagne, puissance dominante de l’UE, et ses satellites, notamment l’actuel gouvernement français, voudraient rendre à notre pays sa grandeur d’antan ?

  8. C’est le LATIN qui devrait être la langue commune de l’Europe (débarrassée de l’union européenne)
    Otto de Habsbourg et Bruno Gollnisch l’avaient proposé dans l’indifférence générale.
    Ils avaient raison.
    Quand les juifs ont fait Israel, ils ont fait revivre l’hébreu: ils avaient raison!

  9. Ce projet oublie que c’est l’allemand la langue maternelle la plus répandue dans l’Union Européenne.
    Par ailleurs, je partage tout à fait le commentaire de M. Alpin sur la nécessité préalable de parler correctement le français dans notre pays.
    Enfin, M. Irishman a raison de souligner indirectement que nos penseurs, créateurs et autres artistes contemporains n’ont pas le rayonnement ni l’envergure de ceux du 17ème siècle.

  10. Le problème du français ou de l’anglais n’est pas un problème qui se résout à niveau humain. Comme dit plus haut, le français est le latin des modernes née de la langue officielle de l’église et qui plus est parlée par la fille aînée de celle-ci. La France avait pour mission de faire rayonner la royauté du Christ au travers le monde et la langue française en était un outil tout comme le latin l’avait été avant elle pour assoir l’empire romain en son temps. Rien que pour tout cela le prince de ce monde doit sûrement détester la langue française au plus haut point (entre Français et Anglais le malin a d’ailleurs déjà choisi son camp depuis fort longtemps). N’attendez donc rien du monde gouverné par qui vous savez pour pousser la langue française à rayonner encore. Il s’emploie à détruire tout le rayonnement de cette culture depuis des siècles. Pourquoi changerait-il de cap? De plus la langue française est trop riche, trop subtile et c’est bien trop difficile de pouvoir lui faire dire le tout et son contraire alors que l’anglais s’y prête très bien. La langue française est un outil pour développer l’être humain ce qui est tout le contraire de ce que le père du mensonge qui veut tout uniformiser bêtement a choisi de faire avec nous. Par contre prendre une langue qui n’a même pas de genre est parfait pour quelqu’un qui veut rendre tout à l’identique et sans vie… mais parfois Satan porte Pierre… On verra.

  11. Bien peu nombreux sont ceux qui savent que 950 apres les britanniques n’ont toujours pas digéré la bataille d’Hastings gagnée par les normands mais qu’ils attribuent aux français.
    A cette epoque le français etait la seule langue parlée dans l’ile, que les envahisseurs ont imposé par la force et qui s’est trouvée melangée au fil des siècles avec l’idiome local pour donner ce qu’on appelle aujourd’hui l’anglais.

  12. Bien d’accord avec Vigor…
    Pour revenir à l’Irlande (commentaire d’Oncle Donald), si effectivement l’anglais et l’irlandais (gaélique irlandais) sont les deux langues officielles, l’irlandais est considéré comme “1ère” langue, mais dans la pratique bien évidement, c’est l’anglais qui est parlé partout… y compris dans les gaeltacht (régions où l’irlandais est parlé quotidiennement, et où la plupart des panneaux et informations sont uniquement en irlandais) où si vous posez une question en anglais, votre accent français vous vaudra une réponse en anglais, avec l’accent du coin en prime…
    A noter qu’en Irlande du Nord, le gaélique a été remis à l’honneur depuis pas mal d’années maintenant ; à Belfast par exemple, les noms des rues en gaélique et en anglais indiquent que vous êtes dans un quartier (traditionnellement catholique… Le parler de l’Ulster est légèrement différent que celui des autres provinces (Munster, Leinster et Connaught), autrefois symbole de l’appartenance au camp catholique (IRA, etc…), il retrouve un intérêt y compris dans les rangs des protestants unionistes.
    Enfin, il existe également, en Irlande du Nord toujours, un parler quasi incompréhensible pour une oreille française : c’est un anglais fortement mêlé de termes et de prononciation écossaise, un “anglo-écossais” que seul un bon verre de whiskey vous aidera à comprendre…
    Slainte ! (A la vôtre !)

  13. oui, mais il faudrait que le président macron commence à s’exprimer en français à versailles notamment!

  14. Si je puis me permettre, pour commencer, il serait bon de ne pas écorcher notre langue. “Suite à” ne se dit pas, il faut préférer “à la suite de”.

Publier une réponse