Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Ségolène Royal dans un rôle d’épouvantail

Jean Cochet, dans Présent, estime qu’il faut d’abord voter pour ses idées :

"Parmi [l]es indécis, il y a notamment un certain nombre d’électeurs du Front national, tentés pour un vote Sarkozy dès le premier tour. Pourquoi ces électeurs hésitent-ils ? Pour beaucoup, ce n’est certes pas par adhésion aux idées ou à la personne de Nicolas Sarkozy, mais par crainte d’une trop forte poussée de Ségolène Royal. […].

Nicolas Sarkozy, comme l’avait noté Jean Madiran dans l’un de ses éditoriaux, a trouvé le « ton » juste pour parler aux Français nationaux. […] Mais ce comédien, en l’occurrence Nicolas Sarkozy lui-même, ne cache pas qu’il s’agit d’un numéro d’acteur destiné à récupérer le plus possible les voix du Front national, et que derrière ce « ton » convaincant, il y a beaucoup de métier et de savoir-faire, mais aucune sincérité. Et surtout aucune volonté de réaliser, si peu que ce soit, le programme de la droite nationale. […]

Si c’est Bayrou, c’est-à-dire le candidat de la confusion, de la démagogie déguisée en vertu et finalement de l’impuissance, qui se trouve en troisième position, c’est lui qui fera le second tour. Bayrou nous donne donc une raison supplémentaire de voter pour Jean-Marie Le Pen".

Michel Janva

Partager cet article

1 commentaire

  1. Pourquoi voter contre untel ou unetelle ?
    Ne peut-on as voter pour quelqu’un ou pour son programme ?

Publier une réponse