Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Solidarité présente une liste en Ile-de-France

« La Liste Chrétienne » a été déposée à la préfecture de Paris. Elle réunit la diversité et la richesse des chrétiens,
faisant marcher ensemble Charismatiques, Traditionalistes, chrétiens
ordinaires et engagés. Extrait du communiqué :

"En face, quel désert de mort ! Valérie Pécresse
et l’UMP soutiennent le mariage homosexuel
, à un point tel que certains
prêtres d’Ile de France ont déjà appelé à ne pas voter UMP au nom des
valeurs chrétiennes, nous le tenons de source sûre. Le Modem veut
l’euthanasie, Dupont-Aignan n’a aucun souci avec l’avortement, le FN se
perd dans ses palinodies, le PS nous offre la totale, les Verts veulent
réduire les populations, ne  parlons pas du Front de Gauche ou des
flops médiatiques  du NPA
. Il n’a jamais été aussi nécessaire de faire
entendre dans notre pays une voix chrétienne. Montrons à tous ces gens
qui nous voient au passé que l’avenir appartient à ceux qui osent le
penser et le faire. Nous avons pour nous une base solide en la Doctrine
Sociale de l’Eglise
, nous répondons à l’appel incessant du pape Benoit
XVI à s’engager en politique pour défendre la Vie, les valeurs non
négociables et la DSE, sans les mixer avec divers paganismes."

Partager cet article

45 commentaires

  1. “le FN se perd dans ses palinodies”, ça veut dire quoi? N’est-ce pas un peu court pour résumer le discours tenu par Jean-Marie LE PEN ce samedi et dont le SB s’est fort justement fait l’écho?
    N’était-ce pas assez clair? Faut-il parler chinois pour être compris par cette “Solidarité”?
    Je crois plutôt que c’est cette liste dite “chrétienne”, au grand écart bien singulier entre “charismatiques” et “traditionalistes”, qui rame bien durement pour être comprise; et c’est pas gagné!

  2. “Nous avons pour nous une base solide en la Doctrine Sociale de l’Eglise”. Bruno Gollnisch lui-même aurait pu, bien plus légitimement, dire cela, en tant que chargé du programme du Front.
    Je trouve cela profondément hypocrite de la part de cette formation de se réclamer “Parti Chrétien”, dans l’unique but de se créer un socle électoral.
    De plus, ce parti ne parle pas d’immigration ce qui est doublement gênant. D’abord, parce que, pour un parti qui se dit s’opposer à l’avortement, c’est oublier que immigration et avortement sont indissociables dans la mesure ou le premier justifie la seconde. La déjà, ce parti ne peut pas être pris au sérieux : on ne peut lutter que d’une manière totale.
    La seconde chose qui dérange par rapport à cette absence de discours sur l’immigration, c’est que c’est par soucis de politiquement correct, comme le dit si bien le président du parti quand on dit : “Les nombreuses et diverses réactions reçues au cours de ces distributions lui font comprendre les ouvertures existantes comme des obstacles, dont le principal est l’assimilation des Pro-Vie à l’extrême droite.” dans une de ses interviews. On ne doit pas attendre plus de lui que de Christine Boutin. Je crois que tout est dit…

  3. Bravo ! 🙂

  4. Euh c’est quoi une “palinodie” ?
    [“un texte dans lequel on contredit ce que l’on avait affirmé auparavant”. MJ]

  5. Je suis pro vie, mais pour les régionales je voterai pour un parti ayant un véritable programme, avec des personnes compétentes…bref, sûrement pas pour solidarité !

  6. C’est quoi ce spitch sur Le Pen, Le Pen est un grand point barre!
    La liste chrétienne dont vous parler n’ira pas loin car les chrétiens disparaissent, avant de vouloir sauver le catholicisme de France il faudrait d’abord penser à sauver la morale en France, et sa ne se fera pas sans Le Pen.

  7. Serait-ce trop demander que de ne pas subir de procès d’intention de la part de ses habituels thuriféraires chaque fois que l’on évoque la mollesse du genou du FN new look marinisé? S’il y a bien quelq’un que l’on ne peut traiter de “chrétien” entre guillemets c’est Winfried Wuermeling fondateur du parti Amen, cheville ouvrière de la liste Solidarité en Ile de France. Franchement, que ceux qui lui jettent des pierres fassent seulement le centième de ce que WW fait pour son prochain et on en reparlera.

  8. Encore un parti sans avenir qui n’a pour seule destinée que l’éparpillement des voix chrétiennes souvent naïves et incapable d’aller contre la pensée ambiante. Le parti qui depuis 38 ans propose un programme inspiré de la Doctrine Sociale de l’Eglise, – et qui contrairement à Solidarité peut espérer des résultats élevés – on le connait, c’est le FN !

  9. N’est-ce pas cette liste qui se nomme “Amen”?
    Comme dit Le Pen, elle devrait s’appeller “Requiescant in pace… Amen”. Elle fera pas 0,1%. Et c’est tant mieux. Nous n’avons pas besoin d’une énième division dans le camp pro-vie, d’autant plus qu’elle n’a aucune chance d’avoir des élus (toujours la même chose…..)
    Et puis quand on voit que ce mouvement oppose une liste en Rhone-Alpes contre l’excellent Bruno Gollnisch, on a tout compris de leurs intentions…

  10. Très bonne initiative cette liste chrétienne ! on ne peut restaurer pour le Christ sans le Christ.

  11. C’est amusant comme les caciques du FN sont chatouilleux.
    Le FN n’a qu’à être réglo envers les cathos :
    – application immédiate des points non négociables
    – application de la doctrine sociale de l’Église
    Et les partis comme Solidarité n’auront plus lieu d’être.
    Et pas la peine de venir pleurnicher pour dire que ce n’est pas possible parce que ceci cela. Le monde est remplie de choses impossibles faîtes par des gens qui ont tout simplement essayé.
    Personnellement, je ne vote plus mais je me déplacerai encore pour mettre un bulletin pour une liste comme Solidarité…
    Parce que c’est conforme à ma foi.
    Pour le FN, tout ce que je vois est une guerre de clans qui débouchera fatalement sur des aigris… Le meilleur ne sera sans doute pas élu et c’est tant pis : c’est le seul qui est conforme totalement avec – semble-t-il – ma foi.
    Vae victis !

