Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Ségolène Royal ne fera rien

Dans Liberté politique, Roland Hureaux analyse le phénomène Royal :

Arton931_2 "On cherche en vain une nouveauté sérieuse dans un discours (…) dont la ligne directrice est de marier le socialisme et les “valeurs” (…). Quelles valeurs ? On comprend vaguement qu’il s’agit de la famille, de l’école, de l’autorité parentale. Ségolène, comprend-t-on, est pour. Fort bien. Que propose-elle pour les réhabiliter ? Pour la famille, rien de précis. Pour l’école non plus. Pour l’autorité parentale, Mme Royal, croit davantage à l’exemple et au dialogue qu’à la contrainte. (…) L’exemple, celui des adultes, que faire donc pour qu’il soit bon ? Que les adultes deviennent meilleurs. Par exemple en combattant la corruption politique. La lutte contre la corruption tenant lieu de politique familiale, est-ce vraiment tout ?

(…) La candidate avance une proposition (…) : l’instauration d’un grand service civil obligatoire. (…) Mais où trouver les moyens (…) et pour quoi faire ? (…) Si elle élue, Ségolène ne l’appliquera évidemment pas. Mais la proposition est sympathique : cela suffit.

L’emploi des jeunes, Ségolène s’en préoccupe (…). Comment faire pour satisfaire le désir de stabilité des jeunes tout en facilitant leur embauche par les entreprises ? Il faut, dit-elle, faire comme les pays scandinaves. Que font-ils donc ? Cela n’est pas dit. (…)

Mme Royal concède que “les charges des entreprises sont trop élevées”. Comment les réduire, en faisant des économies sur quoi ? Mystère. Encore des mots. Voulant aussi marier le socialisme et l’entreprise, elle se réclame de Tony Blair. Ce n’est pas original : toute la droite française bave devant celui que l’opinion britannique tient de plus en plus pour un faiseur. Elle s’est prise d’engouement pour l’homme qui n’a eu qu’à gérer gentiment, sans le remettre en cause, l’héritage ultra-libéral de Mme Thatcher (les vraies femmes d’État, ça existe !).

(…) Rêvons. Si cette dame est élue, que fera-t-elle ? Sans doute rien. Rien de sérieux pour la famille, rien de sérieux pour l’emploi, spécialement l’emploi des jeunes. Rien de sérieux pour réduire les dépenses publiques. Rien en matière de politique internationale, sur laquelle elle n’a visiblement aucune idée (…). Comme Nicolas Baverez l’a dit de son prédécesseur à la tête de la région Poitou-Charentes, Ségolène “ne fera rien”. C’est peut-être la raison pour laquelle elle rassure tant."

Michel Janva

Partager cet article

8 commentaires

  1. Monsieur Roland Hureaux préfere sans doute un bon vieux trotskiste, genre Lionel Jospin à une social-libérale comme Royal.
    Libre à lui de choisir le pire!

  2. Et pourtant M Hollande ,première dame de France, ça serait croquignol.
    Il ferait la retape des pièces jaunes au bras de David Douillet….à ne pas manquer…

  3. @ Jean-MiMi
    Mais non… M. Hureaux parle de Marie-Segolene parce qu’elle est devenue l’egerie de medias de France (de guache comme chacun sait)… Pour contrer la Royal-mania degoulinante actuelles…
    Remarquez que “Francois 1er” (sic) a la manoeuvre pour un operation pieces jaunes ca peut etre drole…

  4. [Mais non… M. Hureaux parle de Marie-Segolene parce qu’elle est devenue l’egerie de medias de France (de guache comme chacun sait)… Pour contrer la Royal-mania degoulinante actuelles…]
    J’avais bien compris!
    Il n’en reste pas moins que “taper” sur Royal sert les interêts des plus gauchistes et archaiques du P.S. qui ont lancé une grande offensive anti-Royal afin de la remplacer par un autre candidat.
    Entre 2 maux je choisis le moins pire.Par conséquent je préfere le risque d’une victoire de Royal à celui d’une victoire d’un élephant troskiste, archao-marxiste gauchiste du P.S.
    C’est mon point de vue de français qui pense aux interêts de sa patrie.

  5. Il ne faudrait pas que la peur du trotskiste nous muselle…

  6. C’est justement parce qu’elle risque de ne rien faire que Mme Royal est la pire candidate des socialistes, d’un point de vue français patriote. Elle ne fera rien, elle, mais elle laissera faire sournoisement sa gauche, pour ne pas être débordée.
    Il vaudrait mieux lutter franchement contre un candidat de la vraie gauche, trotskiste ou non.
    La politique du “moindre mal” ne peut jamais conduire à la victoire, car elle est marquée dès le début d’une acceptation implicite de la défaite, dont la limitation est seulement recherchée. Cette politique fut toujours celle des partis démocrates chrétiens envers les partis socialistes. Cela ne leur a pas réussi et nous a menés tout doucement exactement où nous sommes arrivés aujourd’hui.

  7. Dans le genre moindre mal , imaginez un deuxième tour sans candidat patriote…..Serais-je un traitre si je n’appelle pas à voter pour la personne de droite ? Mon avis est que non …..on ne me fera pas le coup du rempart Sarkozy ( ou autre..) pour défendre la république contre l’hydre socialo-bolchévique…..

  8. Sans faire l’avocat du diable, je pense que si j’étais à la place de Ségolène Royal, je ne dévoilerais pas trop tôt mon programme en vue des élections.
    Pour l’instant, elle répond avec calme, sobriété et aisance avec le sourire aux diverses attaques de son aile gauche. Politiquement parlant, c’est une bonne tactique! Sans compter qu’elle passe bien dans les médias (pub pour son dentiste), ça lui permet de ratisser large (juste un constat).
    Je trouve bien de rassembler diverses informations sur les candidats potentiels de 2007, mais je reste réservé quant à la critique jusqu’à ce qu’elle dévoile véritablement son programme. Si elle reste démagogue jusqu’au bout, il faudra le relever. Si elle sort un programme plus ou moins bon, il faudra l’analyser. Pour l’instant, sans doute n’y a-t-elle pas intérêt. Non? Qu’en pensez-vous?

Publier une réponse