Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / Médias : Désinformation

Retour sur l’escroquerie autour du traitement par des cellules embryonnaires

Communiqué de l’Association Catholique des Infirmières et Médecins (ACIM) :

A Le 12 octobre 2010 Les médias ont annoncé à grand arroi la mise au point d’un traitement par cellules souches embryonnaires, des paralysies liées aux lésions de la moelle épinière. Exploit réalisé par un Américain dénommé Géron. Cette annonce est une véritable escroquerie. Pourquoi ?

  1. La Fund and Drug Administration (FDA) qui autorise les essais thérapeutiques et les commercialisations de médicaments a donné une autorisation dite en phase 1. Laquelle permet simplement d’évaluer la tolérance d’un organisme vis-à-vis de ces cellules souches embryonnaires. Rien de plus.
  2. En réalité il ne s’agit pas de cellules souches embryonnaires mais d’un dérivé appelé « précurseur d’oligodendrocytes ».
  3. Que font ces cellules ? Elles servent de gaines dans lesquelles progressent les nerfs en train de se régénérer. Pour prendre une comparaison banale, si on a réussi à monter un tube servant à glisser des fils électriques, cela apportera-t-il du courant électrique ? Certainement non.
  4. De plus on sait que le nerf ne peut se glisser dans ce type de gaines que dans les 14 jours qui suivent la section de celui-ci. Or la section de moelle de l’homme cobaye de Géron est intervenue bien après ce délai.
  5. Enfin Geron s’est bien gardé de dire que dans ce cas précis, il utilisait des immunosuppresseurs qui ont pour effet d’éviter le rejet par le corps de ces cellules étrangères à son organisme. Ce qui fausse l’essai de tolérance.

Alors pourquoi une telle annonce ? Geron, tout simplement, se sert de cette annonce comme canard d’appel pour collecter des fonds, en donnant de faux-espoirs à des millions d’êtres humains atteints de paralysies liées aux destructions de la moelle épinière."

Partager cet article

2 commentaires

  1. Très intéressante ponctualisation, surtout en période de révision de la loi sur la bioéthique en France.
    Par contre, l’administration américaine en question, c’est la “Food and Drugs”, pas “Fund”.
    Obama a d’ailleurs mis à sa tête un homme de Monsanto, histoire que tout soit bien clair.

  2. Voilà qui devrait être publié par LA CROIX, si vraiment ce journal défendait la Vie contre la culture de mort. C’est une info qui démonte totalement la manière triomphante dont a été annoncée cette expérience par les médias du système.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services