Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Valeurs chrétiennes : Famille

Sévices sociaux

Le début de l'affaire des enfants de Gouvieux
remonte à novembre dernier quand les services sociaux décident de
récupérer 2 enfants placés en famille d'accueil depuis 5 ans
pour les placer dans un foyer. Motif : la famille d'accueil outrepasse
son rôle en donnant trop d'amour
. Sic. Une centaine de parents d'élève, épaulé par
le maire, se mobilise pour empêcher
cette décision. Devant leur détermination, les services
sociaux cèdent mais un mois plus tard la justice
confirme le placement en foyer des 2 enfants.  

La Cour d'appel d'Amiens a rendu son jugement ce matin : les 2 enfants de 6 et 11 ans vont pouvoir retourner
dès demain dans leur famille d'accueil. Seule nuance, la famille aura désormais le titre de tiers de confiance
mais plus de famille d'accueil.

Oui, cette affaire se passe en France.

Partager cet article

8 commentaires

  1. Tout ce qui ressemble à une vraie famille, est odieux à certains idéologues…
    L’enfant doit n’appartenir et n’être attaché qu’à l’Etat…Idéologie déja appliquée lors de la révolution française.

  2. Il faut savoir, qu’il y a quelques années, les enfants restaient dans la même famille d’accueil tout le long de leur enfance et adolescence.
    Aujourd’hui pour éviter le risque “qu’ils s’attache trop et qu’ils ne différencient plus leur vraie parents” la tendance est de les faire changer régulièrement de famille.
    J’ai bien aimé votre titre ………..

  3. dsl, : on va mette ça sur le compte de l’heure….
    – qu’ils s’attachent
    – leur vraie famille (au lieu de parent)

  4. Les services sociaux français sont à la pointe du progrès ! Et le secret a bien été gardé ! Ont-ils déposé un brevet?
    Leur machine ou leur méthode est révolutionnaire : ils arrivent à mesurer, quantifier l’amour donné…
    A ne pas mettre entre toutes les mains.

  5. Merci à malba de recadrer cette décision dans la politique idéologique menée au détriment des enfants. Merci du renseignement.
    La stabilité, l’amour, voilà le mal pour la “justice” française et les “psychologues”.

  6. Il arrive aussi que les services sociaux confient les enfants dont les familles rencontrent des difficultés que l’on éspère temporaires chez une assistante maternelle, qui est alors rémunérée par la Ddass. C’est une mesure temporaire, mais ce temporaire peut durer, même plusieurs années.
    Là encore, il y a quelque années, la même assistante maternelle pouvait se voir confier à plein temps des enfants plusieurs années .
    Désormais, la Ddass organise une rotation trimestrielle ou semestrielle des assistantes maternelles, pour éviter l’attachement, et préfère voir celles-ci dans une démarche lucrative dépourvue d’affect.
    Mon assistante maternelle, pour cette raison, a renoncé à cet agrément spécifique alors qu’elle avait exercé comme “nounou” pour la Ddass pendant des années, avec plaisir.

  7. Franchement, où est le mal si l’enfant s’attache à sa famille d’accueil. Cela veut dire qu’elle s’occupe bien de lui, lui offre une stabilité qui lui permet de s’épanouir.
    Un enfant qui reste dans sa famille naturelle, on ne va pas s’inquiéter s’il s’attache à tonton Jean ou à la petite mamie du coin de la rue qui lui parle toujours si gentiment.
    Je connais des personnes qui ont été placées étant enfants et qui ont gardé des liens avec leur famille d’accueil. Cela leur a été d’un grand secours dans la vie.
    Pourquoi veut-on priver des enfants qui ont déjà un handicap affectif d’une chance de trouver un équilibre ? Je crois que c’est parce que l’on considère l’enfant comme une béquille pour ses parents. Ca pourrait les peiner que leur enfant s’attache à quelqu’un d’autre qu’eux. C’est bien dans l’air du temps : un enfant si je veux, quand je veux et pour combler mon manque affectif. Il n’est jamais considéré comme une personne à part entière.

  8. En tant que pédopsychiatre je ne cesse de passer mon temps à dénoncer de tels abus.
    Quand donc les services sociaux et judiciaires de l’enfance comprendront-ils qu’un enfant déjà abimé par un abandon une carrence ou une maltraitance a nécessairement besoin de s’attacher pour grandir correctement psychiquement affectivement et intellectuellement?
    Tous les travaux menés sur ce sujet sont parfaitement clairs.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]