Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Sédation contre soins palliatifs

Le début du débat parlementaire sur la proposition de loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie (2e lecture) est en ligne ici. Quelques députés ont courageusement bataillé contre la sédation criminelle et pour les soins palliatifs. Parmi lesquels Marion Maréchal le Pen :

M. Jean-Frédéric Poisson :

"[…] Si l’on privilégie le respect de la vie sur la liberté individuelle, il ne faut pas toucher à la loi de 2005 ; dans le cas contraire, comme l’indiquait à l’instant M. Falorni, il faut aller plus loin – ou plus bas, selon le point de vue que l’on adopte –, jusqu’au bout de la logique selon laquelle on pourrait autoriser le suicide assisté ou l’euthanasie car c’est pour moi la même chose.

Au fond, quelle est l’intention de ce texte, une fois que l’on a décrit un cadre politique extrêmement complexe ? Une législation ou une avancée vers l’euthanasie que, visiblement, le Parlement ne veut pas, si j’en juge par le débat à l’Assemblée nationale et au Sénat en première lecture.

Je n’avais pas voté contre cette proposition de loi en première lecture parce que je considérais que les intentions de MM. les rapporteurs étaient faussées ou cachées. Au contraire, ils ont essayé de trouver la manière la plus équilibrée possible de répondre à l’invitation du Président de la République et à la mission qu’il leur avait confiée.

J’ai entendu qu’il fallait soulager la douleur et délivrer les patients d’un traitement que, pour une raison ou une autre, ils ne supportent plus. J’ai entendu que la pratique de la sédation servirait à empêcher la souffrance des patients, en cas de douleurs réfractaires. Mais tout cela figure déjà dans la loi.

Que modifie cette proposition par rapport à la loi de 2005 ? Trois éléments se trouvent modifiés, qui avaient justifié ma position lors du vote en première lecture.

La première modification concerne le caractère irréversible de la sédation. La sédation, bien que n’étant pas en elle-même une pratique à caractère euthanasique, porte la possibilité grave d’une dérive de cette nature. À ce titre, même si la loi peut distinguer la sédation d’une pratique euthanasique, il sera extrêmement difficile d’opérer cette distinction en pratique. En raison de cette dérive possible, le Parlement ne peut pas prendre le risque d’adopter une telle disposition dans la loi.

La deuxième modification a trait aux directives anticipées. La loi de 2005 prévoyait que le médecin les prend en compte ; la proposition de 2015 l’obligera à les suivre. Cette évolution montre, mes chers collègues, le désir de faire primer la volonté des patients sur la compétence et l’art des médecins. Je n’aime pas cette défiance à l’égard du corps médical. Quelle que soit l’appréciation qu’un patient peut porter sur sa propre situation, les médecins restent et doivent rester les plus qualifiés pour connaître celle-ci.

La troisième modification a trait à la nutrition et l’hydratation artificielle. S’il s’agit de soins, elles ne peuvent être arrêtées ; s’il s’agit de traitements, elles peuvent l’être. Ces dispositions, comme vous l’avez rappelé, monsieur Leonetti, figuraient déjà dans la loi de 2005 – je vous avais d’ailleurs interpellé en soulignant ce point problématique de la loi. En effet, lorsque le corps médical ne peut plus prodiguer à un patient la satisfaction de ses besoins vitaux, c’est-à-dire l’hydratation et la nutrition, où se trouve le principe du respect de la vie et de la satisfaction des besoins fondamentaux ?

Dans la mesure où ces différents points ne seront pas modifiés par le débat parlementaire, si j’en crois du moins la volonté du Gouvernement et de MM. les rapporteurs, il est probable que mon vote sera le même qu’à l’issue de la première lecture."

M. Jacques Bompard

"Ayant eu l’occasion de fréquenter le monde hospitalier au cours des derniers mois, j’ai pu constater que la médecine française est dans un triste état : elle souffre d’un déficit de chirurgiens, de médecins et même d’infirmières. Dans les campagnes comme dans les villes, on ne parvient plus remplacer les praticiens qui partent ; et ce n’est certes pas la suppression des éthiques médicales millénaires qui arrangera les choses.

