Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Recherche un parti de droite

Face au plébiscite en faveur de Nicolas Sarkozy, au sein de l'UMP, Philippe Bilger s'inquiète :

"[…] Aussi, avec quel effarement doit-on relever que "l'UMP réclame Nicolas Sarkozy" et qu'une NKM, tout en déplorant "un très grand vide à droite", déclare que Sarkozy est "la référence à droite" alors qu'il a vidé celle-ci de sa substance en l'engageant sur des chemins douteux lors de la dernière campagne présidentielle et que surtout il l'a fait perdre. Que faudra-t-il pour que la droite nostalgique de Sarkozy se réveille et cherche ailleurs des raisons d'espérer ? Dans un monde politique cohérent, la défaite nette d'une omnipotence présidentielle comme celle de Sarkozy durant cinq ans n'aurait dû entraîner qu'un rejet logique, l'invention d'une stratégie renouvelée et la quête d'un leader ni usé ni ingérable. Par quelle fatalité l'UMP – ou est-elle si pauvre en chefs de rechange ? – serait-elle contrainte de faire du neuf avec de l'ancien ayant de surcroît tourné au fiasco ? Serait-elle – je n'ose l'hypothèse – le parti le plus sot et aveugle dans notre République ? Etre défait à l'élection présidentielle serait-il le signe éclatant et paradoxal du caractère irremplaçable d'une personnalité politique ?

L'UMP est clairement masochiste. Cette inaptitude à dégager à droite d'autres chemins et à regagner les nombreux déçus du sarkozysme est d'autant plus dommageable aujourd'hui que François Hollande, pour ceux qui l'ont fait élire sans être socialistes, révèle moins des limites qu'il ne suscite des doutes. […]

Recherche désespérément une nouvelle droite. Elle est facile à trouver. Celle de 2007 est encore toute fraîche, emmaillotée dans ses promesses. Elle est pure, elle n'a pas servi."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

12 commentaires

  1. La droite, en tant que lieu ou espace d’idées, existe t elle encore en France : même le FN se contorsionne pour avoir l’air d’être de gauche ”socialement”, se faisant ainsi parfois le vecteur de propositions et mesures totalement socialiste.
    Tant que le libéralisme authentique sera considéré à droite, y compris dans le monde catholique conservateur, comme équivalent moralement au socialisme, la gauche étatique et jacobine conservera le monopole de la justice, laquelle est l’un des moteurs psychologiques de l’adhésion politique.
    La vraie question que les droites (UMP et FN confondues sur ce point majeur) n’osent plus poser, tellement elles sont imprégnées de jacobinisme, est : en quoi l’Etat devrait-il être considéré comme l’expression politique de la nation et la seule mise en forme institutionnelle de la démocratie ?
    Tant que cette question ne sera pas débattue, toutes les autres questions, y compris les sujets les plus fondamentaux comme le respect de la Vie ou les libertés scolaires, ou le rôle de la famille, mais aussi (et là c’est le FN que je vise), la souveraineté nationale face à l’eurofédéralisme, ne pourront pas être correctement abordées.

  2. je leur conseille d’étudier le livre d’Yves Marie Adeline : “la droite impossible”.

  3. l’ump ne peut pas se réformer car il est le clone du ps, un leurre pour les électeurs !
    le ps et l’ump sont les deux faces d’une même médaille SOCIALISTE IMMIGRATIONISTE MONDIALISTE
    depuis plusieurs décennies ILS se partagent le pouvoir pour faire la même politique
    la démocratie est morte depuis longtemps !….

  4. Mauvaise analyse, et Bilger n’est pas des nôtres.
    Skzy n’a pas engagé la droite sur des chemins douteux pendant la campagne.
    Il a effectivement vidé la droite de sa substance, mais pendant le quinquennat. La campagne, vitaminée en Buisson, était un correctif tactique.
    Sortons Sarkozy et Copé, et forçons la “droite” à être ce qu’elle doit être.

  5. “François Hollande, pour ceux qui l’ont fait élire sans être socialistes, révèle moins des limites qu’il ne suscite des doutes.”
    Hahaha, c’est bien du Philippe Bilger, ça. Relisez lentement et dites-moi ce que ce charabia signifie, exactement.
    Ca sonne bien, ça a l’air profond… et c’est creux comme une barrique.

  6. Merci de cette mise au point,monsieur Marchenoir . Ce texte m’a fait perdre du temps, puis vous m’avez ouvert les yeux. Merci encore.

  7. J’ai une explication pour M. Bilger : la droite a été assez nulle pour se choisir M. Sarkozy comme leader, on peut donc en déduire qu’aucune solution de rechange ne se profilait déjà en 2007. En outre, ceux qui, pendant cinq années, ont servi aveuglément ce personnage (impossible de faire autrement, paraît-il, avec lui) se sont discrédités. Et ce d’autant plus que, fin de l’histoire, leur chef était un « loser ».
    L’UMP est aujourd’hui une banquise. Fillon et Copé vont accumuler les gamelles en essayant d’y tenir debout. Patience. La solution jaillira de la débâcle, dans quelques années.

  8. Daquin : “Sortons Sarkozy et Copé, et forçons la “droite” à être ce qu’elle doit être.”
    Vous voulez dire que ce sera mieux avec NKM, Pécresse et Lemaire ? Ou vous aurais-je mal compris ?

  9. @ Denis
    Totalement en accord avec vous : les droites à la dérive dans leurs idées se planteront en 2017. Le FN sera peut-être à 25-30 % mais ne pourra gagner au second tour, car trop coupé de la société et sans réseaux organisés et relais dans les différents secteurs de la société civile, et l’UMP réduite à la portion congrue se déchirera entre tendances.
    Si en plus F. Hollande parvient à établir une forme de cohabitation avant la fin de son actuel mandat, il aura contribué à diviser et affaiblir encore plus l’UMP.
    Or il n’y a que par une alliance FN mis au clair dans son inspiration et une UMP acceptant une alliance que la droite peut triompher en 2017 : la démographie immigrée joue pour la gauche de plus en plus de 5 ans en 5 ans.

  10. L’analyse est pertinente sur certains points, et pêche notamment sur d’autres, comme on pu le souligner les commentateurs précédents.
    Ce qui semble pourtant particulièrement dramatique dans cet combat de coq où seule l’individualisme triomphe, c’est l’absence totale de contre-pouvoir à l’innénarable Flamby national. Les socialistes, ayant plus de pouvoir que Louis XIV lui-même, ont aujourd’hui une autoroute pour s’attaquer aux Droits fondamentaux comme le respect de la Vie sans qu’aucune réelle opposition
    Soit on passe son temps à chercher le coupable en étrillant au passage l’ancien président (qui a été aussi lamentable que ne l’aurait été Coppé ou un autre), soit on se prend en main en arrêtant de chercher à l’UMP une quelconque réponse pertinente à l’actuelle gabegie politique.

  11. Le seul intérêt à avoir F.H. à la présidence est de ne plus entendre parler de N.S.
    Hélas ce n’est même plus le cas !

  12. pas de salut pour la France sans une droite plurielle dans laquelle toutes les droites seraient représentées et participeraient en proportion des voies obtenues aux dernières élections

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services