  12. Se dire chrétien ne suffit pas pour l’être réellement.
    De plus,penser qu’on fait un parti chrétien, c’est exactement refaire l’erreur de Marc SANGNIER, et de la démocratie chrétienne, dont les erreurs furent condamnées par St Pie X et analysées par Charles MAURRAS dans le Dilemme de Marc Sangnier et La démocratie religieuse. En effet, faire de la foi un moralisme, en n’envisageant que les questions d’ordre moral sous l’angle de la politique, c’est se condamner à vouloir guérir les effets sans prendre en compte les causes institutionnelles. C’est donc vouloir sacraliser la politique en en faisant un absolu, à partir du moment où on la badigeonne d’un emplâtre chrétien.
    Se revendiquer de la DSE ne suffit pas non plus à incarner la doctrine sociale de l’Eglise. On ne peut en effet réduire celle-ci à la question de l’avortement, et ne vouloir guérir la construction européenne de son fédéralisme en teintant celui-ci d’un vernis chrétien, qui laisse en place les structures qui nient l’autonomie et la souveraineté des peuples, pour espérer ensuite que des voeux pieux européens ”chrétiens” guériront les peuples d’Europe du socialisme, du relativisme et du matérialisme. Non que ces sujets ne soit pas de première urgence, mais parce que ne parler que du mal sans reprendre à l’origine ce qui crée ces fléaux, c’est précisément renoncer à la politique, pour n’en garder que la démocratie.
    Ce parti politique affublé du nom étrange de solidarité, qui dans la pensée sociale de l’Eglise ne signifie rien, pense visiblement qu’il peut se faire accepter du monde actuel en cantonnant sa critique de la société contemporaine française aux sujets de l’ordre privé : c’est la vieille illusion selon laquelle si une minorité de ”bons chrétiens” fait progresser la société, celle-ci sera rechristianisée. Funeste erreur, qui méconnait ce qui fait le fondement de la DSE, qui n’est pas de sanctifier la politique, mais de redonner à l’être humain citoyen et animal social de meilleures conditions pour vivre selon la loi naturelle, dont il est éloigné facilement par les structures sociales et politiques, quand elles mésusent de la politique. Ainsi, l’Etat moderne, socialisant et totalisant, et particulièrement en France le jacobinisme. Lutter contre l’avortement en tant que ”chrétien””chrétien” en refusant d’examiner la place et les libertés des corps sociaux, la famille, l’école, l’université, les institutions culturelles, les entreprises, les structures associatives et caritatives, c’est se condamner à vouloir semer sur le bord pierreux du chemin dont parle l’Evangile. Il n’y a pas de lutte ”chrétienne’ en soi contre l’avortement, car si la vie est sacrée, ce n’est pas parce qu’elle est chrétienne, mais parce que sa dignité éminente est un fait de nature, dans la mesure où le monde est oeuvre divine, y compris pour les non chrétiens. Et c’est précisément en restaurant un ordre social conforme aux besoins de l’homme, que la foi peut couronner l’édifice social.
    C’est pourquoi l’Eglise a fini par accepter la démocratie, si celle-ci respecte la loi naturelle, laquelle, dans l’action politique, ne peut être renforcée que par la seule défense de la Vie.
    Enfin, se dire chrétien, et se présenter en énonçant une calomnie, à savoir en accusant faussement, et hypocritement, par l’arme du sous-entendu (”palinodies”) et de l’amalgame (le FN = l’UMP et le PS), c’est accepter dès le départ outre les erreurs théoriques mentionnées ci avant, les armes de la cautèle et du déshonneur, celles utilisées par Fammille Chrétienne et François de Lacoste Lareymondie, élu apparenté UMP, se réclamant du catholicisme pour faire voter SARKOZY au premier tour des présidentielles au nom de la morale catholique. Car s’il n’y a ”qu’un honneur au monde”, et si c’est l”’honneur de Notre Seigneur”, Celui-ci ne peut être monopolisé par les utilisateurs de tels procédés malhonnêtes, en le mêlant abusivement à des manoeuvres électorales d’affaiblissement du seul parti défendant la Vie et qui puisse espérer avoir des élus en Ile de France.

  13. Pour se définir comme parti chrétien il ne suffit pas de défendre la vie mais aussi le bien commun…
    Aucun parti ne peut se dire parti chrétien, car nous sommes multiples et c’est ridicule de nous regrouper tous sous la même bannière alors que nous avons des visions de la politique plus ou moins différente…
    Assez des hypocrites qui créent des partis chrétien juste pour obtenir une base électoral à des fins individualistes, carriéristes…

  14. Probablement un parti pour que le FN perde encore quelques milliers de voix !
    Stratégique, certes mais ça ne passera pas !

  15. Un parti chrétien je le verrai comme Clovis avec ses guerriers regrettant de n’avoir pas été présent pour défendre le Christ lors de sa persécution judéo-romaine.
    Ces gentilles jeunes filles et ce gentil leader sont très émouvantes…mais bien mièvres dans notre monde actuel qui aura tôt fait de les croquer tout cru.
    En attendant, je ne crois pas qu’il y ait la moindre hésitation pour choisir la seule force politique actuelle capable d’opposition au système

  16. Pour les régionales Ile de France, nous pensons pour Solidarité que le FN car marie christine Arnautu est pro-pacs.

  17. “Solidarité” n’est pas seul à se déclarer ouvertement chrétien en politique:
    http://www.partichretiendemocrate.fr/
    et là on est autrement plus sérieux…

  18. “Une énième division dans le clan pro-vie”, peut-être, mais je n’en dirais pas tant : Inutile de parler du PCD, qui, étant soluble dans l’UMP, est dans l’incapacité de défendre les valeurs qu’il s’était donné à l’époque de la fondation du FRS ; Quand on entend les prises de positions douteuses de Mme Arnautu, son marinisme convaincu – voire fanatique – et celui non moins convaincu de la petite-fille du Patron, avec tout le respect que j’ai pour lui et pour la famille Le Pen, tout ceci ne me donne aucune envie de glisser dans l’urne un bulletin du Front. Alors… Qui d’autre ? En voulez-vous, en voilà !

  19. Dire que le modem veut l’euthanasie, c’est un peu rapide… Car sur ce sujet, j’avais vu que Bayrou etait contre, juste qu’a present, et qu’il avait des positions plus proches de la doctrine sociale de l’Eglise que l’UMP. Cette accusation est un peu infonde… Solidarite aurait pu trouver une accusation plus juste…

  20. @ Letibod,
    Bayrou est contre… tout ce qui pourrait nuire à son élection : c’est un chrétien de papier et un parfait révolutionnaire.

  21. Bonjour,
    Difficile de répondre à tous ces commentaires, toutefois je vais essayer.
    Le commentaire sur le modem vient directement de son programme officiel aux Européennes, qui m’a fait bondir.
    Le FN :ce n’est ni notre électorat ni notre cible. Cela fait bien longtemps que 90% des chrétiens ne votent pas FN. Le FN est un parti qui place la nation -terme légitime là n’est pas mon propos- au même plan que les valeurs non négociables ou la DSE. Nous refusons cette hiérarchie paienne des valeurs, même si il est de notre devoir de soutenir la fonction légitime des nations. Nos amis d’AMEN (qui ont fourni environ 40% des noms et du budget) ont été pris à parti par des responsables du FN , sans provocation de notre part. il n’y a aucun membre actif du FN sur notre liste. Le FN va droit au mur, et ne saurait représenter en quoi que ce soit une alternative chrétienne. M. Le Pen peut bien essayer de reparler de l’avortement pour éviter de perdre qq milliers de votes, ce n’est que de la politique politicienne, personne n’en sera dupe.
    Le PCD de Boutin n’étant pas un parti politique (en droit français), et n’étant pas présent dans cette élection, la question ne se pose pas. Nous serions prêt à travailler avec eux, si ils le souhaitaient, au nom de l’unité des chrétiens, mais ils ne le souhaitent pas. Je renouvelle ici mon souhait de dialogue Idem pour le PRC.
    « Il ne suffit pas de se dire chrétien pour l’être » . De tous les arguments invoqués, c’est le plus juste. Alors qu’on nous dise en quoi nous ne sommes pas chrétiens ? J’invite tous ceux qui souhaitent participer à la campagne et au discours à prendre contact avec moi ! Nous n’avons pas la science infuse, un ange ne m’est pas apparu pour me donner de nouvelles tables de la Loi. Toute aide est nécessaire ! Si vous voulez que n,ous soyons mieux chrétiens, alors rejoignez l’équipe de campagne.
    Nous rendons, par le seul nom de notre liste, la fierté aux chrétiens et le courage d’oser le dire publiquement. Nous sommes les seuls à l’avoir fait depuis la démocratie chrétienne. Cela, en fait, parce que personne ne le fait. Que ceux qui sont plus compétents que nous se lèvent : cela fait longtemps que nous les attendons !
    Plus sérieusement : nous avons un avantage considérable. Nous sommes nouveaux et à même de rassembler dans l’unité un vote chrétien. Il faut montrer aux gens de ce pays qu’il y a encore des chrétiens et que continuer à attaquer publiquement notre foi va conduire à l’émergence d’un vote qui va déstabiliser les partis qui nous utilisent ou nous exploitent franchement. Les 1 ou 2% que nous devrions faire, si chacun s’y met, suffiront pour faire passer le message. Cela nous ouvrira la voix aux législative, et, pourquoi pas, aux présidentielles.
    Ceux qui parlent de 0,10 me font rire : Même aux Européennes, à une vingtaine de personne seulement, nous avons fait 0 ,16% , noyé dans 27 listes. Et sans aucune autre campagne que celle des blogs. Cettte fois, nous aurons 2 millions de circulaires = 27% des électeurs (peut-être un peu plus). IL reste 24 heures pour nous donner les moyens d’en avoir plus !

