Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

Soros : si vous n’avez pas aimé le père, vous n’aimerez pas le fils

ReX6PSdH_400x400Lorsque les démocrates parlent de «milliardaires républicains» maléfiques comme Sheldon Adelson ou les frères Koch, c'est toujours en termes apocalyptiques. Ils essaient d '«acheter» des élections et cachent leur influence avec de l'argent.

Mais les démocrates ne parlent jamais de leurs propres milliardaires et des énormes sommes d'argent versées aux causes démocratiques par Tom Steyer, Mark Cuban et J.B. Pritzker, candidat au poste de gouverneur de l'Illinois.

Et, bien sûr, George Soros. La portée de Soros est internationale. Il a un vaste réseau d'organisations internationales qui font la promotion de ses causes favorites. Et il est un contributeur fiable, parfois obscur, aux causes du Parti démocrate aux États-Unis.

Mais le fils de Soros, Alexander, est en train de devenir un acteur majeur de la politique démocratique. Selon la Commission électorale fédérale, Alexander a donné 650 000 $ aux campagnes démocratiques et à divers comités en 2017.

Partager cet article

6 commentaires

  1. George Soros est dangereux : Il défend aujourd’hui ce qu’il dénonçait jadis. On peut lire sur Wikipedia à propos de son respectable père :
    « Son fils, le financier George Soros, estime que toute cette vie pleine d’aventures jusqu’à l’arrivée des nazis à Budapest n’était qu’une préparation au plus grand défi qui soit : la lutte contre l’invasion nazie. Ce moment est, pour lui, la période la plus héroïque de la vie de son père, lorsque toute l’expérience, tout le savoir-faire acquis au cours des décennies précédentes sont confrontés au plus grand défi, et en triomphent. » Certes et bravo mais …
    Aujourd’hui, partout en Europe, des gens souhaitent en effet « que toute l’expérience, tout le savoir-faire acquis » au cours des siècles précédents, la culture européenne millénaire « confrontés au plus grand défi », celui de l’ultra libéralisme mondialiste et de la volonté de destruction civilisationnelle de Soros « en triomphent » !
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Tivadar_Soros

  2. Les chiens ne font pas des chats…
    Ce qui est étonnant c’est que ces malfaisants ont une fortune considérable, d’où la tiennent-ils ?

  3. Mauvais sang ne peut mentir, la crapulerie engendre la crapulerie !

  4. Soros serait-il Sauron ?

  5. Les sociétés du XXI° siecle decouvrent le péché originel du systeme electif: la corruption qui lui est consubstantielle.

  6. il est pratiquement impossible pour les très riches de ne pas tomber dans la démesure. Sincèrement, la grande richesse n’est pas vraiment une chance, le risque de devenir l’esclave complet de ses passions et trop grand.
    Qui prie pour ces pauvres gens, certes riches à milliards devant les hommes, mais souffreteux et malades, l’excès de leur richesse est le nécessaire de milliards de pauvres et d’indigents, à moins d’être aussi juste que le Fils de l’Homme ces gens là vont droit en enfer, aussi leur félicité apparente n’est sûrement pas enviable.
    je pense à chaque fois que l’on parle de ces malheureux, à la fin du Gorgias de Platon, le tyran le plus puissant n’arrive pas à la cheville du juste qui lui n’est ni esclave de ses désirs, ni injuste, même si sa vie pourtant est dure et terrible.
    on ne prie pas pour les désaxés, les furieux de l’hybris, et les sots de la férocité. c’est pourtant maintenant, à cet instant cher lecteur, qu’il faut prier, faire pénitence pour, c’est à dire à la place des pires. les faibles et les souffreteux hallucinés de ce monde, n’en auront par eux-même, jamais la force.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.