Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Rueil-Malmaison : ils découvrent l’ambiance de la banlieue

Rueil-Malmaison : ils découvrent l’ambiance de la banlieue

Le Parisien raconte que la nuit de jeudi à vendredi a été particulièrement agitée dans le quartier Mazurières de Rueil-Malmaison, qu’un jeune homme a été blessé par une balle de petit calibre et un riverain passé à tabac.

C’est l’épouse de ce riverain qui témoigne sur Facebook (je n’ai pas corrigé le texte) :

J’écris à chaud ce post.
Ce soir, avenue de fouilleuse, 00h40 mon mari s’est fait tabassé par 3/4 jeunes qui font du bruits depuis plusieurs jours en bas de notre fenêtre, de la musique, barbecue mais surtout des lancées de feux dartifices à des heures tardives.

La veille j’ai appelé la police qui m’a envoyé balader en disant qu’ils ne pouvaient pas venir car ils avaient peur de se prendre des projectiles malgré que je leur précise que les jeunes ont mis le feux aux plantes dans l’allée.

Dans la journée il est gentillement allé leur demander d’arrêter, ils lui ont dit que c’était pas eux, c’était les petits et qu’ils allaient faire passer le message.

Ce soir de nouveau sous nos yeux, une personne jeune, de forte corpulence, qui se balade tjrs sur un scooter cheveux mi long casque de scooter gris foncé, lance ces fameux feux d’artifices, mon mari descend les voir, tjrs gentillement en disant à la personne “je t’ai vu lancé les feux d’artifices c’est toi alors que tu m’as dis que c’était les petits, franchement arrêtez il y a des familles tout autour de vous, vous réveillez les gens”. Le jeune homme nie, mon mari lui répond “te fou pas de ma gueule je t’ai vu depuis ma fenêtre” et c’est cette phrase qui a tout déclenché.

Les autres jeunes à côté se sont levés, ils ont dit à mon mari de ne pas mal parler, qu’ils faisaient ce qu’ils voulaient ici, que ça fait 22 ans qu’ils habitent ici et que personne n’a à leur dire ce qu’ils doivent faire ou pas. Mon mari a insisté en disant qu’il est venu gentillement et que le fait qu’ils habitent ici ne les autorise pas à gener les autres.

Il s’est alors pris des coups de poings, coups de pieds, coups de chaise pliante, il était au sol ils ont continué à le taper à plusieurs pdt plusieurs minutes, il a le nez fracturé, des cocards, des hématomes… 

J’ai crié de toutes mes forces qu’il est père de famille espérant qu’ils arrêtent, j’ai crié d’appeler la police (merci aux personnes qui l’ont fait) et d’autres jeunes sont venus pour séparer. Mon mari était au sol pendant d’interminables secondes, il a réussi à se relever avec l’aide de ceux qui ont séparé. Les policiers sont venus, ils ont appelé une ambulance en voyant son état, il est actuellement à l’hôpital.

Aucune interpellation, ils m’ont juste demandé l’identité des jeunes, j’ai expliqué que je ne les connaissais pas mais que je pouvais très clairement les identifier et qu’ils étaient encore en bas, le policier en question ne m’a même pas répondu, il a juste dit à mon mari de venir avec eux attendre l’ambulance.

Nous venons de nous installer depuis février à peine dans cet immeuble, je suis écœurée, c’est donc ça la banlieue ? les clichés disent vrais, la police a abandonné, les habitants n’ont pas leur mot à dire, les délinquants font leur loi, c’est donc ça Rueil-Malmaison ?

Il est 3h du matin ils sont encore dehors, juste à côté du centre commercial, en train de crier, de faire du scooter bruyamment, de rigoler, de raconter comment ils ont cassé la gueule à un “mec qui faisait le malin” (je cite) et surtout en train de lancer des feux dartifices encore et encore.

Porter plainte ? Pour que ça n’aboutisse pas et que ça envenime la situation ? Qu’il y ait des représailles.. ?

Il n’y a donc aucun recours ? on doit subir et se taire en silence ?

Je suis désolée de la longueur du post mais je suis sous le choc, en écrivant ici je pense qu’au fond j’espère faire bouger les choses concernant ces fichus nuisances qui ont commencé durant le confinement et qui se sont accentuées depuis quelques jours et qui sont à l’origine du passage à tabac de mon mari..

Partager cet article

20 commentaires

  1. La Police a peur et a des ordres, donc, ces gens sont abandonnés comme des centaines de milliers d’autres dans une majorité de banlieues noyautées par l’islamisme et les petits trafics, l’un nourrissant l’autre.

    J’encourage cette dame à monter une association de riverain, et à créer une milice privée, où les hommes par groupe de 15 ou 20, font des tournées chaque soir pour rétablir le calme et l’ordre. C’est la seule solution qui s’impose….

  2. Cette dame se plaint probablement parce qu’elle est raciste.
    Et si la banlieue de la diversité ne lui plaît pas, elle n’a qu’à habiter rue de Bièvre (5ème arrondissement).

    • Cette madame n’est pas du tout raciste, elle est là pour protéger la communauté, ces jeunes sont des gens qui n’ont rien à faire dans la vie et ils sont là pour chercher des ennuis. Si la police n’agit pas, il y aura des gens qui vont agir.

    • Regardez mieux les images dans son profil facebook, vous allez frémir.
      Mais bon, elle a raison, même si tout le monde sait qu’il est suicidaire d’intervenir seul comme ça et qu’il y a comme un parfum d’action militante et peut-être prosélyte, ça reste une pierre jetée dans une mer d’huile de passivité.

  3. Et puis d’abord, la police n’est pas là pour protéger les français (contribuables).
    Elle est là pour nasser les Gilets Jaunes et utiliser les armes chimiques, leur tirer des lbd dans les yeux.