  22. En droit français, le PCD est évidemment un parti politique puisqu’est considéré comme Parti politique toute association disposant d’une association de financement politique ce qui est son cas. Ils sont présent à cette élection aux côtés de l’UMP. leur logo figure sur les tracts de Pécresse. Il me semble qu’il y a un peu de mauvaise foi dans vos propos. pour un “chrétien” ce n’est pas très charitable…
    Précisions : comme mon pseudo l’indique je ne soutiens pas le PCD mais l’alliance régionale entre DLR, CNI et RIF

  23. Pour le PCD, c’est sans doute une info récente car je n’ai trouvé aucune trace de cette transformation en parti politique inscrit à la CNCCFP. Si j’ai fais une erreur alors je dois des excuses, mais il faut dire que le PCD n’est pas pressé de lever les ambiguités sur ce sujet…
    Le fait d’avoir été attaqué la semaine dernière par un des conseillers du PCD sur ma page perso Facebook me disant “nous n’avons aucune valeur commune” m’a laissé bien perplexe sur ce mouvement de plus en plus trouble.

  24. Bonjour,
    L’enseignement de l’Eglise sur l’engagement des chrétiens en politique est très clair. Vous pouvez le lire ici, et revenir ensuite faire d’éventuelles critiques sur l’initiative de Solidarité : http://pneumatis.over-blog.com/article-engagement-politique–2–37435510.html
    Car autant qu’on sache, ce n’est pas le Front National qui dicte ce qui relève de la doctrine sociale de l’Eglise ou pas. Je me demande par exemple ce que le FN pense de l’appel au niveau mondial du Saint Siège à l’abolition de la peine de mort quand lui veut la réhabiliter, ou encore de ce que Jean-Marie Le Pen penserait du discours du Pape pour la journée mondiale de la paix 2010 sur le désarmement nucléaire quand lui souhaite relancer les essais nucléaires et développer notre armement…
    Pour le PCD, quel que soit son statut, il n’existe pas de liste PCD pour les régionales, mais uniquement des listes UMP sur lesquelles apparaissent ça et là des personnes du PCD. Pour expliquer correctement ce que j’en pense en tant que chrétien, je citerai Joseph Ratzinger :
    “La conscience chrétienne bien formée ne permet à personne d’encourager par son vote la mise en œuvre d’un programme politique ou d’une loi dans lesquels le contenu fondamental de la foi et de la morale serait évincé par la présentation de propositions différentes de ce contenu ou opposées à lui. Parce que la foi est un tout indivisible, il n’est pas logique d’isoler un de ses éléments au détriment de la totalité de la doctrine catholique. L’engagement politique en faveur d’un aspect isolé de la doctrine sociale de l’Église ne suffit pas à répondre totalement à la responsabilité pour le bien commun. Les catholiques ne peuvent pas non plus songer à déléguer à d’autres l’engagement qu’ils ont reçu de l’Évangile de Jésus Christ, pour que la vérité sur l’homme et sur le monde puisse être annoncée et atteinte.”
    C’est sur cette base que Solidarité prend comme un tout la DSE et n’entend en négliger aucun des aspects.

  25. Regardez leurs bulletins d’adhésion : les chèques sont à rédiger à l’ordre de ANF/PCD : il existe donc une association de financement. A la rigueur peut-être sont-ils toujours répertoriés comme FRS au CNCCFP…

  26. Solidarité n’aura peut-être pas 0,1% mais 0,2?, 0,3?
    et même 1 ou 2%? et alors? Il faut 10% pour se maintenir et avoir des élus!
    Donc aucune chance d’avoir des élus.
    Donc la seule conséquence reste la division de la “vraie droite”
    C’est pas difficile à comprendre pourtant!!
    Mais je maintiens un score ridicule. Je ne me suis jamais trompé sur mes prévisions…

  27. @ Axel de Boer :
    “Le FN est un parti qui place la nation -terme légitime là n’est pas mon propos- au même plan que les valeurs non négociables ou la DSE”
    FN ou pas, la Nation doit être sur le même plan que les valeurs non négociables ou la DSE car nous ne voulons pas d’une théocratie…
    Le but est le bien commun, si certains ne sont pas catholiques, prenons le en note et activons nous pour le bien commun, que celui ci soit le plus conforme possible aux positions de l’Eglise mais c’est tout…
    Bref, le post de PG est top et d’ailleurs vous n’y répondez pas…
    Mais bon, pour ceux qui ne l’ont pas encore compris, vous êtes un libertaire sous couvert d’une défense de l’amour, de la charité et de la DSE..
    Vous faites un peu pensez aux musulmans, ils n’ont pas encore réussi à séparer politique et religion… vous c’est pareil…
    Dans notre société, de plus en plus de personnes ne croient plus à la chrétienté, soit d’un coté évangélisons mais de l’autre faisons de la politique ! Il ne faut pas confondre toutes les sphères !

  28. Cher “babar”, je sais bien que vous ne m’aimez pas et souhaitez mener des attaques personelles et des accusations infondées (libertaire), non pas dirigé contre moi mais de fait contre la DSE. Vous avez le droit de ne pas vouloir nous suivre et d’estimer que nous avons tort de vouloir sortir du ghetto, mais la mauvaise foi que vous maniez assez bien n’est pas une attitude chrétienne. Pas plus que vos propos.
    Comme vous le reconaissez vous même, le “Front” n’est pas un parti chrétien. ce n’est pas non plus un parti qui s’appuie sur la DSE. Je vous invite à relire en particulier la dernière encyclique de Benoît XVI sur l’importance des structures internationnales pour une application concrète de la DSE. Vous comprendrez que, non, la nation n’est pas une valeur non négociable, même si elle est importante par ailleurs. Vous confrmer cette hérésie de hiérarchie qui explique pourquoi le Front ne sait pas construire une image cohérente.
    Vous parlez de théocratie. Vous savez fort bien que vous utilisez ce terme pour manipuler les lecteurs, la défintion du rôle des chrétiens dans la cité étant très clairement défini dans la DSE.
    Vous avouez, de fait,ne pas souhaiter une présence chrétienne en politique. C’est votre droit, mais alors pourquoi argumenter ici ?

  29. A l’adresse de CNIP : c’est vous qui avez raison, le FRS figure bien sur le rapport 2008 de la CNCCFP. Je ne l’avais pas vu sur le rapport précédent.
    Cela ne change rien sur le fond de nos diffences et de la complémentarité de nos deux mouvements.

  30. N’est ce pas l’échec des cathos de gauche (ridiculisés même au sein du PS au bout de 40 ans de collaboration à l’avortement…!) et des cathos bobos afficionados de la droite dite “conservatrice” (qui permettait surtout à des serreurs de mains professionnels du RPR-UMP, UDF-MODEM, etc…) de conserver leurs sièges en échande de vagues promesses ?
    De plus, sans qualifier sur le fond cette idée, je trouve que cela fait un peu XIXème siècle (Albert de Mun – Boutin !?).

