Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Salles de shoot : et pourquoi pas des bordels ?

DLe député PS de l'Essonne Jérôme Guedj et le député UMP de Paris Bernard Debré ont débattu sur l'opportunité d'ouvrir des salles de consommation de drogue. Jérôme Guedj justifie cette "politique sanitaire et sociale"
pour protéger les toxicomanes et éviter qu'ils ne se droguent "dans des
cages d'escalier
". Réplique de Bernard Debré :

"La logique voudrait à ce moment-là qu’on ouvre les bordels, c’est la même chose ! (…) Vous allez me dire, ça a été fait aussi en Belgique et ailleurs d’ouvrir
les maisons closes parce qu’on voit des femmes et des hommes dans une grande précarité qui vont aller au bois de Boulogne et au bois de Vincennes …

Le journaliste relance : "Ce serait pour éviter les viols, la violence, le sida ?". "Bien entendu !", répond Bernard Debré, qui rappelle qu'il est défavorable à l'ouverture des maisons closes.

À tous les lecteurs du Salon Beige en France, j’irai droit au but : pour poursuivre son travail le Salon Beige a besoin de vos dons. Le combat culturel que nous menons est violent et nos opposants disposent de moyens infiniment plus importants que les nôtres. Nous sommes en permanence ciblés par des personnes et des groupes qui savent utiliser l’argent, les médias et … la justice pour nous combattre et nous détruire.

Oui, notre existence dépend de vos dons. Nos besoins ne sont pourtant pas immenses, loin de là !
Il suffirait que chaque année 3 000 personnes fassent un don ponctuel de 50 € ou bien que 1 250 fassent chaque mois un don de 10 € pour que l’existence du Salon Beige soit assurée !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule.
S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

8 commentaires

  1. Et pourquoi pas des piaules dans les lycées, car pauvres élèves, ils doivent se cacher des parents ; les toilettes, c’est pas hygiéniques, et l’hiver, c’est pas marrant de faire ça sous un porche ou dans un buisson.
    Nan mais quoi encore ?

  2. La “veuve qui clot” va se retourner dans sa tombe !

  3. J’ai écouté l’émission, ce moment là a donné lieu à un beau tollé car peu ont compris tout de suite que ce n’était pas à prendre au 1er degré !
    Pourtant, ce serait qu’une suite dans LEUR logique.

  4. La comparaison est provocatrice, mais elle n’est pas du même esprit
    Nous devons le création des “bords de l’eau”
    à saint Louis, mais dans un esprit tout autre que celui des salles de shoot!

  5. Il faut aller plus loin et créer des mouroirs : ce serait un lieu où l’on mettrait les vieux et les personnes malades qu’on fait d’habitude crever illégalement dans les hôpitaux par des personnels « soignants » mal formés.
    Le personnel serait formé : on l’appellerait exécuteur des hautes œuvres ou bourreau. Ils utiliseront un appareil moderne mis au point par la Révolution pour ne pas faire souffrir les patients : on l’appellerait la Veuve ou guillotine.
    Ainsi, on humaniserait tout cela afin de rendre tout cela légal : il n’y aurait pas de dérive puisqu’on pourrait même mettre un représentant des députés pour vérifier que tout va bien…
    D’ailleurs, ce serait un bon en avant pour la société, à tel point qu’on pourrait appeler cette période par un nouveau nom tellement la société serait transformée (je propose la Terreur II ou le Retour de la Terreur mais je ne suis pas très doué pour baptiser ce genre de chose…).
    Et qui dit que l’histoire ne repasse pas les plats ?
    Juste les ignorants en histoire…

  6. @PK :
    Faire comme dans le film :
    Soleil vert ?!
    En voilà une idée que certains aimerait mettre en œuvre.

  7. Vieille tactique, critiquer la drogue au départ, les esprits s’habituent à la chose, puis pousser le bouchon par petites touches, et au final on en arrive à des mentalités abominables qui au lieu de relever les personnes, les font tomber plus bas.
    Tristes sires que ces individus qui finissent par laver le cerveau des personnes. Nous avons besoin d’Hommes dignes, fermes, pas de ces espèces d’hommelets répugnants et criminels.

  8. Allumer le feu aux quatre coins , et accourir en pompier sauveteur pour éteindre l’incendie ….
    Ou faussement dénoncer un fléau , faire semblant de combattre , pour enfin arriver au galop en moralisateur ….
    PFFFF…. minable !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services