Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Régionales : les candidats face aux Catholiques en campagne (3)

Catholiques en campagne actualise régulièrement les réponses reçues des candidats ayant répondu à leur questionnaire. Voici les nouvelles réponses :

Réponse d'Olivier HENNO, tête de liste MODEM dans le Nord

Réponse de Pascal ERRE, candidat sur la liste FN en Champagne-Ardenne (tête de liste départementale dans la Marne)

Réponse d'Axel de BOER, tête de liste de LA LISTE CHRETIENNE en Ile de France

Réponse de Brigitte NEVEUX, tête de liste FN en Pays de la Loire

Réponse de Philippe LOISEAU, tête de liste FN en région Centre

Réponse de Thierry GOURLOT, tête de liste FN en Lorraine

Partager cet article

2 commentaires

  1. Une précision sur ce questionnaire, sur la question de la présence à la Marche pour la Vie avec ”écharpe de conseiller régional” : il n’y a officiellement pas d’écharpes de Conseiller régional. Seuls les maires et parlementaires peuvent en porter une, aux couleurs nationales.
    Les écharpes ”régionales” sont des bricolages, inventées d’ailleurs je crois par le FN, pour le défilé du 1er mai. J’ai toujours trouvé cela qq peu ridicule, et souvent très laid, car confectionné avec des couleurs et des matières inesthétiques au possible, qui transforment les élus en bêtes de comice agricole.
    Enfin, il est également exagéré de demander et donc sembler exiger des élus régionaux qui sont pour la défense de la Vie de se rendre obligatoirement tous les ans à Paris durant un W-E à la Marche annuelle : tous n’habitent pas à proximité de la capitale.
    Ce critère et donc la question pourraient être remplacés par une question plus précise : sur quelles politiques et quels votes pensez-vous agir pour la Vie comme conseiller régional ?
    Il y a une part d’ignorance des réalités dans ce questionnaire : à trop se focaliser sur des postures faciles et les discours, on n’entre pas dans le concret.
    [La question ne porte pas explicitement sur la marche parisienne. Il y a aussi des marches dans des villes locales, comme à Lyon et Bordeaux. Et ces marches sont appelées à se multiplier.
    MJ]

  2. Alors, la question mérite d’être posée sur ces marches démultipliées en province, en effet. Mais un questionnement sur les propositions de vote, les refus de vote, etc… aurait été très instructive. Car la difficulté de l’élu de droite nationale, c’est de toujours peser son degré d’opposition, entre le réalisme et les idées fondamentales, sa capacité de proposition n’étant que théorique, puisqu’il ne participe aux aux exécutifs régionaux. C’est un héraut…..

Publier une réponse