  31. @ Axel de Boer :
    Allons, allons ! Accusations infondés ? Lesquelles ? Libertaire si, vous souhaitez une civilisation de l’amour qui ressemble plutôt à une dictature de l’amour, d’ailleurs quid des gens qui ne voudront pas s’y plier ! Vous n’en parlez pas !!!
    La solidarité, l’amour, la miséricorde, c’est bien beau mais c’est pas le tout, ce n’est pas ainsi que l’on gère les affaires d’un Etat !
    La DSE c’est “bien”, mais la religion n’est pas la politique ! Il ne faut pas mélanger les deux !!!
    D’ailleurs, au passage la DSE ne donne rien sur des notions aussi importants que le bien commun, sur la place et le rôle de l’Etat et sans oublier que la DSE exclut tous les non catholiques, qui sont mines de rien majoritaires aujourd’hui…
    Ce n’est pas pour autant que nous devons nous asseoir sur nos convictions mais agir différemment !
    la DSE pour soi c’est bien, l’appliqué à tous non! Chacun est libre !
    Par ailleurs je ne reviendrais pas ici sur bon nombre de vos publications qui se contredisent assez souvent…
    D’ailleurs si j’emploie le terme de théocratie ce n’est pas non sans raison car vous dites vous même que vous définir comme parti chrétien ne vous place pas sous l’autorité de l’Eglise mais être sous l’égide de la DSE vous y relie que vous le vouliez ou non !
    Le Pape et l’Eglise sont des autorités morales mais non politique !!! Chacun son domaine !
    Combien de fois nos Rois, bien que catholique ont appliqué ce qu’ils croyaient bon et juste et ce quelque soit les avis des différents Papes…
    Votre souhait d’un moralisme extrème vous place au même niveau que les autres régimes totalitaires et ce que l’intention soit bonne ou non… ne dit-on pas que l’enfer est pavé de bonnes intentions ???
    La principale critique que j’ai contre vous et d’être un personaliste… Croire que la somme du bien, du bonheur des hommes fera celui de la société, cela pousse hélas toujours plus à l’individualisme, c’est pervers ! Le Maritanisme ne vous sauve pas !
    Quant au fait de dire que je ne veux pas de présence chrétienne en politique c’est faux et archi faux… mais soyons lucide, les catholiques ne partagent pas tous les même avis politiques !
    Ainsi, rien que sur l’europe vous en trouverez des libéraux, un peu comme Von Rompuy et d’autres souverainistes…
    Les Catholiques doivent s’investir en politique mais utiliser les organes qui sont déja en place et y diffuser leur manière chrétienne de voir le monde…
    il n’a jamais existé, n’existe et n’existera un parti chrétien qui pourra regrouper tous les chrétiens car tous pensent plus ou moins différement…
    Voila tout et c’est aussi pourquoi votre parti est une farce et un attrape gogo…

  32. Bonjour,
    @babar : vous dites
    “D’ailleurs, au passage la DSE ne donne rien sur des notions aussi importants que le bien commun, sur la place et le rôle de l’Etat et sans oublier que la DSE exclut tous les non catholiques, qui sont mines de rien majoritaires aujourd’hui…”
    Il semble que vous n’ayez pas lu le compendium de la doctrine sociale de l’Eglise. Vous pouvez corriger cela assez facilement, d’autant que votre propos est contredit dès son introduction. Vous y trouverez notamment que la DSE ne s’adresse pas qu’aux chrétiens mais à tous les hommes de bonne volonté, que la laïcité n’est pas un divorce entre le temporel et le spirituel, mais une inspiration du temporel PAR la spirituel. Quant aux notions que vous dites qu’elle n’évoque pas, vous les trouverez facilement dans la table des matières : bien commun, rôle de l’Etat, etc… Vraiment non, vous ne pouvez pas tenir des propos pareils et prétendre connaitre quelque chose de la DSE. Ce serait comme prétendre avoir lu le catéchisme et dire que l’Eglise ne dit rien de la résurrection du Christ.
    Il semble aussi que vous n’ayez pas été voir le lien que j’ai fourni plus haut, et qui pourtant serait d’une importance capitale pour éclairer votre propos, puisqu’il s’agit d’une note doctrinale de la congrégation pour la doctrine de la foi sur l’engagement des chrétiens en politique.
    Comprenez que nous ayons, en tant que chrétiens, comme soucis premier de suivre les enseignements de l’Eglise plutôt que les élucubrations de tout un chacun, qui parle de la DSE en ne l’ayant visiblement pas approché d’assez prêt.
    Ceci dit je vous souhaite une bonne journée et un saint carême.
    En union de prières.

  33. Bien évidemment que la DSE ne s’adresse pas qu’aux chrétiens, mais connaissez vous beaucoup de non chrétiens qui souhaite l’appliquer ??? Non…
    Et la DSE, évoque très brièvement le bien commun, le rôle de l’Etat mais surtout la DSE est SOCIAL et non politique…
    Ce n’est pas la même chose !
    Vous êtes assez de mauvaise foi puisque je suis tout à fait d’accord avec l’engagement des chrétiens en politique… mais à contrario de vous, créer un parti chrétien est une vaste fumisterie car comme je l’ai dis plus haut, les chrétiens ne constituent pas un mouvement homogène… déliquat dès lors de faire une vrai politique…
    Facile de ne prendre de mes propos que ce que vous pouvez réutilisez…
    Après ce sont les autres que l’on “accuse” de ne pas être tout à fait chrétien…
    [Il faudrait songer à lire cette DSE. Le bien commun est explicité dans toute une sous-partie :
    http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20060526_compendio-dott-soc_fr.html#a)%20Signification%20et%20principales%20implications
    Le rôel de l’Etat est expliqué abondamment :
    http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20060526_compendio-dott-soc_fr.html#HUITIÈME%20CHAPITRE
    MJ]

  34. Sur le bien commun, je trouve cela “incomplet” et sur le rôle de l’Etat, j’entend le système politique à appliquer…
    Outre le fait que “L’Eglise apprécie le système démocratique” rien n’est dis…
    Les précisions qui sont apportés, de bon sens certes, ne suffisent pas à donner le meilleur type de régime politique…, qui dépend d’ailleurs des différents types de sociétés et des différentes cultures…

  35. @ Axel de boer
    Je note que vous ne répondez pas réellement aux questions qui vous sont posées, particulièrement celles sur votre méthode diffamatoire d’imputer une immoralité de programme et de non conformité à la DSE aux catholiques qui dirigent, militent et sont candidats FN. C’est la méthode Famille Chrétienne : on voit où elle a mené, à renforcer le vote UMP, en mentant et répétant des mensonges scandaleux.
    Ainsi, j’admire votre manière de déterminer qui vote et ne vote pas FN, qui est chrétien dans son électorat et qui ne l’est pas. La seule certitude à laquelle vous ne risquez pas d’être confronté avec SOLIDARITE, c’ est vote pour SOLIDARITE cet électorat populaire non ”chrétien” que vous méprisez, celui des français abandonnés par les élites qui vote pour le FN, un parti qui refuse l’avortement, l’euthanasie, et souhaite une politique de la famille et une réforme de l’enseignement qui va dans le sens d’une réappropriation par les familles. Soit le respect des trois critères de vote préconisés par Rome. Que voulez vous de plus ? Que le vote pour un parti ‘’chrétien’’ sanctifie l’électeur et ouvre le droit au Salut ? Que seuls les baptisés défendent et aiment la Vie ?
    De plus vous vous contredisez. ”Les chrétiens ne votent pas FN” à 90 %”, dites-vous, mais ”Jean-Marie Le Pen divise le camp pro Vie”, avez vous écrit récemment dans un commentaire du Salon Beige : si les pro vie ne votent pas FN, en quoi le FN les divise-t il ?
    Vous truquez les faits pour justifier une candidature pseudo ”chrétienne”, qui ne prend en compte qu’une infime partie de la DSE, et qui de plus caricature le reste : votre conception d’une eurofédéralisme ou d’un mondialisme ”chrétiens” est d’une totale confusion intellectuelle sur ce qu’a écrit Benoit XVI. Vous amalgamez subsidiarité, dévolution, délégation, décentralisation, organisation internationale,sans rien distinguer de ce qui correspond à la DSE. Lisez Jean OUSSET avant d’aborder ces sujets.
    Un question en conclusion :
    Si votre vie ou celle de l’un de vos proches est en danger exigez vous un chirurgien ”chrétien” ? Non, vous exigez un savoir-faire et une compétence , et vous faites confiance selon des critères de raison : diplômes, expérience, responsabilités etc…. de l’intervenant. La notion de ”chrétien” ne s’applique pas à la compétence, ni au principe de réalité.
    Cette exigence de parti ”chrétien” est une utopie mise en avant pour diviser, car elle ne correspond à rien qui repose sur la DSE dont vous vous réclamez, ni sur l’enseignement du Magistère.
    Rien n’est acquis pour le programme anti Planning familial du FN en Ile de France : mais votre liste peut, à qq miliers de voix près, faire échouer la seule liste Pro vie ayant des chances d’avoir des élus.
    Mentant sur le FN à l’abri duquel vous existez et grâce au combat duquel vous pouvez respirer politiquement, vous mentez -consciemment ou non- sur la DSE : a quoi servez-vous exactement, si ce n’est à diviser le vote conservateur catholique, avec la liste CNI Dupont Aignan villepiniste, pour favoriser l’attribution d’une dizaine ou quinzaine d’élus régionaux de plus pour le PS et l’UMP ?
    Vos réponses dilatoires, par le trucage qu’elles révèle dans la méthode, ne peuvent convaincre et sur le fond des idées et sur l’opportunité de la démarche.

