Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Russie

Résurrection du scoutisme russe

Le scoutisme fut introduit en Russie par un capitaine de l’armée tsariste, Oleg Ivanovitch Pantioukhov. Cette relation étroite entre le mouvement et la garde blanche tsariste condamna les scouts aux yeux des bolcheviques. En 1922, les bolcheviques instaurèrent à la place du scoutisme une organisation similaire déclinée en trois niveaux : les komsomols (ou Jeunesses communistes) et les pionniers (10-14 ans) et octobristes (7-9 ans) pour les plus jeunes. La similitude  dans le découpage des âges avec la réforme des Scouts de France prête à interrogation… (le scoutisme traditionnel ne sépare pas les enfants entre 8-11 ans ni entre 12-17 ans).

Les pionniers avaient "repris plusieurs attributs, règles et traditions des scouts. Par exemple, à l’appel ’scouts toujours !’ ils répondent : ’prêts !’. On retrouve également le tambour, le clairon et les feux de camp. Les pionniers léninistes ont seulement troqué le lys de l’insigne scoute contre un bûcher, les foulards bleus ont pris la couleur rouge et la foi en Dieu a été détrônée par l’idéologie communiste."

Oratoire Le scoutisme authentique renaît aujourd’hui en Russie. L’un des aspects les plus remarquables est l’omniprésence des prêtres : "Rite d’initiation, consécration du camp, prières matinales et diurnes. De plus, les activités s’orientent en particulier vers la rénovation des églises et des temples." La Russie, avec Saint-Pétersbourg comme capitale du scoutisme russe, compte 6 grandes organisations qui se partagent entre 10 000 à 23 000 garçons et filles, accueillis dès l’âge de 7 ans.

Michel Janva

Partager cet article

20 commentaires

  1. Magnifique ! Il faudrait envoyer l’article à M. Yves Brunaud du quotidien PRESENT (quotidien que je lis avec enthousiasme pourtant depuis plus de 20 ans !) qui s’évertue à ne pas voir en Poutine un grand homme qui doucement remet la Grande Russie sur ses rails. Ne pourriez-vous le lui faire comprendre ? Car je l’inonde de courriels mais ça ne change rien…
    Amitié et bravo pour tous vos articles, particulièrement pour celui-ci.
    Une fervente admiratrice du nouveau Tsar.

