Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Succès des retraites dans la ville

Lu dans Minute :

R"Avec 66000 abonnés, les dominicains de Lille peuvent être fiers de leur « retraite virtuelle de carême ». A l’origine, voilà une idée d’une simplicité biblique: il y a neuf ans, trois jeunes frères ont jugé bon d’envoyer par e-mail les conférences de carême jusqu’alors prêchées devant un parterre d’une petite centaine de fidèles. Dès la première année, ils ont enregistré 2500 abonnés – des catholiques ne fréquentant pas assidûment l’église, mais soucieux de prendre du temps pour la méditation et la prière à l’approche de Pâques. Très vite, les dominicains ont monté un site Internet intitulé « Retraite dans la ville » et enrichi leur programme par des envois quotidiens de mails de méditation. Les SMS ont suivi, sur les téléphones portables.

La progression est constante et de plus en plus forte: + 20 % en 2010 et 2011 ; + 24 % cette année. Les dominicains ont vite dû renforcer les effectifs consacrés à la Retraite dans la ville et assurer l’encadrement de cette initiative originale, alliant la communication la plus moderne à la spiritualité la plus traditionnelle. Le père Franck Dubois, aujourd’hui maître des novices, a fait partie de l’équipe fondatrice. Il explique son succès par « l’engouement pour la spiritualité, mais aussi par le besoin de prendre le temps de se poser, de méditer. Une nécessité de s’arrêter au moins une fois dans l’année, qui a toujours été au coeur de l’institution du carême proposé par l’Eglise ». Le but n’est plus de prendre des résolutions que l’on n’arrive pas à tenir, mais d’accorder un vrai temps à la méditation et la prière: « Les messages sont comme des piqûres de rappel ». L’internaute peut prier seul en écoutant les offices des soeurs de Chalais, dans le massif de la Chartreuse. Il peut aussi poser des questions par Internet et recevoir une réponse personnalisée. Le site permet également de déposer des intentions de prière. […]

Comme leurs ancêtres qui, au Moyen Age, investirent les lieux les plus mal famés pour évangéliser les plus délaissés, et luttèrent contre les hérésies en prêchant par l’exemple une foi joyeuse et dépouillée, les frères prêcheurs ont su s’adapter à la modernité d’Internet, avec des homélies courtes (cinq minutes au plus) et très percutantes, pour toucher un public peu ou non pratiquant… La bonne nouvelle, c’est que ce public en redemande, la preuve par les dons et inscriptions, qui affluent."

Partager cet article

Publier une réponse