  36. Bonjour,
    Je crois qu’il y a un gros malentendu ici de la part des militants du FN, sur la logique de Solidarité. Solidarité n’est pas un parti qui vise à rassembler autour du baptême chrétien, il vise à rassembler autour de la DSE.
    Ainsi en effet, il est juste de dire que Solidarité ne pourra pas rassembler tous les chrétiens. Son intention n’est pas de former une nouvelle idéologie ou un programme qui serait la synthèse ou le plus petit dénominateur commun de tous les chrétiens en matière d’opinion politique. Il est de fonder un programme sur la DSE en tout premier lieu. Laquelle est déjà largement assez complète pour qu’on puisse déterminer dessus un panel de mesures politiques défendant les vérités morales et conduisant à plus de justice et de paix. Après dire que c’est une fumisterie parce que jamais tout le monde ne s’entendra sur la DSE, c’est aussi absurde que si je vous disais “arrêtez avec le FN, jamais tout le monde ne s’entendra sur son programme”.
    La prétention de Solidarité n’est pas de représenter l’Eglise, car ce serait une grave erreur, et justement contraire à la DSE. Solidarité n’invite pas que des chrétiens à le rejoindre, mais tous les hommes de bonne volonté. Solidarité respecte la liberté religieuse. Simplement le discours est clair : pour Solidarité, ce ne sont pas les opinions personnelles et partisanes qui prévalent, mais l’enseignement de l’Eglise. Que nous soyons d’accord ou pas, nous acceptons, en rejoignant Solidarité, de nous laisser enseigner par l’Eglise pour construire un programme adapté à notre temps et notre société.
    C’est tout l’inverse par exemple de Bruno Gollnish qui lui prétend enseigner à l’Eglise enseignante plutôt que de recevoir ses enseignements. cf http://www.famillechretienne.fr/societe/politique/bruno-gollnisch-fn-je-prepare-un-document-de-clarification-pour-les-eveques-de-france-_t7_s37_d53746.html
    L’approche du FN, tout comme celle de Carl Lang, sur l’immigration est par exemple totalement éloignée de ce que nous enseigne le Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, et notamment l’instruction Erga Migrantes Christi qui fait autorité dans l’Eglise en matière d’enseignement sur les migrations. Un article est reparu hier sur Zenit à ce propos, et je vous invite à le lire : http://www.zenit.org/article-23544?l=french
    A ce titre, un commentaire plus haut m’a fait bondir en prétendant qu’immigration et avortement sont indissociables, le premier justifiant l’autre. Que doit-on comprendre ? L’avortement on s’en inquiète seulement si c’est sur notre territoire ? Pardonnez-moi le haut-le-coeur !
    L’approche du FN sur la défense nationale, et sa volonté de sortir du traité de non prolifération nucléaire pour relancer les essais nucléaires est à contre-sens total de ce à quoi appelle notre Pape en faveur de la paix quand il dit notamment, dans son discours pour la journée mondiale de la paix 2010 “il est plus que jamais souhaitable que les efforts de la communauté internationale visant à obtenir un désarmement progressif et un monde privé d’armes nucléaires – dont la seule présence menace la vie de la planète et le processus de développement intégral de l’humanité actuelle et future – se concrétisent et trouvent un consensus.”
    Ensuite, Solidarité ne prétend pas être le seul parti à défendre les principes de la DSE, ni d’être parfait en l’état. Le PCD est également fidèle aux valeurs de la DSE, tout comme l’est à certains égards le MPF. Simplement eux ont fait le choix pour pénétrer les institutions, de cautionner l’UMP. Outre le fait que Solidarité ne souhaite pas cautionner le clivage gauche-droite (et donc ne se reconnait ni de gauche, ni de droite… ni du centre cela va de soi), il souhaite faire exister un vrai témoignage, démocratique, en faveur de la DSE. En outre, il ne souhaite pas la faire passer au second plan d’autres principes, comme d’autres partis pour qui le leitmotiv serait par exemple la souveraineté nationale. Comme l’a dit Axel de Boer, si ce principe correspond à la DSE, il n’en est pas la finalité.
    La priorité que veut respecter Solidarité, c’est la DSE, en commençant par les plus grosses urgences, à savoir la défense de la vie et tourné vers sa finalité qui est la recherche du bien commun universel (je précise, parce que le bien commun ne s’arrête pas à nos frontières).
    Contrairement à ce qui a été dit ici par certains, Solidarité ne prend pas qu’une petite partie de la DSE, au contraire. Solidarité entend aborder l’ensemble des thématiques sociales : bioéthique, famille, écologie, économie, éducation, immigration, travail, politique internationale, etc… Ces points, et bien d’autres sont d’ailleurs évoqués sur le site de Solidarité, si on prend la peine d’aller les lire.
    Bonne journée à tous. En union de prières.
    [Sur l’immigration, votre analyse est erronée, comme pour beaucoup malheureusement. Le Conseil pontifical s’intitule pour la “pastorale” à l’égard des migrants et non pour la “politique” à l’égard des migrants. Vous mélangez ici Dieu et César. L’Eglise a un devoir de charité et d’évangélisation -constitutive de cette charité – à l’égard des migrants. Mais l’Eglise reconnaît le droit aux Etats de contrôler l’immigration en vue du bien commun, ce que rappelle Bruno Gollnisch. L’Eglise demande aussi aux migrants leurs devoirs et obligations dans leur pays d’accueil et conditionne cet acceuil au respect de ces devoirs. De fait, un immigré clandestin ne respecte pas la loi du pays d’accueil. Enfin, l’Eglise demande à que que tout soit fait pour que les migrants puissent vivre dignement dans leur pays d’origine.
    MJ]

