Religions : Hollande présente ses voeux en formant le voeu de ne pas reculer

Le chef de l'État a présenté ce soir ses vœux aux autorités religieuses, sans prononcer de discours.
La discussion a été informelle. François Hollande a assuré qu'il avait «écouté avec le plus grand respect les opinions des confessions», que cette réforme ne concernait «que le mariage civil» et qu'elle «avait été approuvée démocratiquement».

Pourtant, la manifestation du 13 janvier s'annonce très suivie. À l'Élysée, on surveille la mobilisation avec attention. Mais on promet de ne pas reculer. Pour l'instant. Car la manifestation du 13 janvier n'est qu'une étape de la mobilisation.

17 réflexions au sujet de « Religions : Hollande présente ses voeux en formant le voeu de ne pas reculer »

  1. Benoît

    On ne lâchera pas !
    S’il faut manifester plusieurs fois, pas de problème. En 84, il y a eu plusieurs manifestations avant le retrait de la loi.
    Un seul mot d’ordre : RESISTANCE devant l’oppression du pouvoir socialo-communiste !

  2. jejomau

    “On asservit les peuples plus facilement avec la pornographie qu’avec des miradors.”
    Publius Syrus
    Or la pornographie devinez c’est quoi ? Je suis sûr que nos journaleux français n’en savent rien , eux qui fricotent ensemble dans leur petit milieu très fermé…

  3. Gisèle

    Ce soir sur TF1 les catholiques ont encore été la cible de la journaliste qui commentait le reportage concernant le mariage . Et en plus , j’ai entendu : La lettre de Vincent Paillon était destinée aux directeurs d’établissements et …aux parents .
    Quel culot !!! ils s’imaginent que les parents responsables vont laisser endoctriner leurs enfants sans redresser la barre ?? Ils rêvent !!!
    Défendre NOS droits c’est défendre LA VIE et l’AVENIR DU GENRE HUMAIN décidé par DIEU seul !

  4. Gisèle

    Vous savez bien AML que les socialistes ont un gros défaut qui leur a toujours porté préjudice : ils vendent la peau de l’ours avant de l’avoir tué . En un mot : ils veulent tellement aller vite , qu’ils commettent des erreurs de stratégie qui les prennent à leur propre piège .
    Attendons ….

  5. PG

    @ Benoit
    Ce sera dur cette fois, très dur.
    En 84 il y en a eu deux manifs : une à Versailles, puis une à Paris.
    Mais avec une mobilisation autrement plus forte que celle de dimanche : toutes les écoles cathos mobilisées massivement, alors que cette fois, grand silence dans les établissements, les enseignants catholiques y étant devenus minoritaires. Pour quel résultat en 1984 ? La théorie du gender obligatoire dans les écoles catholiques, du fait de la reculade épiscopale des accords Cloupet-Lang.
    La gauche fait voter des lois que la droite n’annule jamais.

  6. Sylvie

    A Rouen, les cars vont se remplir par quartiers en des endroits où ils peuvent stationner. De plus en plus de gens vont descendre sur Paris dimanche et beaucoup viendront de tous les milieux. C’est le peuple. Devant la montée d’adrénaline, Hollande sera contraint de reculer ou d’être viré par la rue.

  7. Jef

    C’est sûr qu’il faut préparer l’après 13 janvier.
    D’abord parce qu’il y aura sans doute beaucoup moins de monde qu’en 1984 (même si j’en souhaite beaucoup !)
    Ensuite parce que Hollande est un super-mou, absolument incapable de résister aux pressions de son entourage. Or son entourage est composé de sectaires LGBT. Donc il ne cèdera pas. Un référendum donnerait 80% de vote contre son projet qu’il s’obstiendrait à la faire passer quand même (au nom de la Démocratie, bien sûr).
    En plus, Hollande est devenu tellement impopulaire, qu’il n’a presque plus que le lobbye LGBT comme soutien. Alors, il ne voudra pas mécontenter ce dernier carré.
    (Même s’ils l’abandonneront à coup sûr dès que la loi aura été votée : c’est alors – mais trop tard pour nous – que Hollande aura son juste châtiment.)
    Tout cela vu humainement.
    Heureusement, Dieu se rit des calculs humains…
    Et exauce ceux qui le prient.
    Cela dit : on fait quoi, après le 13 janvier ?

  8. Sylvie

    Donc, c’est le peuple qui dans la rue aura le dernier mot. Soit Hollande recule ou bien on le chassera.
    Des millions de Français viendront le perturber et occuperont longtemps les rues de la capitale jusqu’à sa chute finale.
    C’est malheureux à dire, mais le sang du peuple coulera et il faudra beaucoup de courage pour obliger ce président à se rendre compte qu’il a tort.
    Soit il termine comme Ben Ali (exilé)ou bien ce sera comme avec Bachar al Assad (la guerre civile).

Laisser un commentaire