Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

Si vous n’aimez pas l’électorat actuel, il suffit d’en “importer” un nouveau

Si vous n’aimez pas l’électorat actuel, il suffit d’en “importer” un nouveau

C’est à propos des Etats-Unis, mais c’est la même stratégie en France :

Si vous n’aimez pas l’électorat actuel, il suffit d’en “importer” un nouveau. Tel est le mantra pour le Parti démocrate, et ce depuis un certain temps déjà.

Le chaos rampant aux frontières de l’Amérique depuis l’élection du président Joe Biden est désormais bien connu et il semble que son administration ne fera rien pour l’arrêter. En effet, Biden et les démocrates ont toutes les raisons de vouloir un afflux massif d’immigrants, légaux et illégaux, car cela signifie une augmentation du nombre d’électeurs démocrates.

Chaque année, plus d’un million d’immigrants immigrent légalement aux États-Unis, et l’écrasante majorité est non qualifiée ou peu qualifiée. En conséquence, les immigrés légaux ont tendance à occuper des emplois au bas de l’échelle économique et à avoir des difficultés financières. Ils ont donc tendance à avoir besoin d’un soutien important de la part du gouvernement en matière de soins médicaux, de logement, d’alimentation, de garde d’enfants, d’apprentissage de l’anglais comme seconde langue, de programmes de distribution de petits-déjeuners et de déjeuners scolaires, de frais d’inscription à l’université, etc. Et quel parti politique est le parti du Grand Gouvernement (terme utilisé par les conservateurs pour désigner un gouvernement jugé trop grand, corrompu et inefficace, ndlr) qui fournira ces choses aux immigrants ? Le Parti démocrate bien sûr! Et les immigrés sont bien conscients de cela. En effet, les chiffres d’inscription des migrants sur les listes électorales confirment le soutien écrasant que les migrants apportent au Parti démocrate. Une étude, rassemblant des données entre 1980 et 2012, a révélé que parmi les citoyens naturalisés, plus de 2,5 fois fois plus de ces migrants (65% contre 25%) sont susceptibles de s’inscrire comme démocrates que comme républicains. Selon le Pew Research Center, l’inscription des immigrants sur les listes électorales favorise le Parti démocrate par un ratio de 4 contre 1 ou plus dans le New Jersey (62 % contre 14 %), à New York (60 % contre 15 %) et au Massachusetts (67 % contre 17 %), par un ratio de 2 contre 1 au Texas (44 % contre 18 %) et en Californie (48 % contre 21 %), et par un ratio d’un peu moins de 2 contre 1 en Floride (46 % contre 26 %). Et comme 1 électeur éligible sur 10 dans le pays est un Américain naturalisé, l’impact de l’immigration légale sur les élections est considérable (depuis 2000, le nombre d’électeurs naturalisés a augmenté de 93 %, contre une augmentation de seulement 18 % pour les électeurs nés dans le pays. En effet, depuis 2000, le nombre d’électeurs citoyens naturalisés a presque doublé pour atteindre plus de 23 millions de personnes). De manière significative, l’immigration a été citée comme l’une des principales raisons pour lesquelles la Virginie, le Colorado, l’Arizona et le Nevada – autrefois des États rouges solides – ont connu une tendance bleue au cours de la dernière décennie.

La situation est similaire en ce qui concerne les immigrants illégaux. Chaque année, des dizaines de milliers d’immigrants illégaux (peut-être plus de 100 000) entrent aux États-Unis. De nombreuses personnes avancent aujourd’hui le chiffre de 10 à 11 millions comme étant le nombre d’étrangers en situation irrégulière vivant aux États-Unis, alors qu’une estimation plus précise se situerait entre 20 et 30 millions. Ces immigrants ont tendance à être encore moins qualifiés et peu qualifiés que les immigrants légaux et occupent donc les emplois les moins bien rémunérés de notre économie. En conséquence, les immigrants illégaux ont tendance à être très pauvres, environ 60 % d’entre eux vivant sous le seuil de pauvreté et ayant davantage besoin de l’aide du gouvernement que les immigrants légaux. Alors que de nombreux programmes gouvernementaux ne sont pas accessibles aux étrangers en situation irrégulière, un bon nombre d’entre eux – y compris les soins médicaux, les coupons alimentaires, l’enseignement public de la maternelle à la 12e année, les programmes de petit-déjeuner et de déjeuner à l’école, les frais d’inscription à l’université et autres – leur sont ou peuvent leur être ouverts, alors que tous les programmes d’aide sociale ou gouvernementaux sont ouverts à leurs enfants du moment qu’ils sont nés aux États-Unis.

Si les étrangers en situation irrégulière ne peuvent théoriquement pas voter, ils peuvent néanmoins avoir un impact considérable sur les élections. Comment?

