Bannière Salon Beige

Partager cet article

Environnement

Réchauffement climatique : la solution Buffalo Bill

Réchauffement climatique : la solution Buffalo Bill

De Bernard Antony :

Histoire de me faire une idée du personnage, j’ai perdu un peu de temps à voir et entendre sur les chaînes Greta Thunberg parlant réchauffement climatique en la salle Victor Hugo du Palais Bourbon.

Je ne ferai pas le reproche de son jeune âge à cette blonde gamine scandinave. Il y a dans l’histoire maints exemples de jeunes gens pas plus âgés s’étant illustrés par leur héroïsme ou leur intelligence.

Pour n’en citer qu’un : Henri de la Rochejacquelein qui commanda à l’âge de 17 ans la Grande Armée Catholique et Royale, et pour lequel Napoléon I° ne cacha pas son admiration.

Je n’ai rien entendu de remarquable, rien d’innovant dans les propos de la gamine Thunberg. Elle a bien dévidé son discours de bonne petite écolo bien conditionnée, pour supplier les députés français, et les politiques en général de s’agiter un peu plus pour faire baisser les températures du globe.

Exactement ce que Macron attendait pour imposer quelques taxes de plus. La petite Greta a dit qu’il valait mieux écouter les scientifiques qu’elle-même. À croire donc que les climatologues ne savent pas exposer eux-mêmes les résultats de leurs travaux.

À ce propos j’ai noté qu’après une période de silence sur la question, on reparlait ces temps derniers du trou dans la couche d’ozone. Il s’était refermé. Il s’est réouvert. Et quand il s’ouvre trop, il fait de plus en plus chaud.

On nous a dit naguère que les vaches étaient très responsables dans cette affaire du trou, à cause des émanations ozonophobes de leurs pets.

Greta n’en a pas parlé. Elle ne peut parler de tout. Je ne sais pas si leur nombre a augmenté. Peut-être. À cause de Naremdra Modi qui dirige l’Inde et permet une augmentation sans précédent du nombre des vaches qui, pour être sacrées, n’en sont pas moins péteuses.

Y aurait-il une solution ?

N’en déplaise aux Hindous, il faudra bien finir par éliminer leurs vaches. C’est une histoire de persuasion théologique. La croyance en la métempsychose est en effet essentielle dans l’Hindouisme. Comme dans le catharisme ou la religion druze.

Pourquoi alors ne pas s’efforcer de convaincre Narendra Modi et ses Hindous de penser que si l’on euthanasiait leurs vaches, on rendrait le service d’en accélérer la transmigration des âmes qui les habitent.

Nul doute que cela contribuerait à refermer grandement le trou de la couche d’ozone. On peut d’ailleurs, à l’appui de cela, invoquer un précédent dans l’histoire. C’est le cas des bisons. Il y en avait au début du XIX° siècle des millions et des millions broutant sur les grandes plaines de l’Amérique du Nord. On imagine l’émanation gazière que cela entraînait.

Cependant, ce n’est pas pour cela que le président des États-Unis prit la décision de leur extermination. Ce fut en réalité pour exterminer les Indiens. Car si ces derniers se nourrissaient des bisons, ils veillaient à ne pas les massacrer inutilement, à en préserver les troupeaux.

On a dit que le célèbre Buffalo Bill, grand chasseur de bisons lui aussi, aurait été affecté par le président des États-Unis à la triste mission de les exterminer.

Vrai ou faux pour ce qui est de Buffalo Bill, cela fait encore débat. En revanche, aucun doute sur la réalité de l’extermination génocidaire des Peaux-Rouges. Car, faute de bisons, ils moururent massivement de faim.

Ce qui nous ramène à la grande idée des écologistes de gauche selon laquelle il y a trop d’humains sur cette terre. D’où le militantisme de beaucoup d’entre eux pour l’avortement et pour l’euthanasie.

On mesure donc que le problème posé par le nombre de vaches n’est pas le principal. Le vrai problème, selon les écologistes, c’est qu’il y a trop d’humains.

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services