Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Scolarité : le nivellement par le bas

La FCPE et l’Institut coopératif de l’école moderne (ICEM), pédagogie Freinet, propose de supprimer les devoirs des écoliers à la maison. Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE, justifie :

« Parce que les devoirs à la maison n’ont jamais prouvé leur utilité pédagogique. Si l’élève n’a pas réussi à faire un exercice à l’école, je ne vois pas comment il réussirait chez lui. En fait on sous-traite aux parents le travail qui devrait être fait en cours. »

Mais les parents n'ont-ils pas besoin d'être impliqués dans les progrès scolaires de leurs enfants ?

Autre raison invoquée, selon Catherine Chabrun, présidente de l’ICEM :

« Ça renforce les inégalités. Toutes les familles n’ont pas le temps ou les connaissances nécessaires pour faire plancher leur progéniture. »

Comme certaines n'ont pas le temps ou ne sont pas capables, il faut niveler vers le bas. Sic.

Partager cet article

18 commentaires

  1. Ce n’est pas complètement faux. J’ai l’expérience de devoirs à la maison non seulement insipides mais trop importants et cela me laisse dubitatif. D’autant que je préfère compenser à la maison avec mon enfant avec des enseignements plus personnels. Si l’école surcharge mon fils de devoirs à la maison, devoirs souvent obscurs, elle m’empêche de lui enseigner et de compenser à la maison en phagocytant tout son temps et le mien. C’est une forme de totalitarisme de l’école qui envahit le temps de la maison. Je ne vois pas très bien quel est votre point de vue dans tout cela au vu de votre post, mais le fait est que l’école n’a pas à accabler les enfants de devoirs à la maison. Et que l’on pourrait bien s’en passer. Ils les ont quand même 8H par jour !

  2. L’école en elle même est stigmatisante, elle met en valeur des forts en thème, alors que d’autres élèves ont des difficultés.
    Je propose donc dans un premier temps de supprimer toute évaluation, comme on dit dans le jargon EN.
    Puis dans un second temps de supprimer l’école et de laisser l’enfant libre de la construction de ses savoirs. Il faudra bien entendu lui aménager des temps de récupération et donc laisser en libre-service poste de TV, consoles de jeux etc

  3. Ben c’est sûr. Toutes les familles étant différentes, ça créé des inégalités. Il faut donc au plus vite retirer les enfants des familles, pour que l’état s’en occupe de façon égalitaire ! Et dire qu’on en est encore là en France au 3 ème millénaire…

  4. “Ça renforce les inégalités.”
    donc il faut niveler par le bas ! !
    C’est énorme.
    Quant à la FCPE, c’est toujours la même idéologie de retirer l’éducation aux parents.
    Personnellement, je suis bien content de pouvoir faire faire sa lecture à mon fils en CP et ainsi constater ses progrès ou ses difficultés.

  5. On a déjà eu le smic du collégien avec le socle commun, puis le smic du lycéen avec la nouvelle réforme, sans parler de la cata dans le primaire. Mais apparemment, on n’est toujours pas rendu assez bas. A quand la création d’un collège à deux voies: technique d’un côté et général de l’autre et la mise en valeur de l’apprentissage ?

  6. Comme manifestement tous les instituteurs ne sont pas capables de faire apprendre à lire et à écrire à leurs élèves, je propose de faire cesser cette discrimination insupportable et de repousser l’apprentissage à la 6e.
    Le primaire servirait uniquement à la socialisation des enfants afin qu’ils intègrent au plus les bonnes règles de la vie en société.

  7. “certaines n’ont pas le temps ou ne sont pas capables”
    Toujours cette “culture de l’excuse” !
    Il s’agit surtout d’un désintérêt de beaucoup de parents pour l’éducation et l’instruction de leurs enfants.
    La gratuité de l’enseignement n’est-t-elle pas possiblement une des raisons de ce désintérêt ? “Ce qui est gratuit n’ayant pas de valeur” aux yeux de parents intellectuellement limités.

  8. la différence de niveau et d’aptitude des enseignants = la première des inégalités !

  9. les devoirs à la maison pallient surtout le temps perdu en classe . Si les enfants travaillaient véritablement pendant 7 ou 8 heures par jour, ils auraient beaucoup moins besoin de devoirs à la maison.A preuve le temps de travail des élèves scolarisés à la maison, bien moindre pour souvent un meilleur résultat. Que de temps perdu à l’école par les mises en scènes ludiques ,ou à essayer de faire régner un semblant de discipline.

  10. J’ai entendu cela aux infos ce matin, et j’ai pu faire exactement la même analyse de la situation que vous…
    Vu que les parents sont devenus en grande parte, grâce à un travail de sape de longue haleine, incapable de faire faire des devoirs à leurs enfants (par manque de connaissances ou de temps), il faudrait interdire à ceux qui le font encore de le faire.
    Sinon cela serait inégal.
    Terrible monde où l’égalitarisme détruit la possibilité de certains de s’en sortir mieux que d’autres.

  11. Je pense aux heures que nous passons mon épouse et moi pour accompagner nos 4 jeunes enfants dans leurs devoirs, comme beaucoup d’autres, et aux heures qui suivent leur coucher ou il faut “rattraper” le ménage ou le boulot… et je soupire.

