Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Société de consommation esclavagiste

Sur son blog, Artémisa Mariès s’en prend à la loi de modernisation de l’économie, qui assouplit les relations entre les distributeurs et les fournisseurs, favorise l’ouverture de grandes surfaces, élargit les périodes de soldes et crée une autorité de la concurrence unique :

"C’est du libéralisme, c’est de la libre concurrence. C’est, comme disait l’autre, le renard libre dans le poulailler libre. On favorise les grandes surfaces qui ont déjà tué la plupart de petits commerces. […] Bien sûr, on veut faire baisser les prix. Des mesures qui dans l’immédiat auront cet effet peut être, mais à quel prix au moyen et au long terme ?
[…] ne voient ils pas qu’ils accentuent le côté inhumain de la vie ? […]

Car nous ne sommes plus de personnes, nous sommes des consommateurs. Nous sommes réduits, dans la pensée de nos gouvernants, à des machines à consommer. On consomme des produits agroalimentaires (pas de la nourriture), on consomme des produits de bien-être, de loisirs, de bricolage, et tous ces produits sont standardisés d’un bout à l’autre de la planète. […]

Ne sommes nous que des machines à consommer ? N’y a-t-il rien de plus important dans la vie que d’acheter, jour et nuit, sept jours sur sept ? Dimanche inclus, car il faut consommer, car les commerçants doivent vendre, et tant pis pour les modestes travailleurs obligés de sacrifier leur dimanche en famille. Ce gouvernement, ces « élites » qui nous gouvernent, font tout pour nous déshumaniser, nous réduire à l’état de bêtes qui ne pensent qu’à consommer. Et à la fin c’est le système inhumain qui nous consomme."

Michel Janva

Partager cet article

3 commentaires

  1. moins il y a de petits commerçants et plus il est facile de controler la consommation, d’imposer les rfid, …

  2. Il n’y a que les prétendus “services publics” que vous soyez obligé d’acheter, et il n’y a que les hommes de l’état qui volent aux autres les fruits de leur travail.
    Dans le commerce, les seuls esclavagistes sont ceux qui se mêlent d’interdire aux autres de travailler, parce que c’est se déclarer propriétaires de leur force de travail ; et les seuls bêtes brutes, ce sont ceux qui parlent des consommateurs comme s’ils n’étaient pas des êtres rationnels.
    [C’est faux : un individu en quête de travail peut difficilement refuser un emploi lui obligeant le travail du dimanche. C’est notamment le cas dans la grande distribution. Je vous invite à aller vous y informer. MJ]

  3. Naturellement, au niveau de l’état, pour TOUT contrôler, il ne doit plus exister de travailleurs indépendants.
    Après la suppression de liberté des agriculteurs, ce sera celle des commerçants et prestataires.
    Et tout le monde au pas !!!

Publier une réponse