    • Tout-à-fait exact.

    • Et aussi pour protéger les black-blocs et les trafiquants pendant qu’elle arrête les victimes.

    • Tout en haut il y a la banque
      en dessous pour cacher le vrai pouvoir, il y a le banquier, président actuellement mis en place par une propagande obscène, sous un prétexte de démocratie républicaine.
      Puis viennent les “forces de l’ordre” anciennement “gardiens de la paix” … comprendra qui veut. Qui servent à protéger les patins au dessus, mais qui font partie du peuple
      Puis dans la hiérarchie arrivent les casseurs, black blocs, diversitaires et autres anti-fa dont le rôle est de justifier la répression policière.
      Enfin le bon peuple de France, blanc et catholique, mâtiné depuis les années 80 et surtout contribuables.
      Le premier niveau ne compte que 1.000 ou 10.000 personnes et n’a qu’une peur : que le reste de la population mondiale le sache, à ce moment là, comme un seul homme, tous se retourneront.

  4. Ce sont les Hauts de Rueil-Malmaison, proche de l’hippodrome et de Suresnes, dans une partie pratiquement abandonnée par la police qui y apparaît rarement pour éviter “des provocations”…
    D’autres quartiers sont beaucoup plus résidentiels et beaucoup moins fréquentés par des “jeunes”.

  5. Oui ma chère Madame, c’est ça la banlieue. Vous vous imaginiez quoi ? Que tous ceux qui vous décrivaient les banlieues de façon négative étaient des racistes et des facistes ? Bienvenue dans le monde réel. Moi j’habite le “neuf trois”. Ce que vous décrivez, je connais parfaitement. Des “jeunes” qui prennent la rue, juste sous vos fenêtres, pour un bar, un saloon, une salle de fête. Alors c’est musique à fond, alcool, drogues, et on les entend beugler et rire comme des caves jusqu’à 3 heures du matin. Impossible de dormir. Les flics ? Ils ne servent à RIEN. Strictement à RIEN. C’est une zone de NON-DROIT. J’ai vécu cela pendant des années. J’ai téléphoné à la police des centaines de fois. Pendant le confinement, je ne me suis pas gêné: les flics intervenaient – ils n’avaient PAS LE CHOIX D’INTERVENIR. Cela s’est par contre énormément calmé depuis que “l’Alimentation Générale”, qui n’avait pas le droit de vendre de l’alcool mais qui leur en vendait jusqu’à 5 heures du matin, a fermée. Ben oui, les “jeunes” avaient le débit de boisson à 50 mètres ouvert 24h sur 24 pour leur donner à boire et nous pourrir la vie jusqu’aux aurores. C’est plus compliqué pour les “jeunes” depuis que ce tripot a fermé. Ils sont obligés d’aller courir à 1 km pour s’acheter à boire, et à 20 heures tout est fermé. Vérifiez, il doit y avoir une “Alimentation Générale” près de votre domicile.

    • @Alex67
      Une seule observation à votre excellent commentaire : vous parlez de “zone de non-droit”. Je préfère “enclave islamique soumise à la charia”, c’est plus conforme à la réalité. Et pas plus que la police israélienne n’intervient dans les enclaves palestiniennes, la police française ne pénètre dans ces enclaves musulmanes.

  6. Moi je suis en campagne, chez nous les gendarmes ne se déplacent même pas sauf pour protéger la racaille de souche…
    Leur niveau de corruption dépasse l’imagination et atteint les plus hautes sphères.
    Préfecture et TGI ne sont pas en reste pour s’en prendre aux victimes et assurer par tous les moyens l’impunité aux délinquants.

    Alors je ne crois pas que la situation soit meilleure qu’à Rueil bien au contraire.

  7. Si nous avions un gouvernement digne de ce nom, il enverrait la police mettre de l’ordre dans ces quartiers de non droit. Si la police n’était pas suffisante, la gendarmerie puis l’Armée viendrait en renfort. Et ces “jeunes” apprendraient enfin à vivre comme on doit vivre en pays civilisé !!!
    Mais comme le gouvernement est inexistant, que les forces de l’ordre ne peuvent agir sans consignes précises, que les voyous peuvent continuer à emmerder les riverains sans courir le moindre risque, je conseillerai à cette dame, même si cela n’est pas très courageux, de quitter ce lieu pourri pour laisser entre eux tous ces nuisibles.
    Evidemment, la solution préconisée par @pierrot est plus

  8. Je termine ma phrase :
    est plus vaillante mais plus téméraire aussi car si d’aventure, cette milice devait en découdre avec les “jeunes”, je ne suis pas sûre que la loi lui donnerait raison.

  9. J’habite rue kellogg à suresnes , et je peux confirmer qu’une minorité dérange les gens qui eux travaillent, je ne voie pas le rapport entre le fait de dénoncer un lynchage (3 contre 1) en disant que c’est du racisme. Malheureusement l’état abandonne , a part déménager vers un lieu plus civilisé , j’espère que le mari va se remettre et qu’il ne vont pas vous pourrir la vie à l’avenir, car ça ils savent bien le faire.

  10. dans ma résidence du neuf cube (93), nous, les papas, descendons tous dès qu’il y a grabuge. Arrive un moment où “nombre fait loi”.
    Pas d’arme, pas d’agression, pas de parole, rien, on occupe notre territoire.
    Groupe whatsapp et on descend.
    Est-ce parce que notre résidence est tranquille que nous descendons ou est-ce parce que nous descendons que notre résidence est “tranquille” ? C’est quand même une zone diversitaire et enrichie.

    • En plus ce sont des gens qui ont la particularité d’être très volubiles, grossiers et bagarreurs à 10 contre un. En face de papas déterminés, ils sont plus courtois.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services