Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Rwanda : lettre ouverte du Gal Dary au LCL Ancel

Lettre au LCL Guillaume ANCEL - VF - copie Capture d’écran 2018-03-21 à 20.51.37

Partager cet article

9 commentaires

  1. Lettre magnifique. Réponse à faire lire et relire dans nos écoles.

  2. On n’a pas beaucoup vu de militaires, notamment des forces spéciales s’offusquer quand on les a envoyé détruire la Libye , puis la Syrie ! Pour rappel, selon les lois internationales, il n’y avait que la Russie à pouvoir se trouver sur le sol syrien car autorisé par son président Assad.
    Au lieu de défendre les frontières françaises, ces soldats ont participé à son Grand Remplacement, pactisé avec le diable (al nosra, Daesh).
    Le Gal Dary ferait mieux de ne pas trop soulever la poussière sous le tapis du musée de Coetquidan.

  3. Il parait qu’en Libye, pays peuplé de 6 millions d’habitants, la France n’a pas respecté le couloir humanitaire prévu par l’ONU. Elle en a même profité pour détruire le pays et le voler. Les lingots d’or ont disparu et à Benghazi, une banque du circuit “Rothschild” s’y est installé, confisquant tout l’argent de ce peuple. On parle même d’un certain président Sarkozy qui n’aurait pas remboursé l’avance d’argent prêtè pour l’aider à devenir président. Amusant, pour une fois, les médias ne pourront pas dire que ce sont les Russes qui ont contribué à cette élection.
    Grâce à nos militaires, les migrants ont pu venir en Europe par bateaux entiers, et cela dure depuis plusieurs années. C’est ce qu’ils appellent défendre les frontières de la France. A y regarder de plus près, sans armée, le pays s’en serait porté mieux. Il ne serait pas aujourd’hui envahi.
    Salutation au Gal Dary et à son armée qui s’en prend à un pays ayant 11 fois moins d’habitants sans véritable raison ! Quelle gloire ! Ces militaires méritent tous d’être enterrés aux Invalides du cerveau.

  4. Je ne connais pas les détails intimes de l’opération Turquoise et de l’affaire du Rwanda. A priori, le Gal Dary semble ne pas les connaître non plus, ou ne veut surtout pas se prononcer, puisqu’il ne s’aventure pas le moins du monde sur le fond de ce qu’a pu écrire M Ancel, qu’il renvoie au jugement des historiens. C’est donc la forme qui semble choquer son éthique d’officier. On peut légitimement trouver inélégant le fait de désigner les protagonistes par leurs noms modifiés en anagramme. En revanche, il est assez paradoxal de lire un général d’armée, plus haut rang de nos officiers généraux, ayant fait benoitement une brillante carrière en dépit des forfaitures de la France au Kosovo et en Libye (Dary avait quitté le service avant la Syrie), faire grief à un officier plutôt “bien parti” dans la carrière mais l’ayant quittée assez rapidement, l’ayant donc en quelque sorte, sacrifiée, et ayant pris le risque, lui, d’un nouveau départ dans la vie civile… D’ailleurs on peut formuler l’hypothèse que ce choix pourrait être lié à l’expérience, pour lui apparemment amère, du Rwanda…
    On aimerait aussi savoir en quoi Ancel se parjure, puisqu’on ne nous dit rien sur le fond. Et si le parjure consiste en la remise en cause des ordres légaux reçus et exécutés par l’armée française au Rwanda (là encore hypothèse puisqu’on ne nous dit rien), alors à quoi bon vanter les mérites d’un officier passé à la dissidence gaulliste pour mettre en cause l’auteur.
    Cette lettre n’a donc guère de cohérence, et elle semble beaucoup plus destinée à formater un public de classes préparatoires à Saint-Cyr, qu’à faire réfléchir un auditoire de gens voulant débattre du fond au-delà des symboles du romantisme saint-cyrien (qui a son utilité, n’en disconvenant pas). A cet égard elle illustre ce dilemme d’une certaine bourgeoisie militaire, souvent brillante intellectuellement et aussi dans la “tringlerie professionnelle”, mais qui peine, par conformisme et confort, et aussi parce que le système lui renvoie une image positive, à franchir le Rubicon d’une critique radicale du régime républicain auquel l’armée est soumise, et ne devrait finalement l’être en dernier ressort que dans la limite du salut de la France.
    Pour terminer, précisons une nouvelle fois que ce commentaire ne se prononce absolument pas sur le fond de l’affaire rwandaise, qui n’est pas ici en jeu.

