Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Si Stop Covid est une bonne chose, pourquoi pas Stop Salafiste ou Stop Fiché S ?

Si Stop Covid est une bonne chose, pourquoi pas Stop Salafiste ou Stop Fiché S ?

Ce que le terrorisme ne permet pas, la pandémie le réalise. L’application de flicage gouvernementale Stop Covid sera bientôt téléchargeable sur nos téléphones portables. Après l’Assemblée Nationale, c’est le Sénat qui a approuvé dans la nuit du 27 au 28 mai ce logiciel. Même la Cnil a autorisé le lancement du logiciel.

Cette application doit permettre à son utilisateur d’identifier s’il a croisé au cours de sa journée des malades potentiels du coronavirus, grâce à la fonction Bluetooth de son portable. Des “cas contacts” croisés à moins d’un mètre et pendant un quart d’heure, qui seront contactés par un médecin pour être testés et isolés pendant 14 jours. Si les tests sont positifs, l’utilisateur pourra à son tour se déclarer malade sur l’application et ainsi prévenir d’autres utilisateurs.

Ces données doivent permettre de faciliter le travail des brigades sanitaires, composées de salariées de l’Assurance maladie, et chargées de retrouver les malades dans chaque département.

L’application doit être retirée six mois après la fin de l’état d’urgence sanitaire. Ou pas…

Moi je veux bien une application pour me prévenir si je vais croiser un fiché S au cours de ma journée…

Partager cet article

9 commentaires

  1. MM. macron, castaner et véran,
    J’ai un Nokia 1650,
    vous savez, le vieux truc avec une batterie qui tient 3 semaines,
    qui ne sert qu’à passer des appels et écrire des sms avec seulement 10 touches,
    pas de GPS,
    pas de Bluetooth,
    pas de données mobiles,
    comment faire pour utiliser votre application de flicage ?
    Fournissez-vous avec le smartphone avec l’application ?
    😉

  2. En tous cas cette application permettra de distinguer les gens abrutis par la télévision et les gens qui réfléchissent par eux même.
    Après la télévision, le téléphone portable est amené à disparaitre, les gens commencent à comprendre.

  3. 🙂

    Stop-salafistes ou “S”, supposerait que ces derniers aient téléchargé ladite application, ou que leur téléphone portable soit identifié, ce qui est peu probable… !

    Reste que cette application est douteuse et ce pour 2 raisons :

    1/ nous ne savons pas réellement ce que fait le programme, les informations officielles ne peuvent en la matière être retenues. Si le gouv voulait vraiment être “transparent”, alors, que le code informatique soit rendu public. Mais ce n’est pas le cas… A partir de là, on peut penser que le traçage va au delà du protocole Bluetooth, et conserve d’autres informations, au cas où…. sans parler des risques de piratages…

    2/ d’un point de vue éthique, on peut tourner le truc dans tous les sens, mais reste que la réalité est que ce système sert de flicage, et, sur le principe, rien n’empêchera dans 6 mois, le législateur d’étendre le système pour protéger de la grippe ou autre, en mettant toujours en avant la “santé public”, puis que dans x ans, les données de localisation servent dans des affaires juridiques… Et comme l’utilisateur a donné son consentement, plus besoin de juge…. C’est un premier pas…

    Enfin, sur le fond, le système suppose que vous croisiez une personne atteinte du virus, qu’elle ait son portable sur elle et vous de même, et que vos interfaces bluetooth de déconnent pas (ce qui est fréquent sur nombre de smartphone)… Pas mal de conditions… Donc, dans les faits, ce “gadget” ne servira pas à grand chose sur le plan sanitaire…. Tout cela pour masquer l’incompétence et le total manque de préparation…..

  4. Combien va ( nous ) coûter cette application ?
    Quelle est la société qui a fait le programme ?
    Y-a-t’il eu un appel d’offres ?
    Nous voulons de la transparence !

  5. Pour note, le système de connexion bluetooth est le plus fragile en termes de sécurité. Il faut a peine 3 secondes pour y accéder avec les bons outils.
    Le prétexte étant la faible portée du signal.
    Une demo est faite aux gens partant en VIE : le temps d entrer dans la salle, la personne faisant la demo a “absorbé” les derniers messages échangés et evoque le contenu de certains.
    Il est fortement recommandé de le désactiver physiquement tant que possible quand on travaille avec des données sensibles.
    Ce fichier ne présente pas que des soucis éthiques. Mais aussi une méconnaissance technique grave pour un gouvernement.
    Il est criminel que des gens prenant des décisions si structurantes n’aient même pas les connaissances basiques du fonctionnement des outils sur lesquels ils légifèrent.

  6. L’application est annoncée pour 6 mois : l’obsolescence programmée ne se cache même plus !
    De toute manière, la CNIL elle même a conclu à l’inefficacité intrinsèque de cette application, une inefficacité sanitaire qui cache une efficacité psychologique garantie : regardez en Chine, ils sont devenus accros à leur application de flicage.
    L’application sort au moment où on ne détecte plus de nouveaux malades du Covid 19 : pas de problème ! Celui qui peut encore aligner 3 neurones pour réfléchir comprendra qu’il s’agit là d’une traque des porteurs sains, ces coquins qui soignent leur immunité et n’ont pas besoin de l’arsenal technologique pour survivre. On pourrait les présenter en modèle mais on voit en eux des “bombes vivantes”.
    La version n°2 sera attendue avec impatience par tous les névrosés et son caractère obligatoire s’imposera au nom du progrès. Le porteur sain sera traqué puis confiné chez lui tant qu’il demeurera porteur, c’est à dire parfois toute une vie. Mais heureusement, c’est à ce moment là que sortira le vaccin !

  7. Résistance: nonaustopcovid.lepcd.fr

  8. Quelqu’un peut-il m’expliquer comment l’appli peut-elle “savoir” que la ou les personnes rencontrées sont porteuses du covid-19 ? Je ne comprends pas ! Merci d’avance !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services