Redéfinition de Pâques et de la Pentecôte…

Lu dans Direct Matin aujourd'hui cet encart en bas de la page 4 :

"C'est arrivé un 8 mars
Pâques et Pentecôte deviennent fériés

Le 8 mars 1886, une loi ajoute deux jours fériés au calendrier, les lundis de Pâques et de la Pentecôte. Le Président du Conseil, Charles de Freycinet, sous la III° République, fait adopter ce texte pour permettre aux Français de poursuivre les célébrations chrétiennes de la mort du Christ, le dimanche de Pâques, et de sa résurrection 49 jours plus tard, la Pentecôte. Depuis 2008, le lundi de Pentecôte reste férié mais les salariés peuvent travailler au titre de la journée de solidarité."

16 réflexions au sujet de « Redéfinition de Pâques et de la Pentecôte… »

  1. Kantz

    Au delà de cette erreur, je me suis apperçus que le lundi de Pâques, et le Lundi de Pentecôte sont utiles pour faciliter les regroupements familiaux lors de ces fêtes.
    Je pense ainsi aux familles avec des enfants pensionnaires, étudiants, etc…

  2. Pitch

    Et il y en a encore qui se gargarisent avec les feuilles de chou ‘gratuites’ de Bolloré (Direct Soir et Matin), sous prétexte qu’elles possèdent une rubrique ‘le Saint du Jour’ à côté de l’incontournable horoscope en fin de journal…
    C’est sûr qu’avec une culture chrétienne comme celle-là, leur lectorat est bien barré !

  3. chouan 12

    Je crois que lorsque le St Père parle d’analphabétisme religieux, il parle surtout pour les catholiques ou les pseudo-catholiques car quand on voit que beaucoup aujourd’hui ne font pas de différence entre une messe et une célébration par un diacre, il y a vraiment de quoi se poser des questions sur les connaissances de notre FOI

  4. Malleus

    Ouhlalalalaaaa…
    Mais que ça ne trompe personne : ils ne sont pas plus compétents sur les autres sujets qu’ils traitent.
    @Bernard Mitjaville : la formulation n’est pas bizarre, elle est islamo-soumise, puisqu’elle précise que fêter la mort et la résurrection du Christ est un particularité chrétienne, une sorte de variation locale optionnelle autour de sa figure, qui “appartient aussi” à l’islam (qui ne fête rien au sujet du Christ).
    Arracher le Christ aux chrétiens et au christianisme, l’en séparer et le dissoudre dans le communisme, le laicisme social, le new age synchrétique et gnostique, ou maintenant l’islam est une activité de sape classique des maçons.

Laisser un commentaire