Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Homosexualité : revendication du lobby gay

Revendications du lobby gay : les valeurs changeantes de Nicolas Sarkozy

Liberté Politique s'interroge sur le changement de ton de Nicolas Sarkozy à propos des revendications du lobby gay entre son interview d'entrée en campagne accordée au Figaro Magazine en février et celle récemment accordée à Têtu :

"(…) Nicolas Sarkozy répond en prônant le respect et affirme que « les homosexuels sont des citoyens comme les autres ». « Ils ne sont pas réductibles à leur sexualité (…). Cela ne l’empêche pas cependant quelles que lignes plus loin de parler « d’identité sexuelle ». Trait d’union habile pour en venir tout naturellement au concept d’« identité homosexuelle » malgré la mise en garde précédente (…) Affirmer que les hommes et les femmes ne se réduisent pas à leurs sexualité mais élever celle-ci  ou du moins son orientation dans le même discours à une « identité », relève du numéro d’équilibriste (…)

Nicolas Sarkozy répond donc à la question de l’ouverture de l’adoption aux homosexuels en affirmant que la société n’est pas prête. Une position qui sous-entend ainsi que la loi ne serait que l’expression d’une donnée sociétale et de ses évolutions (…)

Nicolas Sarkozy (…) s’est risqué à évoquer le Saint-Père et l’Eglise à propos de la lutte pour la reconnaissance de l’identité homosexuelle.Il a déclaré que Benoît XVI était « un homme assez ouvert », que « l’Eglise a évolué là-dessus » et que « les prises de position comme la [sienne] peuvent aussi faire évoluer les choses. Et il ajoute : « Je n’aime pas l’idée de péché là où il y a une identité… La sexualité n’est pas un péché. A partir du moment où c’est entre adultes consentants, ce n’est pas un péché. C’est absurde ». Une opinion comme une autre, même si c’est celle du Président de la République , qui plus est chanoine du Latran (…)

On ne sera pas surpris que le nom du député Christian Vanneste soit cité tôt dans l’interview. Nicolas Sarkozy se sert ici de cette affaire pour montrer sa détermination à lutter contre ce qu’il nomme « l’obsession anti-homo », y compris au sein de son propre camp. Là il fait fi de tout argument rationnel. Il assimile sans ambiguité la position de M. Vanneste à une position de rejet irrationnel et ne semble pas imaginer un instant que le député du Nord puisse ne pas se réduire à sa caricature (…)

La carte du discours changeant et de la démagogie fait certe partie du jeu électoral, mais la France semble attendre plus aujourd’hui de sa classe politique. La crise a fait évoluer les mentalités. Les Français réclament des débats de fond et des engagements concrets. Attention M. Sarkozy, l’addition pourrait être salée !" 

Partager cet article

5 commentaires

  1. L’addition ”pourrait” être salée ! ”Pourrait” seulement !
    Mais elle l’est déjà, par le décalage entre le discours de 2007 sur des valeurs de droite, et le néant de ce qui a été fait dans ce domaine, par l’aggravation par d’innombrables petites touches, de toutes les législations de la culture de mort. Sauf sur un point, il faut être juste : le mariage et l’adoption homosexuels. Mais SARKOZY le laisse entendre : il va les accepter, plus tard. Une fois réélu, s’il y parvient.
    Voilà pourquoi le ”pourrait” de la FSP et de ”Liberté Politique” ne reflète pas totalement la réalité du bilan de celui qu’ils ont soutenu au nom des PNN en 2007.
    Utiliser du conditionnel c’est admettre qu’il suffirait de qq promesses, de qq mouvements de bouche, qq mots qui flattent l’inconscient conservateur catho, dans les 15 jours qui viennent, pour que finalement, rassurés comme en 2007, Liberté Politique et la FSP en remettent une couche.
    Mais ils les auront leurs éléments de langage conservateurs : ils le savent, c’est une prophétie auto réalisatrice.

  2. Je suis heureux d’apprendre que Sarkozy a des valeurs.

  3. Quelqu’un pourrait-il nous expliquer pourquoi la religion ne doit pas quitter la sphère privée ni s’afficher dans l’espace public mais que la sexualité, surtout quand elle correspond à un comportement minoritaire, a vocation à ne pas rester confinée dans les secrets de l’alcôve mais à s’étaler de manière revendicative sur la place publique?

  4. Je m’associe à la question posée par C.B.
    Rien contre les homos quand ils se comportent disons “correctement”. En revanche, le tapage de leurs groupes de pression, à l’UMP notamment, de leurs revendications et démonstrations (type Gay-pride), du non-respect de la loi, encouragé par certains politiques en mal de publicité, type Noël Mamère et autres est tout bonnement insupportable, de même que les publicités qui fleurissent en ce moment, mettant en scène, par exemple, des mariages homos.

  5. Le Figaro va “oublier” de parler de ces propos, comme VA

Publier une réponse