  2. Au sujet du scoutisme russe, pris sur le site des scouts d’Europe :
    http://www.scouts-europe.org/communiquer/evenements/eurojam/takalir/takalir-6-aout.shtml
    Ça parle russe à l’Eurojam !
    En 1994, les Polonais invités à l’Eurojam découvraient la FSE. Ils cherchaient alors une association qui puisse les accueillir. Enthousiasmés par Viterbo, ils sont rentrés dès la fin de l’Eurojam dans l’AGSE, ont pris l’uniforme et demandé à organiser le prochain Eurojam.
    Cette année, des scouts et guides russes sont présents sur le camp. Pas encore intégrés aux Scouts d’Europe, ils sont là en observation. Mais pour comprendre leur présence, un bref rappel historique s’avère utile et intéressant.
    Le scoutisme russe est l’un des plus ancien pratiqués en Europe. En 1909, les scouts existaient déjà à Moscou et le tsarévitch lui-même prononça sa promesse. Le scoutisme d’alors s’organisait déjà en véritable association, avec de nombreux membres. Pendant les années de communisme (soit plus de 70 ans, de 1917 à 1991), il disparaît pour devenir un instrument de l’embrigadement bolchévique, un mouvement de jeunesse au service de l’appareil étatique. Pourtant, le scoutisme plus traditionnel persiste de façon latente, notamment grâce aux exilés. À la chute du communisme, en 1991, le mouvement scout reprend de l’élan sous leur impulsion et cherche les moyens de retrouver une structure cohérente et solide. Durant la période soviétique, l’athéisme a marqué les esprits ; aussi, cultiver une dimension spirituelle, respecter une tradition orthodoxe forte deviennent une priorité pour ceux qui cherchent à reconstruire le mouvement. Sur ce point, les scouts russes présents à Zelasko racontent avoir eu de nombreux contacts avec différentes associations mais avouent retrouver leurs principes dans ceux de la FSE. Ils apprécient énormément notre sens de la religion et notre respect d’un scoutisme héritier de BP. Étant profondément orthodoxes (ils sont venus avec leur pope), les scouts russes cherchent un scoutisme fondé sur une solide volonté d’éduquer au sens du religieux. De ce point de vue, l’OMMS leur paraît bien décevante.
    Cependant, les traditions dans nos deux pays restent assez différentes. Car si la non-mixité est un acquis pour les Français, les guides russes ont reconnu que les scouts leur manquaient ici ! En effet, lors des camps, les unités sont ensemble, se retrouvant pour les veillées, grands jeux et autres activités. Cette mixité est l’héritage d’une part de l’organisation scoute en exil — manque d’effectifs pour différencier les unités — et d’autre part de l’esprit égalitariste des jeunesses communistes. Or, quitter une association pour rentrer dans une autre nécessite d’abandonner des traditions… Imaginez que nous devions quitter nos uniformes comme cela leur est demandé !
    D’autre part, le scoutisme russe reste assez traditionnel et surprenant parfois. Ainsi, les classes sont occasions d’épreuves insolites ! Par exemple, aux trois plumes d’aigle correspondent trois semaines d’épreuves. La première consiste en une semaine de jeûne, la deuxième en une semaine de silence et la troisième en une semaine de raid avec seulement un couteau et une gourde ! Épreuves à replacer dans un contexte de tradition…
    Concernant la formation, les chefs russes sont vraiment avides. Car en France, nous avons la chance d’avoir une formation solide qu’ils nous envient ! La cheftaine russe nous disait qu’elle espérait vraiment pouvoir profiter un jour de notre compétence en la matière. Comme elle le rappelle, pour faire grandir des jeunes, pour leur donner le maximum, il faut un minimum de formation pédagogique.
    Les Russes sont vraiment admiratifs de ce que nous vivons ici même s’ils n’ont rien à nous envier en matière de joie et service, chants et sourire. Ils admirent nos installations et redécouvrent dans notre scoutisme un héritage de BP identique à leur scoutisme pré-communiste. Bref, quantité d’éléments qui laissent penser que la Russie rentrera dans l’Europe de la fraternité scoute bien avant de rentrer dans celle des marchands !

  3. Tout à fait d’accord avec le premier commentaire. Je suis moi aussi une fidèle abonnée de Présent, j’écris moi aussi à M. Y. Brunaud « specialiste » de la Russie et j’en ai moi aussi marre de cette ahurissante russophobie du journal Présent qui n’a de charité que pour les Tchétchènes mahométans.

  4. @ Jutte et Amdg
    Moi aussi je lis Présent tous les jours, presque depuis sa création, et je suis entièrement d’accord avec vous.
    La position de M. Brunaud envers le Président Poutine est tout ce qu’il y a de plus incompréhensible. Il voit du KGB partout. Mais il y a bien longtemps que Poutine n’est plus communiste, s’il l’a jamais été. Le KGB était l’escalier d’honneur pour l’ascension sociale en Russie communiste et un certain nombres de brillants éléments l’ont emprunté sans être dupes le moins du monde.
    Franchement, j’aime mieux Poutine qu’un prétendu homme de droite façon Chirac.

  5. A Jutte et Svenhought
    Le pire, c’est que toute la rédaction de Présent à qui j’ai moulte fois écrit, en insistant sur la contradiction qu’il y avait à sonner le tocsin chaque jour en première page pour la Chrétienté et à tirer régulièrement sur le seul homme politique qui s’affirme chrétien en page 3 ou 4, soutient les positions ahurissantes de M. Brunaud.
    Quant à M. Brunaud, il n’a jamais eu la courtoisie de répondre à aucun de mes courriers.
    Il faudrait peut-être envoyer nos messages à Présent pour leur dire d’arrêter de tirer contre leur propre camp? A l’heure où l’islam nous fait ouvertement la guerre, et où l’Europe occidentale accepte la dhimmitude, c’est peut-être la Russie et Poutine (et pas les Américains, cette fois) qui permettra à l’Europe chrétienne de sauver sa liberté?

