Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Statut du faux-parent : un projet de loi passéiste

Jean-Marc Nesme, député-maire UMP de Paray-le-Monial et initiateur de l'Entente parlementaire contre l'homoparentalité, déclare :

N "Nous avons l’impression d’être pris pour des ânes ! La majorité – avec notre Entente parlementaire – avait dit très clairement en 2006 qu’elle était contre toute forme de reconnaissance de l’homoparentalité. Et l’on voudrait aujourd’hui nous faire voter un "statut de beau-parent" qui n’est qu’une forme déguisée de légalisation de l’adoption par des couples homosexuels ! On croit rêver. Ce projet de loi est une provocation à l’égard des parlementaires et des Français ! […] Ce texte, en plus d’être purement idéologique, est donc inutile et dangereux !

Pensez-vous que la majorité parlementaire votera ce texte ?

J’ai bon espoir que non. Et pour cela, nous relançons notre Entente parlementaire qui avait déjà permis de remettre les pendules à l’heure. […] Ce n’est pas au législateur de transgresser les limites d’une société pour satisfaire aux revendications d’une minorité. Cette loi entérinerait la primauté de l’intérêt de l’adulte sur celui de l’enfant. A Mme la secrétaire d’Etat à la famille qui juge qu’une telle position est "passéiste", je réponds que c’est justement sa proposition qui est "passéiste". Ce projet de loi ferait revenir la France 2000 ans en arrière. Depuis deux millénaires, une famille c’est un papa et une maman et un ou plusieurs enfants. Il faut remonter à la Grèce antique pour trouver une organisation sociale qui accepte l’homoparentalité."

Le Collectif pour l'enfant vous propose de signer un appel en faveur des droits de l'enfant (déjà plus de 6000 signatures), qui sera envoyé à tous les députés.

Michel Janva

Partager cet article

3 commentaires

  1. la Grèce antique n’a jamais envisagé de parentalité homosexuelle et encore moins ne l’a inscrite dans ses textes de droit!!
    L’homosexualité dans l’antiquité grecque se situait généralement dans une initiation de maitre à disciple (donc dans le milieu très étroit des gens de culture).
    Aujourd’hui et pour la première fois dans la pensée occidentale, on voudrait mettre à égalité hétéro et homosexuels jusque dans la filiation et la responsabilité publique des enfants. C’est tout autre chose, on a franchi un cap gigantesque que les Grecs n’avaient pas voulu envisager! On sort dès lors de comportements établis librement entre adultes consentants pour radicalement transformer nos rapports sociaux.
    Il s’agit aussi en souterrain de briser un modèle donné par les Romains et transformé par la pensée civilisationelle chrétienne. Ne nous faisons pas d’illusions : tous ces coups de boutoirs se tiennent entre eux (travail du dimanche, “projet parental” déterminant l’humanité d’un embryon, remplacement du mot père et mère par parents ou autre invention sémantique…) Ainsi l’homme ne se reçoit que de lui-même, il est son propre maître et se donne à lui-même sa propre origine. (Cf Onfray mais encore plus subtil Comte Sponville, si facsinant)
    C’est contraitre à toute l’anthropologie non seulement chrétienne mais universelle depuis la nuit des temps, qui faisait justement notre dignité.
    Parallèlement à la chosification de l’humain, on humanise l’animal, la plante, la Nature… Et la force de persuasion de ces lobbies repose sur l’effodrement des connaissances culturelles et l’idée qu’il faut être “moderne donc transgressif”, “efficace”,”tolérant”, trois concepts qui sont un puissant anesthésiant…

  2. J’ai l’impression que tous ces députés ou bien sont complètement idiots ou bien font semblant de débattre afin que le bon peuple n’y voit que du feu. Aucun ne disent que cela a déjà été pondu au niveau de la commission – on ne sait jamais par qui -, et voté aveuglément et par flot continu essentiellement en conseil des ministres ou bien accessoirement au parlement européen et que plus rien ne doit être décidé par les parlements nationaux à part voter le budget, exercice symbolique puisqu’ils n’ont même pas les éléments d’information pour le faire. Et à chaque nouveau projet de loi, c’est la même salade. Pourquoi ces députés qui prétendent vouloir décider librement ne vont-ils pas au bout de la logique en proposant de SORTIR de l’UE ?
    Ainsi dans le cadre de cette “loi” sur le statut du faux-parent, cela correspond à une loi déjà décidée par des « experts » de l’UE, sur les « adultes civilement responsables d’un enfant mineur» et comme le droit européen est supérieur au droit national, tous les pays SONT OBLIGES, sous peine d’amende, d’adapter cette loi dans leur droit.
    Et au lieu de faire semblant de débattre – de toute manière cette loi sera toujours votée en dernier ressort par ces deux grands partis « démocrates », le PS ou l’UMP ou les deux – il serait plus simple de rappeler que nous ne sommes plus en démocratie et de PROPOSER DE SORTIR DE L’UE POUR QUE CES DEBATS RETROUVENT UN SENS.
    Cela est valable pour TOUS les projets de loi. Les gens ont du mal à le comprendre, mais c’est un fait. Appelez ça comme vous voulez : oligarchie, ploutocratie,… mais pas démocratie. Si vous voulez mettre fin à cela, faites élire UNIQUEMENT des députés indépendantistes, s’ils y en a, qui proposent de sortir de l’UE!

  3. Il est en effet nécessaire et bienvenu que Monsieur Nesme resserre une garde qu’il avait semble-t-il relachée de manière optimiste au moment de quelque scrutin…
    Son renvoi du boomerang quant à l’accusation de “passéiste” par la propagande adverse de son propre parti (!…) est habile et mériterait d’être élargi à l’ensemble des mesures d’inspiration révolutionnaire ,et en cela ringardes, que son propre parti, l’UMP tente d’imposer à toute force avant que son piteux chaland, entraîné par une crise que celui-ci n’a su, ni prévoir, ni prévenir , ne coule.
    Il faut espérer en effet que “l’entente parlementaire” saura créer les conditions d’un consensus suffisamment puissant pour réduire à néant, et pour toujours, ce projet anti-humaniste.
    Cependant et compte tenu de l’ampleur du sujet qui engage l’humanité, et non pas seulement un petit clan national, contre un autre , guère plus évolué , il me paraît dangereux d’ enfermer le combat dans une optique exclusivement partisane, cela me semble même conduire à prendre singulièrement le risque de favoriser le passage de la loi (je ne demande pas mieux que de me tromper sur ce point)
    Et dans une telle hypothèse, il faut bien avoir conscience que le pouvoir, trahissant alors sa première mission régalienne, réduirait encore ainsi de facto et délibérément sa légitimité au regard du droit naturel.
    C’est ainsi que, de manière tragique , il prendrait le risque d’ injecter institutionnellement encore davantage de violence dans le champ social.
    Mais il n’est pas moins vrai que la Terreur est aussi moyen révolutionnaire…
    Où se cache donc la force tranquille qui aurait eu vite fait en son temps de nous mettre un million de personnes dans la rue pour bien moins que cela ?…
    Ne peut-on pas la clôner de toute urgence ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]