Vous l’avez compris, je suis un adversaire acharné du présent texte, sans être toutefois de ceux qui plaident pour le maintien des dispositions actuelles : il aurait fallu, justement, supprimer celles qui remettent en cause le respect de la vie jusqu’à son terme naturel.

Avec l’article 1er, et c’est là toute sa prétention, vous entendez assumer jusqu’au bout le maintien des patients dans une situation de « dignité », haute et belle notion qu’il est intéressant de vous voir invoquer. En latin, la dignitas est l’estime, le mérite, la considération, le prestige. La vie en tant que telle recouvre donc bel et bien cette notion, et ce sans aucune béquille étatique. La vie s’intègre à un ordre naturel – même si je sais que cette expression vous choque –, lequel décide de son commencement et de sa fin ; d’où l’opposition essentielle à l’acharnement indu, mais aussi le devoir de rappeler qu’aucun homme n’a le droit de briser cet ordre : c’est ce qui fonde le refus du suicide dans toutes les sociétés.

Imposer à des étudiants et à des praticiens de se faire acteurs de la rupture de cet ordre revient à altérer en profondeur cette notion fondamentale, et cela contribuera à empirer encore la situation de la médecine dans notre pays."

M. Jean-Christophe Fromantin

"Il y a quelque chose d’un peu irréaliste dans ce débat. On est en train d’essayer de remettre les soins palliatifs à la place où ils doivent être, c’est-à-dire avant la séquence de fin de vie, comme cela a été rappelé. Pour autant, toutes les questions que nous posons pour nous assurer que tout est bien déployé pour la mise en œuvre des soins palliatifs sont contournées. Un collègue vient de demander si les choses étaient suffisantes dans les établissements pour personnes âgées. On sait bien qu’elles sont insuffisantes, mais on lui a répondu qu’une convention était prévue. À un autre collègue, il a été répondu que le déploiement des soins palliatifs était prévu dans les textes, alors qu’on sait très bien que les moyens financiers manquent. C’est extrêmement gênant !

Tout le monde reconnaît que les soins palliatifs sont importants, au cœur même du débat. On nous dit que leur développement est prévu dans les textes, qu’il y a des conventions, mais on sait très bien que, dans les faits, les services ne disposent pas des moyens, des personnels ni des dispositifs opérationnels qu’on serait en droit d’attendre. À chaque question sur les soins palliatifs, on nous apporte des réponses normatives, on nous dit que c’est dans les textes. On ne nous apporte aucune garantie, aucune assurance, aucun élément qui nous permette d’être sereins quant au fait que les soins palliatifs seront dispensés équitablement sur l’ensemble du territoire français.

Les intentions, les textes, les normes, les conventions ne suffisent pas. On ne peut aborder sereinement ces questions si l’on n’a pas des garanties sur ce que l’État, via les ARS, propose réellement en matière de fin de vie. On sait très bien que les soins palliatifs, aujourd’hui, ne sont pas à la hauteur des attentes des Français."

Partager cet article

10 commentaires

  1. L’Assemblée rejette l’aide active à mourir
    L’Assemblée nationale a rejeté une nouvelle fois lundi soir, par 35 voix contre 26, la possibilité d’une assistance médicalisée active à mourir, que soutenaient des socialistes et des radicaux de gauche.
    Dans le cadre de la deuxième lecture de la proposition de loi PS-LR sur la fin de vie, les députés ont aussi repoussé un amendement de l’écologiste Véronique Massonneau en faveur d’une assistance médicale au suicide.
    L’ensemble de ces amendements avaient reçu un avis défavorable des rapporteurs de la proposition de loi, Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (LR). Pour le premier, le risque en cas d’adoption était «qu’aucun texte» ne sorte finalement du Parlement. La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, avait aussi appelé à ne pas soulever d’inquiétudes dans la société par de tels «éléments d’affrontement à l’Assemblée».
    Déjà en première lecture en mars dernier, la même proposition avait été refusée par 89 voix contre 70.
    L’Assemblée a en revanche de nouveau voté lundi le «droit à la sédation profonde et continue» jusqu’au décès pour les malades incurables et dont le pronostic vital est engagé à court terme.
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/10/06/97001-20151006FILWWW00005-l-assemblee-rejette-l-aide-active-a-mourir.php