  6. C’est certainement ce qui peut arriver de mieux à la jeunesse Russe, c’est une bonne école de la vie qui leur permettra certainement de se redresser après tant d’années d’obscurantisme marxiste

  7. Je suis émue de rencontrer sur le salon beige des lecteurs de PRESENT qui voient en la Russie et en Poutine… pourquoi pas, notre planche de salut, politiquement et religieusement.
    J’avais l’impression d’être seule face à M. Brunaud qui ne répond effectivement jamais et qui s’entête.
    Qui peut dire que Poutine a été communiste, sachant qu’il a deux filles de plus de 20 ans qui s’appellent … Marie et Catherine . Au temps de l’URSS, c’était un défi, tout de même !!!!
    Que Dieu garde la France et la Russie. Tous les rapprochements sont salvateurs pour les deux pays.

  8. Chère Jutte,
    Moi aussi, je suis contente de voir que d’autres personnes partagent mon analyse. Finalement, je vais envoyer à Présent par courriel le fil de ces commentaires, ainsi que l’article sur le scoutisme.

  9. Chère amdg
    Merci de le faire à ma place… Techniquement je ne sais pas comment on procède.
    Je souhaite de tout coeur que PRESENT se rallie à l’idée d’une Russie chrétienne, car « ils » font effectivement un grand écart surprenant et font perdre en crédibilité les autres articles dont, pourtant, je ne me passerais pas.
    Amitiés à tous.

  10. «Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, Je n’étais pas communiste.
    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
    Quand ils sont venus chercher les Juifs, Je n’ai pas protesté, je n’étais pas juif.
    Quand ils sont venus chercher les Catholiques, Je n’ai pas protesté, je n’étais pas catholique.
    Puis ils sont venus me chercher. Et il ne restait personne pour protester.»

  11. Ces quelques commentaires sur Poutine m’intéresse, je suis visiblement aveuglé par les médais officiels de notre société totalitaire, car je voyais en lui un monstre.
    Ce serait intéressant de creuser le thème pour des ignorants comme moi.Merci en tous cas pour ces quelques réflexions

  12. @ BARBEDOR :
    vous parlez de l’Eurojam FSE de 1994.
    Etait-ce le premier pour ce mouvement?
    J’ai entendu dire que c’était le deuxième mais que la FSE ne voulait pas évoqué un premier Eurojam antérieur (pb de conscience? secret de « famille »?…)
    Merci de me répondre avec un max de détails.

  13. et moi hé bien je ne lis pas présent depuis sa création, est-ce que je peux rester un lecteur de votre blog?

  14. Je ne suis pas encore abonné a Présent mais c’est un journal sympathique j’aime bien Jeanne Smits et aussi Alain Sanders.
    A propos de Tsar, Victor Loupan a écrit une biographie sur Nicolas II aux presse de la renaissance.

  15. Pardon d’avoir « squatté » le salonbeige pour faire entendre une petite voix en faveur de la Russie actuelle. A « Ad Jesum per Mariam », creusez la question et rappelez-vous qu’à Fatima, Notre-Dame a demandé que la Russie soit consacrée « et le monde sera sauvé »… La Russie a donc un grand rôle à jouer, et elle est, peut-être, en train de le jouer.
    Imaginez si, en France, nos gouvernants décidaient de rendre les honneurs à Louis XVI et à sa famille (en 1998, la Russie l’a fait envers la famille du Tsar assassinée à Ekaterineburg), décidaient de rendre les honneurs aux Vendéens de 1793 (en 2005, Poutine faisait rapatrier solennellement les restes du général Dénikine (Charette chez nous) !!!
    Quel magnifique volonté de réconciliation !
    Poutine est un grand monsieur.
    Mais PRESENT est un grand journal auquel j’invite chacun à s’abonner… quitte à râler un peu !

