Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Laïcité à la française / France : Société / Religions : L'Islam

Le chrétien n’a pas vocation à n’être qu’une victime…

Suite à la votation des Suisses sur l'interdiction de la construction de minarets, voici la réflexion de l'abbé Pierre-Hervé Grosjean sur son site Padreblog :

Grosjean "On a beaucoup parlé du référendum sur les minarets en Suisse. Les mêmes qui veulent interdire le voile intégral s’offusquent qu’on puisse s’opposer à la construction de minarets. Est-ce bien logique ?

Je ne voudrais pourtant pas ici rentrer dans ce débat, mais plutôt demander qu’on en ouvre un autre : quand est ce qu’on se souciera de la liberté religieuse dans les pays où l’Islam est majoritaire ? Quand parlera-t-on de ces musulmans convertis au christianisme qui risquent chaque jour la mort, s’ils sont découverts ? (…)

De ces chrétiens arrêtés pour détention de bible ? (…) Je n’invente rien. J’ai moi même vécu, petit, deux ans en Arabie Saoudite. Mes parents me racontent encore la messe clandestine, dans les appartements, le prêtre qui se cache sous une fausse identité, les risques encourus… et pourtant , nous étions des expatriés ! Que dire des philippins, main d’oeuvre locale, peuple très catholique, qui risquent si cher pour leur fidélité à l’évangile.

Comme j’aimerais que nos frères musulmans de France militent pour cette réciprocité ! Comme je voudrais que nos gouvernants, abandonnant toute hypocrisie, exigent de nos partenaires commerciaux privilégiés ( mais peut être est ce cela qui explique leur silence… ) le respect de la liberté religieuse pour nos frères chrétiens…

Le chrétien n’a pas vocation à n’être qu’une victime… Surtout quand il s’agit du respect des droits de Dieu , et du culte qui doit lui être rendu."

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

15 commentaires

  1. A propos de liberté religieuse, je signale un événement qui a eu lieu hier au Pradet, près de Toulon.
    Dans cette commune communiste, la mairie a organisé des festivités de rues, notamment devant sur la place rpincipale de la ville, faisant installer traiteaux et ateliers, sonos et lumières…jusque devant la porte de l’église du Pradet et occupant notamment tout le parvis.
    Or ce même Dimanche, à la même heure (18h), avait lieu la messe dominicale du soir (St pie V, en vertu du motu proprio). Devant la colère bien légitimite du curé, une représentante de la mairie a déclaré publiquement ne pas vouloir… “parler aux intégristes”!
    Cependant, une rapide mobilisation des catholiques et paroissiens locaux venus entourer le Pède curé sur le parvis dans l’après-midi a permis d’obtenir le démontage des moyens en place sur le parvis et le report des spectacles de rues à 19h, soit à l’issue de la messe.
    Une belle victoire de la mobilisation et de la fermeté catholiques face au totalitarisme des élus bolchéviques.

  2. Pour l’Église, la réciprocité n’est pas un argument
    Après le vote des Suisses contre la construction des minarets, dans toute l’Europe, les réactions des responsables de l’Église se succèdent, marquant une condamnation sans concession des résultats du référendum. En Suisse même, la Conférence des évêques a été l’une des premières institutions helvétiques à réagir, dès le milieu d’après-midi : « la décision du peuple représente un obstacle et un grand défi sur le chemin de l’intégration dans le dialogue et le respect mutuel » martèlent les évêques.
    Sachant que l’argument de la réciprocité a été souvent utilisé, ils rappellent que « l’interdiction de la construction de minarets ne servira pas les chrétiens opprimés et persécutés dans des pays islamiques mais qu’elle détériore la crédibilité de leur engagement dans ces pays ».
    «Intervenir en faveur des droits des musulmans chez nous»
    Même fermeté du côté du Vatican, où, lundi 30 novembre, le président du Conseil pontifical pour les migrants, Mgr Antonio Maria Sveglio, a estimé que ce résultat est un « coup dur pour la liberté religieuse » : « Je ne vois pas comment on peut entraver la liberté de religion d’une minorité. » Là encore l’argument de la réciprocité ne peut être utilisé : « Certainement, on note un sentiment d’aversion et de peur un peu partout, mais un chrétien doit savoir dépasser cela, même s’il n’y a pas de réciprocité. »
    En Allemagne aussi, l’Église a pris position rapidement, « très inquiète » du résultat de dimanche, qui, pour Mgr Robert Zollitsch, président de la conférence épiscopale « pourrait affecter la cohabitation des religions et des cultures » : « justement parce que nous, chrétiens, condamnons les restrictions à la liberté religieuses dans les pays musulmans, nous ne devons pas seulement venir au secours des chrétiens là-bas, mais également intervenir en faveur des droits des musulmans chez nous. »
    Isabelle de GAULMYN
    Source : La Croix, 30 novembre 2009.

  3. Le chrétien n’a pas vocation à n’être qu’une victime… mais le chrétien doit pourtant être à l’image du Christ, la victime offerte par excellence…
    Alors je dirais plutôt que tel le Christ fendant la foule, qui à maintes reprises a cherché à le tuer, tant que notre heure du martyre n’est pas venue, on doit tout faire pour éviter le martyre (interdiction des minarets, etc.) mais quand le martyre se présentera pour nous, alors il faudra y faire face tel le Christ.
    Quant à savoir quand l’heure du martyre sera la bonne… seule j’imagine la prière peut y apporter une réponse.