  • En 2020, une douzaine de municipalités américaines du Maryland, du Vermont et de la Californie ont autorisé les étrangers en situation irrégulière à voter aux élections locales ; si cette tendance se poursuit, son impact serait énorme.
  • Si la “réforme globale de l’immigration”, qui bénéficie d’un fort soutien des démocrates et des républicains libéraux, est adoptée par le Congrès des États-Unis et qu’une voie vers la citoyenneté est accordée aux étrangers en situation irrégulière, des millions de personnes supplémentaires viendront s’ajouter aux listes électorales démocrates. Si une réforme complète de l’immigration était adoptée, le Parti républicain serait relégué au rang de minorité pour toujours et ne gagnerait probablement plus jamais d’élections nationales.
  • Même si les étrangers en situation irrégulière n’obtiennent pas le droit de vote, leurs enfants nés aux États-Unis auraient le droit de voter à l’âge de 18 ans. Et après avoir grandi dans des foyers qui ont généralement soutenu le Parti démocrate et ses grands programmes gouvernementaux, ils s’inscriront très probablement comme démocrates.

Si l’immigration, tant légale qu’illégale, n’avait pas augmenté entre 1980 et 2020, le Parti démocrate serait en passe de devenir un parti de second rang qui aurait de grandes difficultés à remporter les élections au niveau des États et au niveau national. Cependant, lorsque les démocrates ont commencé à voir leurs perspectives électorales s’assombrir parmi les électeurs nés dans le pays, ils ont vu une occasion en or de modifier leur chance de changer l’électorat en soutenant l’immigration légale et illégale massive. Et les idiots utiles du Parti républicain, qui ont vu un moyen d’importer de la main-d’œuvre bon marché aux États-Unis, ont soutenu les démocrates dans leurs efforts.

Comme le dit le dicton, les démocrates sont le parti du mal, tandis que les républicains sont le parti de la stupidité. Il est temps pour les conservateurs et les républicains de se réveiller de leur stupeur et de demander un temps mort à l’immigration massive légale et illégale. Leur avenir en dépend littéralement.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Merci à vous de ce très intéressant article. Comme quoi il y a encore des réalistes ! C’est l’exacte vérité qui est expliquée clairement, bravo !

    La conclusion est glaçante sur le GOP et le Président Trump dépense une énergie colossale à virer ces ‘stupides’, pour la plupart des RINO. Le problème d’avenir pour les Américains est la question du vote. Et d’avenir proche, cf ce qui est en cours…

    C’est dans ce but que l’Administration JoBi a organisé l’opération ‘Afghanistan’ pour que – in fine – les Américains se rendent compte que 86.000 dollars d’aide par réfugié afghan est scandaleux ! Et l’Administration JoBi a prévu d’en accueillir 95.000 !!! Alors qu’il y a plus de 42 Millions d’Américains pauvres. Regardez le film Nomadland qui est poignant – quasi un documentaire…

    Qui se rajoutent aux centaines de milliers qui déferlent depuis janvier 2021 du Mexique. Même JoBi a du prendre des mesures récemment pour ralentir ce flux. D’autant qu’il y a environ 20% de positifs à la covid chez ces migrants. Qui sont dispersés dans tout le pays par les bons soins des organisations caritatives catholiques – notamment – pilotées par François !

  2. Vous avez raison de dire que ce mécanisme est aussi à l’œuvre chez nous, en France, en Europe…

    C’est un des moyens de voler l’élection. Mais le principal est le comptage. Quelle assurance avons-nous en France d’un vrai, exact et sincère report d’un bulletin particulier dans le résultat général final ? Aucun. Ou plutôt nous savons qu’ils se servent de machines de tabulation style ‘dominion’ et tout ce vaste réseau de fraude de l’élection marche depuis des années. Ce qui est le plus drôle (!) est de voir les savants sociologues et analystes politiques nous dire ce qui prépare et amène au résultat… qu’ils sont chargés de ‘couvrir’ (aux deux sens du terme).

    Jusqu’à la manipulation au sujet de ‘l’abstention’.

  3. Pas de souci. Les USA savent fermer leurs frontières quand il le faut. Il suffit de voir comment ils ont stoppé l’immigration de peuplement au 20ème siècle. Il faut aussi considérer qu’ils ont peu de musulmans, de membres de l’oumma, de la nation oumma sur leur territoire fédéral. Leur pyramide démographique est excellente.

  4. Je crois que c’est Mitterrand qui, à peine élu en 1981, avait revendiqué que tout immigré naturalisé était un électeur en faveur de la gauche. Depuis 40 ans, le concept se vérifie et s’amplifie en y ajoutant un vote communotariste de conquête territoriale.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services