  16. « Qui peut dire que Poutine a été communiste, sachant qu’il a deux filles de plus de 20 ans qui s’appellent … Marie et Catherine . Au temps de l’URSS, c’était un défi, tout de même !!!! »
    Faux. Katarina a toujours été un prénom populaire en Russie (ou URSS) et faire du choix de ce prénom pour sa fille un acte anti-marxiste est idiot.
    « j’en ai moi aussi marre de cette ahurissante russophobie ».
    Ce qui dérange les Polonais, c’est la russophilie française. Je vous informe que que De Gaulle a sa statue devant le bâtiment où se trouvait le Comité Central du PC à Varsovie. Trouvez-moi une autre statue de mongénéral ailleurs dans le monde.
    « Le KGB était l’escalier d’honneur pour l’ascension sociale en Russie communiste et un certain nombres de brillants éléments l’ont emprunté sans être dupes le moins du monde. » Ben voyons. Allez dire cela aux morts de Katyn.

  17. @ Szymanski
    L’URSS déliquescente des années 1980 n’est pas celle des années de la guerre. Même si je n’aime ni l’une ni l’autre, je dois bien reconnaître des différences. Bien entendu, si Poutine a rejeté le communisme, je ne me fais pas d’illusion, c’était plutôt par ambition, voyant que le bateau était pourri.
    Il n’empêche qu’un début de résultat est là, même s’il est très loin d’être satisfaisant.

  18. en réponse à Martes in Deo
    en fait, je vous avoue que j’ai oublié moi même toutes ces histoires venues à moi quand j’étais guide….
    Ce dont je me souviens, c’est que la FSE a été « construite » suite à un scission avec….les europa scout (je vais me faire taper sur les doigts si je me trompe de nom!!!).
    Pour ma part,avec l’expérience, je pense qu’il y a dû y avoir une querelle de chefillion…. et que ça ne fait jamais plaisir à des scouts catholiques de répondre de leurs actes quand ils ont oublié d’être fidèle à leur promesse, à leur engagement devant Dieu!
    Chacun tire la couverture à soi et elle craque!
    mais….ce point de vue n’engage que moi!
    Après recherche, je vous invite à surfer sur :
    http://www.fraternite.net/mouvement_scout_europa.htm
    où vous trouverez certainement les réponses zattendues!

  19. Non, les Europa ont été fondés en France sur le tard (1986) par le propre fondateur de la FSE, dont ses successeurs l’ont exclus…
    Mais ce genre de sujet n’a pas sa place ici…

  20. @ Marte in Deo
    pour reprendre le sujet sur le scoutisme et l’Eurojam des Scouts d’Europe…
    Le premier Eurojam a été lancé en 1984 près de Chateauroux et principalement organisé par la France qui était l’Asociation la plus « robuste » pour orchestrer un tel rassemblement (5000 guides et scouts). Tous les pays de l’AGSE y étaient présents. 10 ans plus tard l’Italie organisait l’Eurojam à Viterbo puis se fut le tour de la Pologne de proposer et d’être le maitre d’oeuvre de l’Eurojam de 2003 à Zelasko où près de 10 000 jeunes d’une vingtaines de pays, dont la Russie, se retrouvèrent. L’association des Guides et Scouts d’Europe n’a connu « que » trois Eurojam qui sont finalement des camps internationaux d’envergure. En revanche, des Eurocamps ont toujours existés entre des unités de deux, trois ou quatre pays. Camp plus simple à organiser, mais cadre idéal pour y vivre la fraternité scoute par delà les frontières.
    Je terminerai enfin sur l’association scoute Russe « Oriour » qui est observatrice au sein de l’UIGSE (Union Internationale des Guides et Scouts d’Europe)avant de décider si elle accepte les principes fondamentaux de l’Union et de l’intégrer. Dans ce cas, l’Europe chrétienne respirerait à pleins poumons puisque Catholiques et Orthodoxes se réuniraient sous l’égide d’une même association scoute.
    Il faut donc se réjouir d’une telle initiative.

Publier une réponse