Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classifié(e)

Collège-Lycée Averroès de l’UOIF : l’arbre qui cache le désert !

On se souvient de la démission en fanfare de ce professeur de philo du lycée musulman Averroès de Lille, Soufiane Zitouni, qui trouvait qu'il entendait trop souvent des propos antisémites parmi les élèves et dénonçait les liens trop marqués de l'établissement avec les Frères musulmans via l'UOIF. Le lycée entretient des rapports glaciaux avec Martine Aubry, en raison des liens de l’établissement avec Amar Lasfar, recteur de la mosquée de Lille-Sud, un des fondateurs du lycée, président de l’Union des organisations islamiques de France [UOIF], qu’elle accuse de pratiquer le double langage. Le lycée a attaqué le professeur en diffamation, procès prévu le 3 avril.

Sur son blog, Joachim Véliocas relaie le blog de Mohamed Louizi, où celui-ci prend la défense de Soufiane Zitouni, le professeur de philo, et met en cause l'UOIF, coupable d'après lui de manipulation, et de collusion avec les Frères musulmans, dans un livre téléchargeable au format PDF, "L'arbre qui cache le désert". Ce livre est fondé sur un document top secret qui a été offert à l'auteur par un notable de la LIN (Ligue islamique du Nord).

Voici ce qu'écrit Mohamed Louizi en introduction de son livre, qui est pour lui un "témoignage citoyen d’intérêt public" (extraits) :

[…]"L’UOIF d’Amar Lasfar, qui est aussi président de « l’association Averroès » s’occupant de cet établissement privé, a choisi le terrain judiciaire, entre autres, pour attaquer un homme, un professeur. L’UOIF a même imposé un calendrier pour, soi-disant, tourner rapidement la page de cet incident. Le professeur Soufiane Zitouni devra comparaître devant le Tribunal de Police de Lille le vendredi 3 avril prochain. Curieusement, cette date correspond à la date d’ouverture du 32ème congrès de l’UOIF, baptisée injustement « Rencontre Annuelle des Musulmans de France » (RAMF) à Paris-le-Bourget. Une simple coïncidence ? Peut-être.

Tout laisse à croire qu’en cas de condamnation de Soufiane Zitouni, le 3 avril, la RAMF de l’UOIF se transformerait en une fête, où l’islamisme le plus perfide s’érigerait en héros de la République après avoir su, habilement, se mettre dans la peau de la victime. Le professeur, quant à lui, sera considéré définitivement, au moins, comme un « traitre » et la suite pourrait être dramatique, car lorsque la frénésie islamiste et communautariste monte, l’on est plus à l’abri des attaques les plus folles et les plus dangereuses aussi. Le Tribunal devrait, par précaution peut-être et dans la mesure du possible, reporter ce jugement, au moins d’une ou de deux semaines, cela éviterait toute exploitation islamiste de cette affaire judiciaire : simple requête citoyenne.

Je suis conscient que ce témoignage intervient dans un contexte national marqué par l’approche des deux tours des élections départementales, les 22 et 29 mars prochain. Le risque que son propos soit instrumentalisé politiquement est plus que vraisemblable. Cependant, c’est bien l’UOIF du « Collège-Lycée Averroès » qui a choisi la procédure d’urgence et, indirectement,  fixé la date du procès au vendredi 3 avril, au lendemain des élections. Les citoyens, comme bien d’autres responsables de la chose publique, sont en droit de connaître le fond du sujet et d’examiner des éléments de preuves bien avant le procès. D’où l’impératif de le publier aujourd’hui nonobstant le contexte politique. L’UOIF assumera seule les conséquences de toute probable utilisation de son propos à toute fin électoraliste. La politique du déni systématique amène parfois vers l’imprévisible. Que serait donc la politique sans cette part de l’imprévisible ?[…]

Ce « témoignage citoyen d’intérêt public » s’inscrit dans la droite ligne de cette sagesse du philosophe andalou [Averroès – NDMB]. Il tente de dissiper les épaisses et obscures couches de nuages entourant l’UOIF, et favorisant l’ignorance de ce qu’est réellement et idéologiquement cette entité politico-religieuse, agissante à travers de nombreuses institutions, et s’entourant de nombreux établissements pour assurer la marche vers son cap visé, et permettre la réalisation du rêve de domination par l’idéologie d’Hassan Al-Banna demain, ici et ailleurs. Le « Collège-Lycée Averroès » n’est qu’un établissement parmi d’autres. Ses élèves ne seraient qu’une réserve en ressources humaines à éduquer et à former pour assurer la relève d’une organisation, somme toute, vieillissante".[…]

[télécharger ici le livre de Mohamed Louizi]

Alors qu'en Egypte, le président Sissi se débarrasse autant qu'il peut des Frères musulmans, en France, nous laissons ouvrir des écoles et des mosquées, qui sont autant de caisses de résonance de ces dangereux islamistes. Une fois de plus, nous assistons impuissants au règne de l'imprudence, ou plutôt de la volonté acharnée de détruire notre France par le soutien de l'implantation islamique sur notre sol.

Partager cet article

6 commentaires

  1. Islamisme toujours :
    “Tunisie: les auteurs de l’attentat du musée du Bardo se sont entraînés en Libye”
    L’Express
    https://fr.news.yahoo.com/tunisie-auteurs-lattentat-mus%C3%A9e-bardo-entra%C3%AEn%C3%A9s-libye-072218221.html

  2. Les Frères musulmans sont une création anglaise ! Et les mondialistes les utilisent encore comme ils utilisent les takfirists et wahhabites ! Le but sera en Europe de mettre dos à dos chrétiens contre musulmans, créant ainsi une guerre civile ! Dans cette histoire les sémites sont les arabes et les juifs sémites. Mais il faur savoir que les sionistes ne sont pas sémites mais sont d’origine khazare !

  3. Ca devient vraiment très compliqué !

  4. N’oublions pas au passage les liens qui unissent les Frères Musulmans à l’administration Obama.

  5. Averroès , le faussaire d’Aristote.
    Nous n’en voulons pas, ni de ses représentants, ils sont pour nous des étrangers en France ,sans avoir eu l’accord d’un referendum.

  6. La machine est en marche, à plein tube. C’est “Aliens contre Predators”….
    Notre douce France devient le théâtre de combats qui ne sont pas les nôtres, mais pour lesquels l’occupation de notre sol et l’élimination des autochtones sont un préliminaire.
    Il est peut-être déjà trop tard pour réagir : la grenouille est piégée dans l’eau qui a doucement chauffé, et qui l’ébouillante désormais.

Publier une réponse