  37. Cher MJ,
    La brièveté d’un échange sur blog ne permet pas toujours d’entrer dans les détails. Vous devrez me croire sur parole ou ne pas me croire, mais je ne confonds pas pastorale et politique. Simplement il y a des divorces qui ne sont pas possibles. Quand l’Eglise appelle les chrétiens à ne pas se laisser conduire par la peur du pluralisme éthnique et culturel, bien que cela soit dans le cadre d’une instruction pastorale, c’est une recommandation qui ne se limite pas qu’au dimanche, si vous voyez ce que je veux dire. Comment peut-on à la fois accueillir cet enseignement et en parallèle fonder un programme politique accusant le pluralisme ethnique et culturel de tous les maux. [C’est encore trop bref. Qui parle de peur ? Dire que le pluralisme ethnique met en péril le bien commun est une réalité de nos banlieues quotidiennes. Cela ne signifie pas que j’en ai peur. Le Gaulois n’a peur que d’une chose, d’ailleurs… MJ]
    Oui l’Eglise demande à tout un chacun, et donc en particulier aux immigrants, de respecter les lois du pays d’accueil. Encore faut-il, pour les migrants, que le pays soit un pays d’accueil. Et oui, l’Eglise, tout comme Solidarité d’ailleurs, demande une solidarité effective envers les pays d’origine des migrants. C’est justement là le coeur du “contrôle des migrations”. L’Eglise demande de ne pas criminaliser les immigrés (cf. http://www.zenit.org/article-22786?l=french). Et contrôler l’immigration ne veut pas dire “fermer les frontières” ou renvoyer les gens dans leur pays comme des criminels. C’est un raccourci hâtif. En premier lieu, contrôler l’immigration c’est établir avec les autres pays des partenariats solidaires, visant au développement de ces pays, et contribuant à diminuer les flux migratoires en faisant que les pays d’où viennent les migrants ne soient plus hostiles au point de les forcer à partir. [c’est le programme du FN que vous énoncez là… MJ]
    Je vous renvoie au §62 de Caritas in Veritate, où il est précisément question d’aborder le problème avant toute chose par la mise en oeuvre d’une collaboration internationale, et non par des mesures de protectionnisme.
    [La collaboration internationale commence à 2 pays, auxquels peuvent se joindre d’autres pays. C’est encore le programme du FN (et du MPF). Ce n’est pas uniquement l’ONU -qui demande à être réformé. MJ]
    On peut aussi lire les paragraphes 297 et 298 du compendium de la DSE. On y verra assez clairement que “réglementer les flux migratoires” n’est pas synonyme de fermeture des flux migratoires ni de “retour à la frontière”. Au contraire, dans le même paragraphe on parle à la fois de réglementation ET de devoir d’accueil. Si donc on a le devoir d’accueil des immigrés, le principal contrôle qu’on a à exercer se situe en amont, dans les causes mêmes qui conduisent les peuples à émigrer de leur pays d’origine. Je pense notamment aux récents rappels de Benoit XVI à tout mettre en oeuvre en matière de solidarité et d’écologie pour que demain, ceux qu’il appelle lui-même les “réfugiés climatiques” n’arrivent pas en masse sur des terres moins hostiles, telles que la notre, dans une confrontation qui pourrait bien menacer la paix.
    [Désolé mais réglementer c’est aussi raccompagner à la frontière et même dans le pays d’origine… Quant à l’accueil, c’est un excellent sujet. Un pays qui n’a que des banlieues ghettos à proposer aux immigrés est-il un pays d’accueil ? De toute évidence non. MJ]
    A l’inverse, quand l’Eglise rappelle que tous nous avons la même dignité et les mêmes droits inaliénables, le FN par exemple propose d’opérer une discrimination dans l’accès aux aides sociales, considérant que la solidarité envers les étrangers est de moindre importance que la solidarité envers les français. La loi française ne garanti déjà pas pour tous un égale accès aux ressources vitales, mais en plus là le FN veut en ajouter une couche sur les personnes issues de l’immigration.
    [Vous venez de vous prononcer pour le droit de vote aux immigrés, sans vous en rendre compte! Vous mésestimez l’importance du bien commun tel qu’il est enseigné par l’Eglise, ainsi que la responsabilisation de l’individu ou encore la subsidiarité. Fournir des aides à tout va, cela s’appelle de l’assistanat et c’est contraire à la DSE car c’est une atteinte à la dignité de la personne humaine. Vaste sujet qui ne concerne pas uniquement aux immigrés. MJ]
    De même, alors que l’Eglise rappelle (notamment dans Caritas in Veritate) que l’imigration doit s’aborder à la mesure internationale, le FN a une conception bien particulière de la subsidiarité en la matière puisque selon son programme, c’est la France qui doit gérer tout ça dans le cadre de ses frontières. [Là encore, vous mélangez certaines choses. Les mesures internationales sont cadrées selon la volonté des Etats, que l’Eglise ne nie pas. Bien au contraire. Ici, c’est vous qui niez la subsidiarité. Enfin, à ma connaissance, le FN souhaite établir des accords internationaux sur l’immigration. MJ]
    Enfin, le FN veut supprimer le regroupement familial, ce qui s’oppose sans la moindre ambiguité au paragraphe 298 du compendium de la DSE.
    Par ailleurs, ce que nous pouvons apprendre de l’approche pastorale c’est que les chrétiens accueillent le Christ en accueillant l’étranger, et que des “mesures politiques” (j’utilise à dessein le mot) offrant un témoignage contraire au sens de l’accueil et de l’hospitalité n’éveillent pas la charité mais au contraire tendent à raviver les tentations xénophobes et les discriminations.
    [C’est archi-faux et vous venez encore de mélanger pastorale et politique. Appliquer une politique contraire au bien commun, ce n’est certainement pas charitable. L’Eglise estime que à partir du moment où des migrants sont sur place, elle a un devoir pastoral. Il est bien évident qu’on ne va pas les laisser mourir de faim !MJ ]
    Voilà, pas de confusion entre pastorale et politique, mais pas non plus de divorce : nous n’avons pas un coeur pour la pastorale et un coeur pour la politique. Je suis chrétiens et je ne charcute pas mon emploi du temps entre l’évangélisation et la politique, mais au contraire, je fais comme m’y exhorte l’Eglise, oeuvre d’évangélisation dans la politique.
    En ressources complémentaires on peut lire ceci :
    – Discours de Benoit XVI aux participants au VIe Congrès pour la Pastorale des Migrants et des Réfugiés : http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=1711097_migrants
    – Débats au VIème congrès mondial de la pastorale pour les migrants : http://www.zenit.org/article-22603?l=french
    – Message de Benoît XVI pour la Journée mondiale du migrant 2009 : http://www.zenit.org/article-19010?l=french
    – Message de Jean-Paul II pour la Journée mondiale du migrant 2003 : http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/messages/migration/documents/hf_jp-ii_mes_20021202_world-migration-day-2003_fr.html
    Et toutes les autres d’ailleurs accessibles depuis le site du Vatican.
    En outre, on peut ajouter le message de Mgr André Vingt-Trois, dans son discours d’ouverture de la conférence des évêques de France, le 3 novembre 2009 : http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/textes-et-declarations/discours-douverture-du-cardinal-andre-vingt-trois-5280.html

