Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société / Non classé

Rue d’Isly, le 26 mars 1962 : “Halte au feu ! Mon lieutenant, un peu d’énergie, mon Dieu ! Halte au feu !”

Rue d’Isly, le 26 mars 1962 : “Halte au feu ! Mon lieutenant, un peu d’énergie, mon Dieu ! Halte au feu !”

Après la décision d’engager la force Sentinelle pour l’acte 19 des gilets jaunes, beaucoup de commentateurs et spécialistes des affaires militaires ont affirmé sur les ondes que la dernière fois où l’armée française avait été engagée en maintien de l’ordre contre la population française remontait aux grèves de décembre 1947. Non, c’était il y a seulement 57 ans.

C’est oublier un terrible drame qui a fait près de 80 morts et environ 200 blessés lorsque qu’une section de tirailleurs a ouvert le feu contre des citoyens français à Alger, rue d’Isly, le 26 mars 1962. Cette amnésie est assez surprenante d’autant plus que l’anniversaire de ce drame sera célébré la semaine prochaine en toute discrétion par des associations de Pieds Noirs. Mais les Pieds Noirs n’étaient-ils pas les oubliés, les laissés pour compte de l’époque (surtout après leur arrivée en métropole où ils furent parqués dans des camps de concentration) un peu comme les gilets jaunes d’aujourd’hui ?

La fusillade de la rue d’Isly, appelée aussi le massacre de la rue d’Isly (aujourd’hui rue Larbi Ben M’Hidi), a eu lieu le  devant la Grande Poste de la rue d’Isly à Alger, département d’Alger.

Ce jour-là une manifestation de citoyens français, civils non armés, partisans du maintien du statu quo de l’Algérie française, décidée à forcer les barrages des forces de l’ordre qui fouillaient le quartier de Bab El-Oued en état de siège à la suite du meurtre de six appelés du contingent par l’OAS, se heurta à un barrage tenu par l’armée française qui mitrailla la foule. Le bilan est de 80 morts et 200 blessés. C’est un des derniers exemples de guerre civile entre Français. C’est selon l’historien Benjamin Stora un des exemples les plus marquants de la censure pratiquée pendant la guerre d’Algérie. Le gouvernement français n’a jamais reconnu sa responsabilité.

Partager cet article

9 commentaires

  1. Je ne me souviens pas de la fusillade de la rue d’Isly à Alger en mars 1962. J’étais trop jeune pour comprendre l’événement et vivais trop loin en métropole.
    Mes parents étaient partisans de l’Algérie française mais ne m’en ont pas parlé sur le moment.
    Les sources d’information étaient beaucoup moins nombreuses et bien plus contrôlées qu’aujourd’hui. Les médias alternatifs n’existaient pas.
    J’en ai su davantage plus tard en lisant ouvrages et articles.
    La troupe, qui a tiré sur une foule non armée, était composée de soldats non aguerris à des situations en ville. C’étaient surtout des ruraux.

    • Vous dites que la troupe qui a tiré sur la foule était composé de ruraux .certes mais de ruraux maghrébins censés combattre le FLN ds les campagnes ils étaient très aguerris mais pas formés au maintien de l ordre. Et tout laisse à penser que des soldats du contingent ou force de police française n aurait pas tiré sur leur compatriote
      Le choix délibéré de troupes maghrébines n était sans doute pas fortuit

  2. Les français ne connaissent absolument pas les faits de la guerre d Algérie et le fait que l armée française a tiré sur son peuple ex de la rue d isly et ensuite l a abandonné à son sort après le 19 mars ex les massacres d oran du 5 juillet 62, connivence gaullo communiste oblige, de Gaulle a bradé l Algérie et a abandonné les pieds noirs et les harkis quant aux communistes, ils ont aidé le fin par le biais des porteurs de valise et ont présenté les pieds noirs comme des salauds d exploiteurs d où le mauvais accueil qu’ ils ont reçu en arrivant en metropole

    • Le socialisme et donc le communisme est un fléau et une maladie mentale.
      les communistes et socialistes ont toujours trahi à travers les époques. Quant à de Gaulle je suis totalement d accord il a trahi avec la complicité des cocos qui lui ont permis de construire sa légende dans l histoire de France, la seule chose qui devait l intéresser réellement dû à mon avis à un égo surdimensionné alors qu’ historiquement parlant il ne mérite absolument pas ces éloges se contentant souvent de postures et de discours.

  3. Quelle tristesse ! Espérons que nos dirigeants actuels retiendront la leçon de l’Histoire : s’il advenait l’inverse, ils devront répondre de leurs actes devant la justice populaire.

  4. l’armée va t’elle faire de même contre les giletjaunes? ou rien comme au bataclan?

  5. cette faute est imputable au général commandant le Corps d’Armée d’Alger qui a refusé d’écouter le colonel commandant le 4° Régiment de Tirailleurs qui soulignait que désigner des Tirailleurs pour remplir cette mission était inapproprié; je pense que des Gendarmes Mobiles auraient été plus aptes à remplir cette mission sans drame!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique