Bannière Salon Beige

Partager cet article

Communisme

Retour sur Jean Ferrat

Alain Sanders revient sur la personnalité de Jean Ferrat :

"Après avoir laissé passer un temps de deuil (nous n’avons pas le goût de nous en prendre à chaud à un disparu, quel qu’il l’ait été) et ingurgité des kilomètres d’hommages – « à l’unanimité », nous dit-on – sur Jean Ferrat, communiste et humaniste (sic), il est peut-être l’heure, quitte à écorner la belle unanimité, de rappeler qui fut l’auteur de Potemkine. […]

On nous dit – et pour s’en émerveiller, bien sûr – que Jean Ferrat fut « un compagnon de route » du parti communiste. Il fut plus que ça. Il pouvait chanter Ma môme (son premier vrai succès), La Montagne, les poèmes d’amour du stalinien Aragon (lui-même encadré par son agent traitant, Elsa Triolet), il n’en fut pas moins un communiste de stricte obédience. Même si, plus tard, il se dira « communiste de cœur, pas de carte », il sera encore à la Fête de l’Huma en 2004 pour chanter Le Temps des cerises. Et il fut, en 1999, candidat aux européennes sur la liste PCF de Robert Hue. […]

Jean Ferrat, c’est encore celui qui exaltait l’un des plus grands criminels de la Révolution française (et pourtant la concurrence est rude sur ce plan-là), Robespierre (dans Ma France, 1969) : « Cet air de liberté au-delà des frontières / Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige / Et dont vous usurpez aujourd’hui le prestige / Elle répond toujours du nom de Robespierre. » […]

Jean Ferrat est mort. Paix à son âme. Mais qu’on ne nous demande pas, avec les pleureuses de circonstance, de tenir les cordons du poêle."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

15 commentaires

  1. Jean Ferrat a cherché d’une certaine façon l’Absolu même si ses idées et choix de vie n’étaient pas celles de Dieu.Retenons le meilleur de lui;relisons ou réécoutons certaines de ses chansons comme “la montagne”ou “c’est beau la vie”.Pour moi ce sont des parcelles de la beauté et de la bonté de Dieu.Prions pour lui afin qu’il s’approche de La Lumière du Père.

  2. ah la main mise de la gauche sur le monde culturel… on n’en sortira pas et il faut trouver ça bien…

  3. Louis Aragon, que Jean Ferrat a beaucoup chanté, est le premier signataire de la fameuse pétition de 1977 qui s’indigne de la condamnation de pédophiles, pétition qui comporte de nombreuses signatures célèbres: Bernard Kouchner, Jack Lang et…Christian Hennion, journaliste à Libération, dont le livre de Franck Demules, “un petit tour en enfer” a révélé qu’il a abusé de lui pendant des années avec la complicité consciente de la rédaction de Libération.

  4. Pour ma part, je suis un fan des chansons de Ferrat et mon jugement est plus nuancé.
    Il y a aussi cette chanson sur la guerre d’Espagne : Maria avait deux enfants : l’un était rouge et l’autre blanc où une mère pleure ses deux enfants dont l’un engagé pendant la Guerre civile chez les Phalangistes…
    Pour ce qui est de Potemkine, rappelons que cette épisode se situe en 1905 et non en 1917 lors d’une mutinerie de sociaux-démocrates…

  5. D’accord avec Schneider.
    Il est rapporté longuement que l’engagement de Jean Ferrat vient de ce qu’il fut sauvé par des communistes. Imaginez qu’il l’ait été comme de nombreux enfants juifs par des bons cathos ? Imaginez alors son implication, par exemple, au moment de la loi Veil, du Pacs, de la lutte contre le sida et des positions de JP II ?
    En tous cas, maintenant, concernant Dieu, il sait…il sait qu’il s’est trompé et qu’il a chanté – aussi – des horreurs.

  6. Ni encens,ni eau bénite,enterré comme un clébard,funeste destinée de tout communiste.

  7. Aragon : Elsa Triolet, son agent traitant ? Sérieux ? L’amour de sa vie ?

  8. Mis à part JLA, je vous trouve tous bien gentils. Pas étonnant de la part de beaucoup de cathos d’aujourd’hui plus proches du kremlin que de Rome.
    Ferrat était un scandale vivant, il reste un scandale mort. Je n’oublie pas que cet odieux personnage, sous couvert d’ “humanisme” a sali l’armée de son pays et a soutenu avec le plus monstrueux des culots la légitimité de ce que fut l’idéologie la plus criminelle de l’Histoire : le communisme.
    Il y aura , hélas, toujours des idiots utiles pour encourager Marx !

  9. Une nouvelle fois des intervenants relativisent et banalisent l’horreur. Cela provient de l’information à sens unique que nous subissons depuis des dizaines d’années et qui se résume ainsi :
    Les morts dont on ne parle pas n’existent pas.
    Il faut une nouvelle fois rappeler que lors du dernier génocide communiste connu, celui des khmers rouges, le journal L'(im)Monde saluait l’entrée des libérateurs, en réalité les futurs génocideurs, dans la Capitale Pnom Penh.
    Il est terrible de constater le niveau de connerie de ses contemporains.
    Même la formule “Paix à son âme” ne convient pas puisque leur idéologie affirme que l’âme n’existe pas.

  10. s’il fallait aimer les artistes qu’en raison de leur opinion politique, ben dites donc il n’y en aurait pas des masses.
    Jean Ferrat a su bercer notre génération comme Brassens Adamo Leo Ferré et tous les autres.
    Hugues Aufray aussi n’est pas de droite !
    Brassens ne l’était pas, ..
    Quand on voit ce qu’écoutent les jeunes d’aujourd’hui même ceux qui ne sont pas d’opinions de gauche bonjour..
    cette génération a laissé des traces qu’on en fasse autant.

  11. Moi, je ne vois pas du tout Jean Ferrat comme un pourri communiste. Il fut sauvé de la mort par des communistes et il a cru à la bonté du communisme. Je trouve qu’il a été récupéré, phagocyté, entouré, mais sa vie parle plus que ses paroles et même que ses chansons. Il avait choisi de vivre simplement en Ardèche depuis 40 ans, sans ostentation, sans grand luxe et ça, c’est du vécu, du vrai, du réel.
    Il a chanté la France, malgré ses quelques chansons idéologiques, comme peu l’ont chantée. Il l’a aimée et à ce titre, il a peut-être reconnu Jésus-Christ au moment du passage.
    Certains commentaires sont impitoyables : “la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous…”dit Jésus.

  12. mais à l’inverse JEHAN en tant que catholique que vous semblez être il est de votre devoir de prier pour eux!!
    dire “paix à son âme” ne veut pas dire que l’on oublie ses dires mais on peut pardonner (surtout après sa mort) et c’est toute la difficulté de l’exercice chrétien catholique!
    et dire que le faire ne rime à rien revient à dire que votre idéal n’est pas très “intéressant”…
    oui cet homme à défendu le communisme et personne ne peut louer pour cela en tant que catholique…
    ceci dit ce fut un très bon chanteur et le dire n’est pas honteux!

  13. D’accord avec Jeannette. Jean Ferrat était probablement un honnête homme idéaliste qui a cru ou espéré un monde meilleur. S’il n’a jamais caché ses sympathies communistes, il n’a cependant jamais adhéré au parti. Et il ne faut pas oublier la chanson “Le Bilan” , certes très peu diffusée, qui est une condamnation sans appel du stalinisme, dont voici quelques extraits :
    “Ah ils nous en ont fait avaler des couleuvres
    De Prague à Budapest de Sofia à Moscou
    Les staliniens zélés qui mettaient tout en oeuvre
    Pour vous faire signer les aveux les plus fous….
    …Mais quand j’entends parler de “bilan” positif
    Je ne peux m’empêcher de penser à quel prix
    Et ces millions de morts qui forment le passif
    C’est à eux qu’il faudrait demander leur avis
    N’exigez pas de moi une âme de comptable
    Pour chanter au présent ce siècle tragédie
    Les acquis proposés comme dessous de table
    Les cadavres passés en pertes et profits
    Au nom de l’idéal qui nous faisait combattre
    Et qui nous pousse encore à nous battre aujourd’hui”
    Il n’a pas renié pour autant ses sympathies mais il n’a pas adhéré à tout aveuglément comme le font bien des gens aujourd’hui.
    Quant à Aragon, si le personnage n’a rien de sympathique, ses poèmes sont très beaux et ce sont des poèmes d’amour pour une bonne part. Faut-il rejeter l’oeuvre parce que l’auteur est indigne ? Les hommes talentueux sont ils tous remarquables et ne vous êtes vous jamais demandé où le talent allait se nicher ? Si l’oeuvre est belle, l’auteur n’est-il pas, somme toute, seulement un instrument ?

  14. Quelle dureté je lis parfois ( et l’amour du prochain???) il était comme chacun de nous avec ses ombres et ses lumières, ce n’est pas parcequ’il était “communiste” qu’il n’était pas aimé de Dieu qui peut dire maintenant la rencontre avec le seigneur….
    Personne, personne !!!!! aussi bon chrétien soit-il.
    Par contre ce qui est inacceptable c’est la récupération politique et artistique qui en est fait… J’aimais les chansons de JEAN FERRAT (je suis ardéchois) j’y trouve une certaine part de vérité d’un homme de bonne volonté….

  15. Je ne suis pas d’accord avec votre correspondant qui dit que G. Brassens était “de gauche”. Il n’était d’aucun parti ; il était plutôt anarchiste, mais pas révolutionnaire.
    N’oublions pas qu’il a chanté “Je vous salue Marie” de Francis Jammes et au moment de la Révolution dans l’Eglise “Sans le latin, la Messe m’em…”.
    On ne peut donc le comparer à Ferrat qui était ostensiblement communiste.
    Françoise Varlet

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services