  38. Il est vrai que le FN propose une politique de codéveloppement. C’est très bien, et je retire ma critique sur ce point (pas sur l’ensemble cependant).
    Vous dites : “Désolé mais réglementer c’est aussi raccompagner à la frontière et même dans le pays d’origine… Quant à l’accueil, c’est un excellent sujet. Un pays qui n’a que des banlieues ghettos à proposer aux immigrés est-il un pays d’accueil ? De toute évidence non.”
    Certes. Nous sommes bien d’accord : on n’ouvre pas sa porte à quelqu’un en l’invitant à s’installer dans le placard de l’entrée. La solution est donc de mettre en oeuvre d’autres structures d’accueil et d’intégration, et non de fermer la porte, ce qui n’exclue pas non plus des “conditions de retour”.
    Vous dites : “Vous venez de vous prononcer pour le droit de vote aux immigrés”
    Non. Le droit de vote revient à qui est membre à part entière de la société dans laquelle il vit (donc totalement intégré). Le droit de vivre dignement, et donc d’y être aidé, en revanche, est un droit qui revient à tous, quelle que soit son origine et sa situation.
    Vous dites : “Fournir des aides à tout va, … ne concerne pas uniquement aux immigrés.”
    Précisément, ça ne concerne pas que les immigrés. Ce que je dénonçais ici dans le programme du FN, ce n’est pas de vouloir réduire les aides sociales en général, c’est de vouloir faire deux poids deux mesures entre immigrés et français. Dans la mesure où les aides sociales en question concernent la solidarité pour un plus grand respect des droits inaliénables de la personne, il me semble que cette “discrimination”, car c’en est une, est bel et bien contraire à l’enseignement de l’Eglise.
    Vous dites : “C’est archi-faux … laisser mourir de faim !”
    L’implication pastorale des mesures politique que j’évoque ici n’est pas tournée uniquement vers les migrants, mais également vers ceux qui les accueille. Nous devons donner un enseignement d’accueil de l’autre, et c’est cela qui doit prédominer. Cet accueil doit être responsable, bien organisé pour le bien de tous, mais doit toujours faire rejaillir l’espérance de notre attitude, y compris dans l’attitude de l’état face aux migrants.
    Après, appliquer une politique contraire au bien commun ce n’est pas de la charité, et vous avez tout à fait raison. En revanche, affirmer que la préférence nationale en matière de solidarité effective, les discriminations dans l’accès aux aides ou à l’emploi, ou encore d’interdire le rapprochement familial, sont des mesures contribuant au bien commun est un dogme qui ne vient pas de l’Eglise, autant que je sache. Mais si je me trompe et si l’Eglise enseigne autre chose, je serais ravi d’être corrigé. Je ne m’accroche pas plus que ça aux idées que je présente ici, simplement elles s’appuient notamment sur les textes que j’ai fourni en lien.
    Peut-être pourriez-vous m’expliquer rationnellement sur la base d’un enseignement qui dit par exemple : “le droit au regroupement familial doit être respecté et favorisé” (compendium de la DSE) on peut justifier un programme qui propose de “Supprimer le regroupement familial qui, depuis 1974, a transformé l’immigration de travailleurs en immigration de peuplement” (programme du FN).
    [Le cas du regroupement familial a été longuement abordé sur ce blog. Vous le trouverez aisément. c’est le point négatif du programme du FN. Mais pour le reste, j’attends encore une démonstration. Les aides sociales en France s’apparentent à l’assistanat, car elles sont étatiques et ne respectent ni la subsidiarité, ni la responsabilité. Ce n’est pas aider les immigrés que leur fournir de tout sous prétexte de les aider. A ce titre, le combat mené par les Cercles du silence est totalement mensonger, étant donné qu’en plus ils considèrent le traitement des immigrés comme celui des Juifs durant l’occupation, ce qui est assez grave et faux. La discrimination est tout à fait légitime pour un Etat, en vue du bien commun. MJ]

  39. Dans tout cela nous avons glissé tranquillement du point de vue de Solidarité dans la politique migratoire, à mon interprétation personnelle. Je ne voudrais pas qu’il y eut de confusion.
    L’approche de Solidarité s’exprime dans l’expression “Immigration : Ni angélisme, ni répression”. Autant que je sache, le texte n’est pas encore finalisé, car c’est un sujet complexe qui ne doit pas être traité à la légère. Solidarité réfléchi entre autres choses à l’institution d’un statut officiel d’accueilli, contractualisant les conditions d’accueil ET de retour dans le pays d’origine.
    Dans tous les cas, il convient de rappeler en premier lieu l’enseignement de l’Eglise, qui n’est pas QUE pastoral, sur la question, et qui invite non seulement d’une manière général à considérer l’étranger comme une richesse (CDSE), donc à l’accueillir comme tel (non comme un “problème”), mais également à régulariser au plus vite les canaux migratoires afin que cesse la misère des migrations illégales et les conséquences tragiques qu’on leur connait sur la dignité humaine.
    Bref, nous avons aussi glissé tranquillement des divers points sur lesquels Solidarité s’oppose notamment au FN, pour s’inspirer plus directement de la DSE, vers la seule question de l’immigration qui ne semble pourtant pas le point d’opposition le plus radical.
    Bien à vous.
    [C’est ce qu’on appelle un point négociable, car la politique migratoire est fonction du bien commun. Contrairement par exemple à l’avortement, qui est toujours et partout, un mal. MJ]

  40. @ Cher Monsieur SPRUNG
    Je suis désolé de devoir vous dire que les remarques factuelles émises par M. JANVA me semblent du plus grand intérêt.
    Et si j’ai souvent un doute sur l’utilité politique du PdF, je ne puis que défendre les deux baptisés que sont Carl LANG, tout autant que Bruno GOLLNISCH qui ne font qu’exprimer la DSE sur le sujet de l’immigration : nous devons être humains et charitables à titre personnel, comme hommes et comme chrétiens, envers les immigrès, dans la mesure de nos possibilités. Mais c’est quand celles-ci sont dépassées que le devoir de la puissance publique est de limiter l’immigration, ce que de nombreux textes pontificaux ont précisé.C’est le sens de la fameuse phrase de JM LP, catholique lui-même, autant que vous ne l’êtes : ”Je préfère mes filles à mes cousines et mes cousines à mes voisines”etc…..
    Quant à Bruno GOLLNISCH, le fait de préparer un texte d’explication des positions et programme du FN adressé aux évêques de France, ce n’est pas prétendre leur faire la leçon, ni vouloir en faire une à l’Eglise universelle, c’est simplement reconnaître que les autorités religieuses et morales que sont nos évêques peuvent avoir besoin d’une meilleure connaissance de ce qu’est le FN, de sa conformité avec la DSE, et donc de leur apporter les éléments qui pourraient leur faire défaut afin de les aider dans leur jugement.
    Le fin juriste et le bon catholique qu’est Bruno GOLLNISCH a autant de droits sur la DSE que SOLIDARITE, car être chrétien ce n’est pas le décréter de soi-même envers les autres, c’est l’être et le démonter par ses actes, et en toute rationnalité et responsabilité.
    Mais plus je vous lis, plus j’ai le sentiment qu’avec M. de BOER, vous êtes dans la ligne confuse de Marc SANGNIER et de LAMMENAIS, faisant de l’évangélisme politique et non du catholicisme : votre fondamentalisme, qui nie sans en être conscients l’histoire, la philosophie et la culture catholiques, vous mènera à l’impasse pratique et théorique, ou dans des alliances hasardeuses auprès desquelles les légères erreurs du FN, les parole malheureuses de certains de ses cadres ou candidats, apparaîtront rétrospectivement comme des peccadilles et amusements.

  41. Bonsoir cher MJ,
    D’avance pardon, mais je n’ai pas particulièrement le temps d’entrer maintenant dans un large débat sur les aides sociales en France. En revanche, si vous le souhaitez, cela pourrait éventuellement faire l’objet d’un débat sur le forum de Solidarité, qui, comme cela a déjà été dit, est un parti ouvert à la réflexion dès lors qu’elle est en lien étroit avec la DSE. La légitimité d’une discrimination, quoiqu’elle me semble hasardeuse à démontrer, peut également y être discutée. C’est ouvert. La discussion pourra y être d’autant plus riche qu’elle sera ciblée par thèmes et qu’elle pourra faire intervenir d’autres points de vue qui ne rejettent pas “a priori” l’initiative de Solidarité.
    [Pardonnez-moi, j’ai fait fort à faire sur ce salon et ne peut aller débattre sur les fora. Mais sur les aides sociales, je maintiens qu’elles sont contraires à la dignité de la personne humaine, prise comme une personne responsable. Etant entendu que, par exemple, les allocations familiales ne sont pas des aides sociales.
    MJ]