  2. – En 1998, la ministre Elizabeth Guigou assurait que le PACS ne mènerait jamais au mariage et à l’adoption homosexuels. « L’opinion n’était pas prête ! » a-t-elle déclaré en 2013.
    – En 1974, la ministre Simone Veil déclarait à propos de sa loi sur l’IVG : « L’avortement est un drame et sera un toujours un drame. Il doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue ». Aujourd’hui nous en sommes au droit et à l’encouragement à l’IVG pour Toutes. Atterrée, terrée et muette, Simone se souvient sans doute des cendres de la Shoah quelle a respirées…
    – Fin 2014 Manuel Valls a assuré que la GPA resterait interdite en France alors que sa ministre Taubira et les instances européennes contraignent la justice française à ignorer ce délit quand il est commis à l’étranger. On peut aisément imaginer comment cette incohérence sera résolue à terme, et Manu la Fureur expliquera que « l’opinion n’était pas prête ».
    – Octobre 2015 : au grand dam des promoteurs de l’euthanasie et du suicide assisté, la loi santé n’a pu aller au delà de la sédation profonde et continue et le respect de la décision du patient en fin de vie. Le 6 octobre sur France Inter, la ministre Marisol Touraine a déclaré comprendre leur déception mais a voulu les rassurer en déclarant : « Un chemin a été ouvert avec cette loi. Plus tard le législateur pourra avancer dans ce domaine …».
    Tout va très bien, Madame la Marquise !

  3. Qu’on ne vienne pas me dire qu’il n’y a pas une volonté de génocider les Français par tous les moyens imaginables: avortement, euthanazie, vaccins toxiques, malbouffe, OGM, etc.

  4. ED , ils ouvrent la boîte de Pandore et le chaos va se répandre au nom de faux prétextes dont le plus commun est celui de la liberté ; rien de nouveau sous le soleil ! Quand j entends ” liberté” , je traduis illico presto par ” pouvoir” illicite. ” argent” , ” manipulation” des foules et idéologie;occulte( pour ne pas froisser ….) rien à voir avec le véritable concept de liberté , qui consiste – même si on l a oublié- à rechercher la vérité dans toute sa plénitude ! Liberté qui ne peut être que chrétienne, bien entendu !
    Pour cette idéologie la culture de la mort à sciemment remplacé celle chrétienne, de la vie.

  5. Réalisme économique et puis c’est tout
    Pas rentable doit disparaître c’est tout,
    Comme dans les pays pratiquants la mort
    Sur ordonnance
    On pousse les malades à la mort
    Pas de traitement
    Pas de médecins etc…..
    Ps……… Conseillant la mort
    Sinon vous risquez de souffrir disent-ils …
    Invitation de la famille à aider le bourreau qui piquera à l’heure et jour
    Désirés(c’est plus facile pour lui).
    Soins palliatifs ne dépassent pas 28 jours
    C’est un peu plus de temps mais le principe est le même
    Sauf erreur.
    Des pays qui tuent leurs enfants donc le plus faible
    Ne doivent rien espérer de ces services
    Pour les autres …..

  6. Ça fait plaisir de constater que madame Marisol Touraine est toute à l’écoute du discours de Marion Maréchal Le Pen. Et merci au caméraman de l’avoir souligné.

  7. Je sais au moins que mes enfants ne demanderont pas mon euthanasie .
    Ils ont les mêmes opinions que moi , et de toutes façons je ne possède pas grand chose , donc , pas d’ héritage à la clé …

  8. Brillante intervention de Madame Maréchal-Le Pen.

  9. Jean-Frédéric Poisson a indiqué qu’il avait refusé de voter pour la proposition de Loi en permière lecture (cf. vidéo de l’intervention du député) et non comme vous l’indiquez à tort dans votre comte-rendu de son intervention “Je n’avais pas voté contre cette proposition de loi”, ce qui laisse entendre soit qu’il s’était abstenu, soit qu’il avait voté en faveur de la proposition.

  10. 2012 :” Le programme de M. Hollande est le plus proche des valeurs évangéliques”
    Clergé et fidèles ayant accès aux médias durant la campagne des présidentielles.
    C’est vrai qu’on a vu plus spectaculaire depuis …

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services