  4. La mission principale des chrétiens n’est pas d’interdire les minarets, mais de remplir les églises !

  5. … Pourtant il est juste de pointer cette absence absolue de réciprocité. A Jérusalem, le St Sépulcre est voisin d’un énorme minaret, dépourvu de mosquée, mais construit ici pour bien faire sentir aux chrétiens qu’ils sont en terre d’Islam…
    Prions pour les chrétiens d’Irak et de Palestine noyés dans un univers hostile.

  6. “Le chrétien n’a pas vocation à n’être qu’une victime… ”
    Les premiers chrétiens qui ont suivi le Christ, ont fini de la même manière que l’Agneau de Dieu. C’est l’époque ou le christianisme s’est le plus développé.
    Alors peut-être que c’est le rôle des chrétiens d’être immolés!
    Pour ma part, j’avoue préférer l’époque des croisades !

  7. il n’y aurait pas de chrétiens de nos jours
    si
    – Constantin n’ avait pas obéi à l’ ordre du Christ lui disant
    “par ce signe sois vainqueur !”
    – Clovis n’ avait pas , dans le desastre de son armée, promis au Christ de se convertir s’il triomphait de ses ennemis.
    voilà de vrais chrétiens
    nous leur devons la foi catholique autant qu’ aux prêtres qu’ils ont protégés.
    il nous faut un nouveau Clovis

  8. @ vincent
    “Le chrétien n’a pas vocation à n’être qu’une victime… mais le chrétien doit pourtant être à l’image du Christ, la victime offerte par excellence…”
    Pour ma part j’aime bien l’image du CHRIST chassant les marchants du temple…

  9. @ Tolbiac
    il n’y aurait pas de chrétiens de nos jours… sans le sacrifice de Jésus.
    Relisez son message qui n’a pas pris une ride jusqu’à nos jours.
    Ceci dit, Clovis s’est converti par opportunisme, Saint Blandine s’est sacrifiée par conviction.

  10. @ HB
    “Pour ma part, j’avoue préférer l’époque des croisades !” Celles-ci étaient avant tout inspirées par des motifs politiques sous le vernis de la religion. La mise à sac de Constantinople, pourtant chrétienne, par les croisés en est une preuve. Enfin, les croisades sont l’antithèse des enseignements de la Bible. D’ailleurs, elles se rapprochent de la “guerre sainte” prônée par les islamistes. Hier comme aujourd’hui, les extrêmismes se nourrissent les uns des autres…

  11. @ Jovanovic
    “La mission principale des chrétiens n’est pas d’interdire les minarets, mais de remplir les églises !” Voilà une parole de bon sens !
    A propos de Jérusalem, n’oubliez pas que c’est une ville trois fois sainte puisque le centre historique du monothéisme, la matrice du judaïsme, du christianisme et de l’Islam, celle qu’en hébreu on appelle Yerushalayim “la paix apparaîtra” et qui, en arabe, devient Al-Qods, “la Sainte”. C’est là que le roi David établit sa capitale en 1004 av. J.-C., que Salomon, son fils, construisit le premier Temple, que Jésus vint prêcher et mourir sur une croix avant de ressusciter. C’est vers Jérusalem encore que Mahomet fut enlevé un soir par l’archange Gabriel pour recevoir d’Allah la Loi coranique.
    Les trois monothéismes sont d’ailleurs implantés dans le paysage : l’esplanade des mosquées à l’Est avec le Dôme du Rocher et la mosquée Al-Aqsa ; au pied de celle-ci le quartier juif avec le Mur des Lamentations et la synagogue Hurva ; à côté de celui-ci, au Sud, le quartier arménien avec l’église Saint-Jacques ; à l’Ouest, le quartier chrétien qui abrite le Saint-Sépulcre sans oublier l’église Sainte-Anne située dans le quartier musulman.
    Par conséquent, si Jérusalem doit appartenir à quelqu’un, elle appartient alors aux hommes de paix et de bonne volonté.

  12. il n’ y aurait pas de chrétiens aujourd’hui s’il n’y avait pas eu autrefois des guerriers pour fonder et protéger la cité de Dieu, selon l’ expression de saint Augustin.
    Et l’ Eglise ne se maintiendra pas s’il n’y a pas aussi une nation qui lui manifeste non seulement sa tolérance mais surtout sa protection .
    et toute cité a besoin de l’ épée pour exister.

  13. Enfin, on parle des anciens musulmans convertis au christianisme, qui sont de plus en plus nombreux et vivent une libération extraordinaire dans le nom de Jésus. Rendons grâce à Dieu pour ces libérations.

  14. @ Tolbiac
    “il n’ y aurait pas de chrétiens aujourd’hui s’il n’y avait pas eu autrefois des guerriers pour fonder et protéger la cité de Dieu, selon l’ expression de saint Augustin.” Comment expliquez-vous alors l’inexorable développement de la Foi chrétienne aux premiers siècles de notre ère malgré les persécutions romaines ? La Foi n’a besoin de nulle épée pour se protéger et se développer.

  15. à OPSOMER
    les croisades ont été un acte de grande politique des papes , lorsqu’ils avaient la charge du gouvernement politique de la chrétienté
    c’est saint Grégoire VII , un très grand chef, qui les a motivées ainsi:
    1/ venir au secours des chrétiens d’ Orient brutalisés par les Turcs
    2/ prévenir l’invasion de l’ Europe par ces Turcs
    dommage qu’on ne soit pas allé jusqu’au bout de cette glorieuse politique
    on s’en mord les doigts aujourd’hui

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services