  42. @PG : vous avez tout à fait raison, les remarques factuelles de M. Janva sont du plus grand intérêt et il ne m’est pas passé par la tête un instant de les dénigrer. Au contraire je prends sur mon temps d’entrer dans la discussion sans jamais les disqualifier a priori.
    Sur Carl Lang et Bruno Gollnish, entendons-nous bien, je ne porte aucun jugement sur leur foi chrétienne, pas plus que sur leur engagement. Je connais bien notamment l’incroyable dévouement de Carl Lang à la cause pro-vie, que je respecte profondément. Comprenez que je n’en respecte pas moins, et pour les mêmes raisons, l’engagement et le dévouement d’Axel de Boer et des autres membres de Solidarité, comme de ceux du parti Amen. Qui connait un peu leur témoignage sera, j’en suis convaincu, forcé par une certaine admiration. Mais ce n’est évidemment pas de cela que nous parlons ici.
    Vous le dites bien, il ne suffit pas de se réclamer en belles paroles de la DSE pour bien la comprendre et bien l’appliquer. Nous avons déjà discuté ce point, et Axel de Boer y a répondu plus haut.
    A la fin de votre message vous faites quelques spéculations peu encourageantes sur l’avenir de Solidarité. Outre le fait qu’il ne s’agisse que de spéculations, au demeurant assez négatives (drôle d’espérance), je retiens de ce que vous dites cette vérité qu’il faut toujours garder un regard critique sur notre action et nos idées, et ne jamais s’auto-décréter détenteur de la doctrine chrétienne. Si nous tenons bien à ce principe, il reste qu’il est toujours charitable de nous le rappeler, et je vous en remercie.
    Simplement une petite chose : je trouve assez signifiant que vous assimilier l’initiative de Solidarité avec un Marc Sangnier. Je ne peux résister à y voir une sorte de projection (au sens psychologique du terme) d’un désaveu refoulé d’une personne qui doit peut-être se sentir de ceux que récemment Mgr Vingt-Trois rattachait à une certaine réminiscence maurassienne. Peut-être me trompais-je, mais sans vouloir faire de la psychologie de comptoir, je peux comprendre que si votre sensibilité va plus particulièrement à cette chapelle pointée du doigt par Mgr Vingt-Trois, vous succombiez à la tentation d’une dénonciation analogue mais opposée envers ceux qui souhaiteraient tenir compte de l’enseignement de nos évêques.
    Pour faire court, la grande erreur de Sangnier fut précisément de prétendre comprendre mieux la DSE que l’Eglise enseignante, et de se soustraire à son enseignement. C’est précisément ce que nous ne voulons pas faire. En sorte que si, prenant des initiatives en matière politique, il s’avère que l’Eglise nous engage même seulement à la prudence sur ces points, pour ma part je tiendrais compte de cela, avant même d’avoir l’idée d’un communiqué dans la presse annonçant que je vais recadrer les évêques, si vous voyez de qui je veux parler. Car, mettant de côté les spéculations stériles sur un futur méconnaissable, ne voyez-vous donc pas au présent, une troublante ressemblance justement entre le FN et le Sillon de Sangnier dans leur rapport avec l’Eglise de France (je fais abstraction ici des opinions politiques, pour pointer la ressemblance uniquement sur la relation à l’Eglise enseignante) ? N’est-ce pas justement le FN qui se voit affronté à l’Eglise de France, et acculé à devoir lui expliquer en quoi celle-ci se tromperait sur son compte. Quand on en vient finalement à devoir justifier qu’un Mgr Lustiger, si remarquable intelligence, devait être trop influencé par “l’esprit du temps” pour ne pas voir qu’il se trompait à propos du FN, il faut être sacrément convaincu que, même avec la plus grande humilité, on est mieux éclairé qu’un tel esprit.
    Je dois vous laisser. Je vous garde cependant dans mes prières, et que ce carême nous apporte à tous de d’abord nous laisser purifier le coeur pour y voir germer des graines de justice et de paix.
    [A propos de Mgr Lustiger, il faut quand même savoir que ses critiques répétées contre JMLP lui ont valu une remontrance de Rome, suite à une plainte du président du FN à Rome. Jean Madiran a très bien raconté cela. Depuis cette remontrance, Mgr Lustiger n’a plus critiqué publiquement le FN. MJ]

  43. Je pense que Solidarité est un parti dangereux et complètement dans l’erreur car si vous avez le courage de lire leur programme et les textes publiés, vous pourrez vous rendre compte :
    – Qu’ils sont démocrates au possible, rousseauistes et parfois même socialistes, donc tout simplement de vrais révolutionnaires,
    – Que leur vision de la « Civilisation de l’Amour » est proche de celle d’un totalitarisme,
    – Que ce sont des utopistes et des idéologues.
    Pour commencer à illustrer mes propos, je vous propose de lire un extrait du discours d’Axel de Boer du 24 mai 2008 :
    « Il nous faut au contraire construire une stratégie de combat pour unifier la multitude de combattants en une seule cause, autour d’un projet de société, d’un projet de Civilisation. Une telle chose ne se fera pas en un jour, ne se fera pas en une étape.
    Ce sera l’aboutissement d’un dur labeur. Mais une chose est absolument certaine : si nous relevons ce défi nous serons le monde de demain.
    Si nous parvenons à amener une prise de conscience collective de cette réalité, alors la Civilisation de l’Amour émergera comme l’accumulation et le rassemblement d’une myriade de petites lumières, portées par des gens qui par ailleurs peuvent ne pas se comprendre, mais qui ont tous en commun d’avoir répondu à l’inspiration de l’Esprit Saint, qui souffle où il veut et jamais seulement sur nos chemins. La floraison de la Vie en réponse à l’appel de l’Esprit pour fonder une Civilisation de l’Amour est bien plus avancée que nous ne le croyons tous. De cette espérance en acte nous allons faire un programme politique. »
    Pour moi, c’est clairement un délire d’utopiste illuminé! Excusez-moi pour la dureté des mots mais je pense que lorsqu’on ne comprend rien à la Politique et qu’on entraine des gens dans l’erreur et dans l’illusion, il faut le dire sans retenue!
    Je vous encourage vivement à lire leurs textes et programmes pour que vous vous fassiez une idée de la portée utopiste et extravagante de leurs principes politiques.
    Et, comme le dit si bien l’adage, « apprenez à penser par vous-même. Si vous ne le faites pas, d’autres le feront pour vous »
    Ils ont peut-être de belles idées et de beaux principes mais la Politique n’est pas le terrain des idées, elle celle du possible et du réalisme avec comme fin, la recherche du Bien et non de la Vérité !

  44. @Cyprien :
    Bonjour,
    Vos accusations sont bien infondées et/ou vous avez bien mal compris les textes de Solidarité. Mais vous avez l’excellent conseil d’envoyer les lecteurs vers les textes de Solidarité en les invitant à penser par eux-même, et vous ne pouviez guère donner de meilleur conseil. J’espère ainsi que ceux qui le suivront comprendront mieux que vous les textes de Solidarité (il suffit parfois de retirer le petit filtre de lecture qu’on a sur les yeux, vous savez, celui qui fait voir tout en rouge).
    Après, sur le passage que vous citez et sur le commentaire que vous en faites, je vous invite à aller lire juste l’introduction de Caritas in Veritate, de Benoit XVI. Et de comparez… Probablement rétorquerez-vous que “lui, c’est un peu son boulot d’être illuminé”, tout ça… mais au moins cela aura le mérite d’éclairer le lecteur sur votre définition du terme “illuminé”.
    Puisque vous vous reconnaissez thomiste, vous reconnaitrez donc aisément que l’Amour (au sens de Caritas/Agape) n’est autre que la volonté du Bien, et que le Bien n’est autre que la Vérité manifestée dans le réel.
    C’est pourquoi Benoit XVI, avant Solidarité, parle de civilisation de l’Amour, dans un texte qui invite les peuples et les gouvernements à oeuvrer par Amour et dans la Vérité. La recherche du bien commun prend donc appui sur l’Amour qui vient de Dieu, et est dirigée vers la Vérité qu’est Dieu.
    Votre pseudo opposition, en matière de politique, indiquant qu’elle est “la recherche du bien et non de la vérité” porte donc à confusion. La Vérité n’est pas étrangère au Bien puisqu’elle en est l’essence. La recherche du Bien passe donc inévitablement par le discernement sur la Vérité, et une civilisation qui recherche la bien se construit par définition sur l’Amour (volonté du Bien).
    Votre rhétorique sur les idées d’illuminées ne témoigne donc que d’une mauvaise compréhension ou une mauvaise articulation des termes que vous lisez et réemployez. A la lumière de ceci, et encore de Caritas in Veritate, je vous invite maintenant à relire posément les textes de Solidarité.
    Bien à vous.

  45. Monsieur Cyprien, c’est parfait, venez mettre un peu de rigueur et de thomisme chez solidarité si vous pensez qu’ils ne s’y prennent pas bien!
    moi je voterais pour eux si j’étais parisienne!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]