Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Sondage sur les 12 propositions d’Audace 2012

Aujourd'hui, 116 associations et plus de 2 millions de sympathisants soutiennent le démarche d'Audace 2012. Cette dernière a effectué un sondage IFOP sur les 12 propositions que nous avions examinés. Il en ressort en certain nombre d'enseignements :

  • ASur les questions "sécuritaires", 80 à 90% des sondés soutiennent les propositions d'Audace 2012. Ce n'est pas une surprise, sauf dans son ampleur tant il est écrasant, y compris chez les sondés qui se déclarent de gauche (80% sont favorables à la suppression des remises de peine contre 98% pour ceux qui se déclarent proches de l'UMP et 95% pour ceux proches du FN)
  • Immigration: même constat, dans une mesure moindre avec 75% favorables au conditionnement strict de l’immigration légale à l’obtention d’un contrat de travail (61% pour la gauche, 91% pour l'UMP et le FN), et à peu près les mêmes proportions pour la révision des accords de Schengen. 50% des sondés de gauche sont favorables au rétablissement du droit du sang contre 62% à l'UMP et 69% au FN.
  • Sur les questions économiques et budgétaires: on découvre le soutien écrasant à la "règle d'or" (74% des sondés de gauche, 98% UMP, 95% FN). Pour le reste: l'électorat FN est de manière perceptible plus socialisant que celui de l'UMP (écart de 15 pts sur les 39 heures, de 26 points sur la retraite à 65 ans).
  • sur le référendum d'initiative populaire : soutien écrasant y compris à gauche (77% chez les sympathisants de gauche, 75% de l'UMP et 91% du FN).
  • Sur la liberté d'expression: la préoccupation est encore minoritaire (40% estiment qu'elle est menacée contre 60%), mais les convaincus ("pas du tout d'accord" et "tout à fait d'accord") sont aussi nombreux de part et d'autre (17% contre 18%). Par ailleurs, les jeunes (moins de 35 ans) prennent conscience de ce problème (50% sont inquiets).

Concernant les questions sociétales et les principes non négociables, ce sondage révèle :

  • une surprise: le soutien à une répression de la pornographie est plutôt majoritaire (68%, assez homogène selon les sympathies politiques). A noter l'écart entre les hommes (54% favorables) et les femmes (80%).
  • 58% des sondés sont favorables à la définition de la famille -union d'un homme et d'une femme et cellule de base de la société- dans la constitution. Avec un clivage gauche/droite (41% favorables à gauche, 77% à droite -FN compris), ce qui signifie que l'UMP n'a aucun intérêt à adopter le mariage homosexuel. 
  • un gros clivage sur l'école (financement par l’Etat des établissements scolaires d’enseignement privé) entre l'UMP et la gauche (28 points d'écart de 35% à 63% – les sympathisants FN sont à 53% favorables à cette option). Mais la formulation de la question est loin du "chèque scolaire" qui inspirait la mesure d'Audace 2012 : combien de sondés ont reconnu le hors contrat ?
  • sur l'avortement, sans surprise, la position pro-vie (modérée : limitation du droit à l'avortement aux seules femmes en détresse) est minoritaire, mais elle n'est pas pour autant marginale (26% pour contre 74%). A titre de comparaison, les sondés favorables au statu quo des accords de Schengen sont 25% et on ne les considère pas comme "ultraminoritaires". Néanmoins, il y a une forte intensité du sentiment pro-avortement: 1 femme sur 2 est "tout a fait" opposée à sa mise en cause. Il y a donc un réel travail à effectuer sur l'opinion. En revanche, il n'y a pas de variations notables en fonction de l'âge: l'opposition à l'avortement n'est pas une affaire de "vieux".  Enfin, il y a un vrai clivage entre les sympathisants UMP (28% favorables) et ceux du FN (47% favorables).
  • une mauvaise surprise: le soutien pro-vie est apparemment encore plus faible encore sur l'euthanasie (mais avec une position pro-euthanasie moins intense que la position pro-avortement). L'intitulé de la question est un problème : "L’interdiction de l’euthanasie dite « active », c'est-à-dire l'administration volontaire de substances provoquant de manière délibérée la mort, même pour les personnes souffrant de maladies insupportables et incurables". La référence à des "maladies insupportables et incurables" est trop orientée pour que l'on puisse en tirer des leçons. Une question qui aurait évoqué les soins palliatifs aurait très certainement donné des résultats bien différents.

Partager cet article

5 commentaires

  1. Vous avez probablement voulu écrire 26 % et non 2 %.

  2. Je lis :
    Position “pro-vie modérée” : limitation du droit à l’avortement aux seules femmes en détresse.
    Considère-t-on alors que la vie de l’enfant vaut plus que l’inconfort de certaines candidates à l’avortement, mais moins que la détresse d’autres candidates ?
    Cela apparaît comme modéré mais c’est formellement beaucoup plus proche de la position pro-choix que de la position pro-vie : une fois de plus, on ramène le critère de vie ou de mort à une question de degré de souffrance. Ça me paraît extrêmement dangereux.

  3. Pour ma modeste part, je ne suis nullement surpris par ce résultat, je l’avais pressenti initialement comme étant …sans audace!
    Le package initial noyait les points essentiels au milieu d’un catalogue de revendications libérales respectables en soi , mais peu audacieuses et assurément pas innovantes.
    Il ne faut pas rêver: on ne fait pas de neuf avec du vieux même avec de gros moyens.
    Quant à la promotion implicite de l’euthanasie prétendument “passive” elle achève tristement de planter le décor pascal!
    Que “VdR” et consorts me pardonnent ma franchise !

  4. @JBarre: comme cela reviendrait a un debut de protection de l’enfant-a-naitre, souhaiter modifier la loi dans ce sens (en substance, un retour a l’esprit de la loi Veil) serait une reforme “pro-vie”. Il s’agirait de cesser de considerer l’avortement comme un “droit” pour en faire une tolerance. Mais en effet, limiter l’avortement aux “cas de detresse” ne serait pas une situation acceptable: le combat continuerait vers l’abolition.

  5. Ca n’est pas uniquement la question de l’avortement ou du positionnement pro vie qui est en question. On parle d’une nouvelle vision de la politique avec une Ethique différente. Si seulement, l’homme suivait la morale, et non plus l’inverse comme il est le cas aujourd’hui.
    http://www.audace2012.org

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services