  5. Voilà un général qui nous parle de l’éthique de l’officier. Jusqu’à maintenant elle consistait à suivre aveuglément les ordres de politiciens malsains et encourageant les mauvaises mœurs. Vous parlez d’une drôle d’éthique ! Qu’un adulte soit obligé de s’abaisser ainsi pour gagner son pain quotidien, cela est bien triste.
    L’armée est faite pour défendre le pays, pas pour lui nuire comme elle le fait maintenant.

  6. Je lis certains commentaires “en diagonale”, je les relirai dans leur intégralité d’ici peu.
    Mais, immédiatement, je suis choquée de lire certaines informations erronées à mon avis, car, à ma connaissance, aucun militaire français n’a foulé le sol lybien, ni le sol syrien.
    L’armee de l’air est intervenue en Lybie, certes, mais l’armée de terre n’est intervenue, ni en Lybie, ni en Syrie.
    C’est bien de donner son avis, d’argumenter, mais avec des informations véridiques, c’est mieux !!!

  7. Deedee , croyez vous un seul instant que les forces speciales ne soient pas intervenues ? Il faut bien du monde à terre et sur place pour designer les objectifs . Ils ne vont pas s en vanter aupres des medias.
    Pour le fond, on voit le grand ecard entre l ethique et la déontologie noble d une ecole d officiers et la réalité républicaine machiavélique des politiciens . On ne se bat plus pour de bonnes causes si ce n est pour une cause faussement humaniste donc gnostique. Ce grand ecard est accablant et insupportable. Ainsi on voit un cema , qui jeune capitaine a ordonné de charger contre des serbes , au kosovo , nos alliés naturels , tout ca pour in fine un mandat de protection des bosniaques muzzs . On se trompe de combat . Pire , nous sommes du cote de l ennemi et c est grave de ne pas en prendre conscience.

  8. Deedee
    J’ai mes propres informations, et je peux vous dire que l’armée française a participé aux deux guerres, du côté des intégristes. La première sous l’ordre de Sarkozy, l’autre sous Hollande. Et en Ukraine, les Français étaient alliés avec les neo-nazis.
    A ce propos vous remarquerez que c’est toujours le même juge d’instruction qui s’occupe de Sarkozy ! L’un des magistrats instructeurs, Serge Tournaire, avait déjà mis Nicolas Sarkozy en examen dans l’affaire Bygmalion et instruit également le dossier Fillon. Bizarre ! Vous avez dit bizarre. Comme c’est bizarre.
    https://fr.sputniknews.com/international/201803221035613484-le-pen-affaire-sarkozy-guerre-libye-kadhafi/

  9. A Deedee
    Vous semblez être un néophyte en la matière. Cela se voit à la manière dont vous écrivez la Libye ! Quelqu’un qui connait un peu le sujet ne l’écrit pas de cette façon “Lybie”.
    http://www.lemonde.fr/syrie/article/2017/07/20/une-agence-de-presse-turque-devoile-l-emplacement-de-forces-speciales-americaines-et-francaises-en-syrie_5162691_1618247.html
    Le 17 mars 2018, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a dénoncé la présence de forces spéciales états-uniennes, britanniques et françaises en Syrie ; une réalité que dénient Londres et Paris. « Cette présence signifie le fait qu’il ne s’agit plus d’une guerre par procuration mais d’une intervention directe dans la guerre », a-t-il insisté.
    https://reseauinternational.net/le-royaume-uni-tente-trois-attaques-chimiques-sous-faux-drapeau-dans-la-ghouta/
    https://www.youtube.com/watch?v=H8CNWbqmhDw

Publier une réponse