Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Salaires : les femmes gagnent-elles moins que les hommes ?

Lu sur Contrepoints :

S "d’après les associations féministes […], les femmes touchent 20% de salaires en moins qu’un homme à travail égal… Les faits et la logique montrent pourtant, de façon répétée, qu’il n’en est rien. […] La manipulation est simple : on prend, pour un secteur donné, toute la masse salariale des femmes et on la divise ensuite par leur nombre. On fait de même côté masculin et on compare les deux. Youpi, la comparaison ne laisse aucun doute : les femmes gagnent moins que les hommes «en moyenne».

C’est évidemment une parfaite escroquerie intellectuelle puisqu’on n’a pas tenu compte des anciennetés, des parcours professionnels, des différences de temps de travail à la journée et dans l’année, des éventuels barèmes… […] On note ainsi que les taux de chômage (aux US, dans le cas qui nous occupe ici) sont plus haut pour les hommes (9.3%) que pour les femmes (8.3%). De plus, le taux d’hommes employés a plus chuté pendant l’année (de 71.4% à 70.4%) que pour les femmes (de 58.8% à 58.3%) ; ces chiffres montrent qu’il y a alors plus d’hommes découragés dans leur recherche d’emploi que de femmes. […]

Si l’on choisit la version féministe, on mettra rapidement ces disparités sur le dos d’une méchante discrimination ardemment défendue par les vilains patrons, majoritairement turbolibéraux […]. Si on s’en tient aux éléments statistiques collectés avec soin, on se rend compte que la thèse Méchants Patrons et discrimination sexiste… ne vaut rien : les femmes employées à temps complet travaillent en moyenne 8.01h par jour, à comparer au 8.75h pour les hommes… Et cette différence de 9% pourrait expliquer, au moins en partie, une différence salariale.

Un autre élément à prendre en compte et très vite oublié par certaines activistes est le type de travail qu’occupent les hommes et les femmes. Et bingo, statistiquement aussi, un nombre de femmes — suffisant pour être visible sur les grandes masses de populations observées — choisit un travail un peu moins bien rémunéré mais aux horaires plus réguliers et aux conditions mieux adaptées à leurs demandes. Les hommes, a contrario, choisissent des jobs un peu plus risqués, un peu mieux rémunérés mais aux contraintes plus fortes. Cela se traduit d’ailleurs directement dans les accidents sur les lieux de travail, avec une sur-représentation masculine. […] Enfin, à ces éléments statistiques s’ajoute un élément de logique : puisqu’il semble de notoriété publique que les femmes touchent donc systématiquement moins que les hommes à travail égal, pourquoi diable les patrons continuent-ils d’employer des hommes, plus cher de 20 à 30% ? Les employeurs seraient donc assez malins pour discriminer activement les femmes et les empêcher d’accéder aux postes mieux rémunérés, mais trop sots pour le faire avec les hommes."

Partager cet article

6 commentaires

  1. On peut également constater dans certaines professions libérales où chacun peut gérer sa carrière comme il l’entend que les femmes ont des revenus inférieurs aux hommes.

  2. “les femmes touchent 20% de salaires en moins qu’un homme à travail égal”
    Ca me rappelle les contestations “un professeur certifié a plus d’heures à faire et est moins payé qu’un agrégé pour le même travail”
    Est-ce vraiment le même travail? (dans un cas comme dans l’autre).
    Les statistiques en la matière sont très délicates.
    La remarque de “tol” nécessite de savoir
    -si dans ces professions les femmes consacrent autant d’heures que les hommes
    -si les “revenus inférieurs” constatés sont des revenus globaux (mensuels, par exemple) ou horaire
    -si les tâches assumées sont effectivement comparables
    et peut aussi s’interpréter: “les femmes sont moins performantes que les hommes, normal, elles ont toujours à se partager entre trop de sollicitations!”
    Fut un temps où l’on considérait que les femmes étaient plus fréquemment absentes de leur travail que les hommes, et la première explication avait été “évidemment, les grossesses”. Sauf que
    -les grossesses ne sont pas décomptées comme absences
    -certaines catégories professionnelles ont un taux d’absence plus élevé que d’autres… que les femmes y sont sur-représentées … et que si on compare à catégorie professionnelle égale, la statistique est dans l’autre sens!

  3. Je peux attester. Beaucoup de métier se sont féminisés…et donc les femmes ont moins d’ancienneté que les hommes. Par exemple les réseaux de visiteurs médicaux des laboratoirs pharmaceutiques. Dans ma dernière situation, 3 hommes sur 15. Dont 2 en fin de carrière, avec des salaires très supérieurs aux autres. Mais, comparé à certaines de des jeunes collègues prêtes à TOUT pour réussir, mon salaire, à ancienneté égale, était plutôt de nature à faire mentir les statistiques.

  4. c’est toujours intéressant de voir les contestations de statistiques, tant sur l’article que sur les commentaires
    les stats sur les arrivistes manquent peut-être pour juger? je pense comme Oktavius..

  5. La dernière remarque de l’article m’amuse….
    Effectivement, comment se fait-il qu’il y ait encore tant de patrons, dont le principal job est de gagner de l’argent et de gérer au mieux leur entreprise, qui n’ont pas encore réussi, peu à peu à remplacer tout les employés hommes par des employés femmes, payés moins cher !
    C’est tellement évident que l’on n’y pense pas ! C’est souvent sur des points comme celui-là, assez simple finalement que l’on peut répondre à la désinformation de groupuscules sexistes/féministes.

  6. Je ne peux qu’être d’accord avec cette présentation qui est l’offset d’un précédent post, mais l’on ne reproduira jamais assez la vérité sur cette question et l’on ne dénoncera jamais trop ce mensonge … d’état, puisque’il faut bien dire -aussi- ce qui est : ceci n’existerait pas si l’état donnait les chiffres convenables (rappellons que l’INSEE est une direction du Ministère des Finances)
    Ma position n’est pas et je crois aussi celle ceux qui soutiennent le droit à la vérité, une position “anti femmes” mais une volonté de ne pas voir les femmes instrumentalisées par la haine contre les hommes au profit des multinationales : le féminisme comme le marxisme est en réalité une idéologie de pouvoir comme une autre.
    Il faudra faire cependant une grosse modification à ce qui est dit et commenté : Les féministes n’affirment plus comme autrefois que les salaires seraient moindre pour les femmes …à travail égal mais “en moyenne brute”
    Comme personne ne sait exactement ce que cela signifie les commentaires reprennent alors à tort l’ancienne version que l’on accusera ainsi de tentative de manipulation.
    Comme il est dit dans le post sont mélangés les différents horaires, la dangerosité des emplois, l’éloignement, mais aussi les primes de “gamelle” ou de temps de transport, etc.
    Ainsi les féministes sont bien en peine de sortir deux fiches de paie d’une même entreprise ou d’un même segment de marché” qui prouveraient leurs affirmations.
    La réalité est qu’une immense part de la population sans cesse en augmentation est payée au smic ou si peu au dessus, qu’elle soit composée d’hommes ou de femmes.
    Voila comment on cache la vérité : en laissant à penser aux unes que les hommes les maltraitent financièrement et aux autres qu’ils devraient se trouver heureux de gagner plus. Scandaleux!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services