  12. Tout à fait d’accord avec mimi.
    Le travail à la maison remplace ce qui n’a pas été fait en classe . C’est vrai que cela prend du temps de devenir un éco-citoyen responsable ou l’apprentissage du respect des différences qui nous enrichissent. Du coup , les enseignants (auxquels je ne jette pas la pierre , la plupart essayant de bricoler dans leur coin en jonglant à les injonctions paradoxales provenant de leur hiérarchie ) ne peuvent assurer l’apprentissage des notions fondamentales.
    Souvent , pour chaque notion étudiée , on ne trouve qu’un ou deux exercices d’application . Des enfants s’en contentent sûrement mais ce n’est pas le cas de la plupart . Il faut donc retravailler la notion à la maison en inventant des nouveaux exercices .
    Par chance , mon épouse et moi-même disposons du bagage intellectuel permettant de réfléchir à de tels exercices , mais ce n’est pas le cas de tous les parents .

  13. Tout à fait d’accord avec “mimi”; qu’on laisse aux parents les activités ludiques et culturelles, et que l’école assure le minimum de ce qu’on lui demande, à savoir l’instruction. Eduquer un enfant, ce n’est pas avoir une relation conflictuelle tous les soirs autour des tables ou des règles de grammaire. Pourquoi devrais-je apprendre à mon enfant en difficulté ce que l’institutrice n’arrive pas à lui inculquer en 8h par jour? Il y a bien des façons de prolonger les apprentissages, et qui permettent une ouverture plus grande que la “religion citoyenne” rabâchée aux enfants; mais cela demande du temps et de l’investissement personnel, c’est sûr.

  14. On voit ici que la fameuse “Egalité” républicaine est surtout motivée par la jalousie. Il est évident que certains enfants ont la chance d’avoir des parents plus performants que d’autres, et après? Ils donneront peut-être de grands médecins ou ingénieurs utiles à tous.
    D’un seul coup on ne parle plus de la richesse de la diversité ! On ne veut “voir aucune tête qui dépasse” !
    De même certains appartiennent à une culture qui a inventé l’essentiel de la Mécanique quantique, tandis que d’autres appartiennent à des cultures qui n’ont pas inventé l’écriture… Et après? Ce qui fait la valeur de l’homme c’est le cœur et non les facultés cognitives! Einstein disait fort justement : ” Ne faites pas de l’intelligence une idole, elle a d’excellents muscles, mais pas de visage”; et Simone Weil (ne pas confondre avec l’avorteuse) enfonçait le clou : “L’intelligence n’a rien à trouver, elle a à déblayer, elle n’est bonne qu’aux tâches serviles” !
    Cette égalitarisme débile qui règne dans l’esprit républicain, et ruine la France, provient d’une vision matérialiste de l’humanité. Si tout s’arrête à la mort, il devient alors scandaleux que certains aient eu plus que d’autres… On prétend juger sur l'”avoir”.
    Au contraire dans une optique spiritualiste, c’est “l’être” qui compte. Peu importe alors que certains aient reçus plus de “talents” que d’autres, ils seront légitimement jugés avec plus d’exigence sur l’usage de cet “avoir”.

  15. Réglementairement, et ce depuis des dizaines d’années, le “travail à la maison” doit être uniquement oral.
    Les élèves passent 6 heures par jour (et non 8) à l’école, ce qui devrait suffire pour
    -apporter de nouvelle connaissances
    -s’assurer que les connaissances précédemment apportées ont été assimilées.
    Un “travail à la maison” devrait se limiter à demander de revoir ce qui a été vu en classe et pour lequel l’élève est censé savoir précisément ce qui est attendu de lui (relire -silencieusement? à voix haute?- un paragraphe du livre de lecture en C.P., un résumé d’histoire en C.M.; retrouver, sur une image muette, les mots qui légendent un schéma de sciences ou une carte de géographie; consolider la mémorisation d’un poème qu’on a commencé à apprendre par cœur en classe; …)
    Sinon, on vole à l’enfant un temps qui lui est dû:
    -à la maison pour lire des ouvrages extra-scolaires, échanger avec sa famille, jouer, tout cela étant fondamental pour son développement
    -en classe, le temps consacré à “contrôler” la pertinence de ce qui a été fait en dehors de l’école empiète sur le temps à utiliser pour du nouveau à mettre en place.

  16. A midi, sur RTL, une dame a dit que son fils passait 6 h à ses devoirs, d’autres 3 h seulement, donc il faudrait déterminer les devoirs d’après les élèves les plus faibles et non le contraire. Elle a été longuement entendue.
    Il devrait y avoir des leçons, mais pas de devoirs, si les cours étaient bien faits et non dans un but “pédagogique”.

  17. A quoi bon polémiquer. Il n’y a plus rien, strictement rien à attendre de cette éducation nationale, rien… A part le contraire de ce que nous souhaitons.

  18. Le problème des devoirs à la maison revient toujours en boucle !
    En primaire l’acquisition de la lecture reste primordiale et c’est beaucoup plus lié à une méthode, qu’une compétence d’un enseignant. L’entraînement le soir reste la règle, tout commme pour les apprentissages fondamentaux : tables de multiplication,les conjugaisons…
    A partir du collège, le creuset entre le public et le privé fait toute la différence : pour le premier on nivelle par le bas et le second par le haut… Quand pour le premier, il y a très peu de devoirs à la maison, alors que pour le second il faut y passer beaucoup d’heures !
    Les résultats ne sont plus les mêmes non plus !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services