Russie : la démographie naturelle se stabilise

D'Alexandre Latsa :

"1991 a été la dernière année qui a vu
une hausse naturelle de population
(naissances – décès) avec 1.794.626
naissances et 1.690.657 décès soit une hausse de population de 103.969
habitants. A partir de cette année 1991, la Russie est entrée dans le
cycle démographique infernal
de la croix russe,
c'est-à-dire une faible natalité et une forte mortalité. Le nombre de
naissances est tombé à 1.214.689 en 1999 contre 2.144.316 décès, soit
une perte nette de population de 929.627 habitants. Le nombre de
naissances remontera
ensuite, n’atteignant de nouveau le niveau de 1991 (plus de 1,7
millions de naissances) qu’à partir de 2011. Quand aux nombre de décès,
il restera très élevé et supérieur à deux millions également jusqu'à
cette année 2011, qui verra 1.925.036 décès.

[…] La Russie a cette année 2012 connu
1.896.263 naissances, contre 1.793.828 l’année dernière, soit une hausse
de 5,7% c'est-à-dire 102.435 naissances en plus
. La mortalité elle
continue à diminuer, puisque l’année a vu 1.898.836 décès, contre
1.925.036 décès l’année passée, soit une baisse de 1,4%, c'est-à-dire
26.200 décès en moins. Avec 1.896.263 naissances et 1.898.836 décès, la
Russie frôle
donc cette année l’équilibre naissances – décès, avec un solde négatif
de 2.573 habitants. Les grands froids historiques que le pays a connu
fin décembre ont cependant accru la mortalité, décembre 2012 ayant vu 2.698 décès de plus que décembre 2011. […]

Il
y a donc des raisons d’être plutôt optimistes. Tout d’abord le nombre
de naissances est dans une dynamique continue de croissance pendant que
la mortalité est elle au contraire en décroissance
. […]

Pour beaucoup d’analystes ces résultats sont déjà exceptionnels et supérieurs aux prévisions des démographes russophiles les plus optimistes.
[…]

De plus, le nombre d’avortements est en forte baisse, passant de
1,8 million en 2004 à moins de 850.000 cette année
. Enfin et peut être
surtout l’immigration (de résidence) est en baisse mais stabilisée à 250.000 / 300.000 entrées annuelles. […]"

6 réflexions au sujet de « Russie : la démographie naturelle se stabilise »

  1. PK

    Attention, les démographes ont une caractéristique unique dans les annales des statistiques : ils se trompent toujours…
    Il faut dire que, comme les climatologues, ils sont la plupart vendus aux Verts & consort, ce qui ne permet pas vraiment une doctrine saine et raisonnée…

  2. jejomau

    Quand la persécution va bientôt commencer en Europe entre des élites qui nous trahissent et la Turquie musulmane qui fera la pluie et le beau temps au sein de Bruxelles.. Nous pourrons au moins fuir dans un pays libre et chrétien !

  3. St Malô

    Chiffres forcés.
    L’avortement ayant autant baissé annuellement (de moitié) en 7 ans, pourquoi pas plus de naissances annuelles, mathématiquement ? Moins de conceptions, ou effet statistique ? avortement non remboursé et donc ”privatisé” ?
    Lé démographie est une science exacte, toutes choses étant égales, bien sûr.

  4. Latsa

    St Malô, car le nombre de femmes fécondes (=en age de procréer) diminue, elles sont 450.000 moins nombreuses en 2012 qu’en 1992.
    Également tous les avortements évités ne donnent pas une naissance, il y a de plus en plus de jeunes femmes qui soit font attention, soit prennent la pilule etc etc

Laisser un commentaire